• "Zionist entity: Netanyahu has no intention of negotiating with the Palestinians (leader of the opposition)."

    https://vk.com/wall-148130479_683

    #Palestine
    "Zionist entity: Netanyahu has no intention of negotiating with the Palestinians (leader of the opposition)." https://vk.com/wall-148130479_683 #Palestine
    0 0 Comments 1 Shares
  • Le compte de Pascal Gibert étant bloqué vous pouvez le trouver sur ces pages :

    https://www.facebook.com/syrianewsinfos/

    https://www.facebook.com/Palestine.Rescue/

    https://www.facebook.com/Middle.East.News.Infos/

    https://www.facebook.com/PascalGibertCitizenNews/

    https://www.facebook.com/News.From.Iran/

    https://www.facebook.com/Nocensorship.me/
    Le compte de Pascal Gibert étant bloqué vous pouvez le trouver sur ces pages : https://www.facebook.com/syrianewsinfos/ https://www.facebook.com/Palestine.Rescue/ https://www.facebook.com/Middle.East.News.Infos/ https://www.facebook.com/PascalGibertCitizenNews/ https://www.facebook.com/News.From.Iran/ https://www.facebook.com/Nocensorship.me/
    0 0 Comments 0 Shares

  • MULTILATERALISME OU DROIT INTERNATIONAL ?

    Contrairement à ce que l’on pense, le multilatéralisme que promeuvent les Européens ne s’oppose pas au bilatéralisme pratiqué aujourd’hui par les États-Unis, mais au Droit international. Le « Forum de Paris sur la paix », organisé par le président Emmanuel Macron, n’a pas permis de dégager de méthode pour prévenir les conflits, juste de tenter de sauver ce qui reste de quatre siècles d’hégémonie européenne.

    La France vient d’organiser à Paris le « IIème Forum de Paris sur la paix » [1]. Selon le président Emmanuel Macron, il s’agit de promouvoir le multilatéralisme que son homologue US, le président Donald Trump, serait en train de détruire.

    Cela est-il vrai ? Est-ce le problème ?

    Les faits portent au contraire à penser que les Occidentaux, dont la France, mènent depuis la dislocation de l’URSS une action de fond contre le Droit international et les Nations-Unies ; ce Forum n’étant qu’une occasion de sauver le pouvoir qu’ils exercent depuis quatre siècles sur le reste du monde.

    Pour comprendre ce qui se passe, revenons en arrière :

    Le président Bill Clinton et sa secrétaire d’État, Madeleine Albright, ont patiemment récrit, un à un, toutes sortes de traités onusiens en abandonnant le langage du Droit international pour celui du Droit anglo-saxon. Cette « modernisation » n’était pas une simple traduction. C’est en réalité l’application de la « doctrine Korbel » visant à faire évoluer toute jurisprudence en faveur des anglo-saxons. Cette stratégie a été poursuivie par le président George Bush Jr et sa secrétaire d’État, Condoleezza Rice, fille adoptive du professeur Korbel et à ce titre sœur de Madeleine Albright [2].

    Le même Bill Clinton a accepté un compromis favorable à Israël et l’a fait valider par le Conseil de sécurité. On ne parle plus d’un seul État en Palestine sur le principe égalitaire « Un homme, une voix », mais de deux sur le modèle des bantoustans de l’apartheid sud-africain.

    Toujours sous l’impulsion du président US Bill Clinton et aussi du Premier ministre britannique Tony Blair, l’Alliance atlantique s’est auto-proclamée « défenseur des persécutés », a condamné la Méchante Serbie, et lui a livré une « guerre humanitaire » (sic). La morale s’était substituée au Droit permettant à l’Otan de le violer.

    C’est ce même raisonnement qui a été utilisé depuis contre l’Afghanistan, contre l’Iraq, contre la Libye et contre la Syrie. Laura Bush assurait qu’il fallait attaquer l’Afghanistan parce que les petites filles n’avaient pas le droit de mettre de vernis à ongles ; Colin Powell qu’il fallait renverser le président Saddam Hussein parce qu’il était mêlé aux attentats du 11-Septembre ; Nicolas Sarkozy qu’il devait renverser Mouamar Kadhafi parce qu’il allait tuer son propre peuple ; et Laurent Fabius qu’il fallait chasser le président Bachar el-Assad parce qu’il n’avait pas « le droit de vivre sur Terre ».

    L’argument humanitaire ou le recours aux Droits de l’homme masquent mal le profond mépris occidental pour l’Humanité et les Droits de l’homme. Rappelons que la Déclaration universelle des Droits de l’homme reconnait une hiérarchie entre eux [3]. Elle proclame que les trois droits principaux sont « la vie, la liberté et la sûreté de la personne » (art. 3). C’est pourquoi, elle place comme première application concrète la lutte contre l’esclavage (art. 4) et seulement après la lutte contre la torture (art. 5). Or, les Occidentaux ont rétabli l’esclavage en Libye et soutiennent des États esclavagistes comme l’Arabie saoudite. Ils ont aussi le pire bilan en matière de torture si l’on se souvient des 80 000 personnes enlevées et torturées par l’US Navy sur des bateaux stationnés en eaux internationales au début de ce XXIème siècle [4].

    La rhétorique humanitaire, le « droit-de-l’hommisme », n’est pas sans rappeler la manière dont le Royaume-Uni attaqua l’Empire ottoman, prétendument pour sauver les Grecs de son oppression, en réalité pour contrôler leur pays : Londres invita Saint-Pétersbourg et Paris à reconnaître l’indépendance de la Grèce, en 1827, puis, sur la base de cette reconnaissance et en violation des règles du Congrès de Vienne, organisa une guerre devenue « légitime » contre Constantinople pour concrétiser cette « indépendance » : toujours maintenir les apparences du respect du droit quand on le viole !

    Depuis la guerre de l’Otan contre la Yougoslavie, l’Onu s’est progressivement effacée. L’Otan n’a plus rien à faire de ce que pensent le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale. En quelques années, en violation de la Charte, les « forces d’interposition » de l’Onu sont devenues des « forces de maintien de la paix ». Il ne s’agit plus de surveiller la mise en application d’un cessez-le-feu conclu entre belligérants, mais d’imposer une solution aux belligérants —pis encore, parfois entre partis politiques d’un même pays. Et, à ce jour, l’Otan est la seule alliance militaire à avoir été invitée à « maintenir la paix ».

    L’administration de l’Onu elle-même est passée du service de ses membres à celui de l’Otan. Ainsi a-t-on pu voir son Directeur des Affaires politiques, Jeffrey Feltman, promouvoir un plan de capitulation sans condition de la République arabe syrienne au lieu d’œuvrer à la paix [5].

    Les membres occidentaux du Conseil de sécurité se disent Protecteurs du Droit international, mais loin de montrer l’exemple, ils manifestent sans vergogne leur dédain quand ce Droit leur est défavorable. Ainsi le Royaume-Uni qui vient de déclarer exercer sa souveraineté sur les îles Chagos, dont la base de Diego Garcia, malgré le recours des habitants légitimes, l’avis de la Cour internationale de Justice et l’injonction de l’Assemblée générale [6].

    Le Droit international actuel trouve son origine dans la conférence de La Haye de 1899. Convoquée par le tsar Nicolas II, elle réunit diverses puissances de l’époque pour envisager un traité de désarmement. Mais, le Français Léon Bourgeois y proposa de régler les différends entre États en établissant une chambre d’arbitrage ; le seul moyen de prévenir des guerres étant de trouver des arrangements qui respectent les intérêts des parties comme on le fait entre individus civilisés. À la différence d’un tribunal, une chambre d’arbitrage ne s’impose pas. Elle n’est compétente que si les deux parties la reconnaissent préalablement comme telle.

    Cette Chambre d’arbitrage a été incorporée à la Société des Nations (SDN), puis à l’Onu. Elle existe toujours et fonctionne bien comme le montre l’actuelle procédure sur la résolution du conflit en mer d’Azov entre l’Ukraine et la Russie.

    Progressivement la SDN puis l’Onu ont été formées. Contrairement à une idée reçue, l’échec de la Société des Nations n’est pas imputable aux régimes impérial japonais, fasciste italien et nazi allemand, mais au refus des États-Unis d’y siéger et au refus de l’Empire britannique de reconnaître l’égalité des peuples (malgré la proposition japonaise soutenue par Léon Bourgeois).

    À titre d’exemple, l’abandon du Droit international a été poussé un peu plus loin avec la réforme de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) proposée par la France [7]. Désormais, dans un apparent « souci d’efficacité », les décisions seront prises à la majorité simple et l’Organisation pourra désigner des coupables à l’issue de ses enquêtes techniques.

    Or, l’OIAC est à l’origine une agence technique chargée de vérifier le respect par ses signataires du Traité interdisant les armes chimiques. Elle a le pouvoir d’enquêter selon des procédures très strictes, approuvées par tous les signataires, et d’établir les faits pour que l’assemblée des signataires en juge. En droit criminel, aucun pays au monde n’admet que les policiers s’instituent en juges et en bourreaux, que, seuls, ils enquêtent, désignent les coupables et les punissent. Pourtant c’est très exactement le pouvoir aberrant que la réforme française donne à l’OIAC. Et comme cette même réforme valide les décisions à la majorité simple des signataires du Traité, cette agence devient un instrument de la politique occidentale.

    Depuis plusieurs années déjà, les Occidentaux ont retiré toute référence au Droit international dans leurs déclarations et communiqués. Ils s’expriment au contraire en faveur du « multilatéralisme fondé sur des règles ». Quelles règles ? Celles des plus forts.

    Au demeurant, ce second Forum sur la paix (et non pas pour la paix) n’a pas fait recette. Ils étaient deux fois moins de chefs d’État et de gouvernement à y participer que pour sa première édition [8].
    Thierry Meyssa
    MULTILATERALISME OU DROIT INTERNATIONAL ? Contrairement à ce que l’on pense, le multilatéralisme que promeuvent les Européens ne s’oppose pas au bilatéralisme pratiqué aujourd’hui par les États-Unis, mais au Droit international. Le « Forum de Paris sur la paix », organisé par le président Emmanuel Macron, n’a pas permis de dégager de méthode pour prévenir les conflits, juste de tenter de sauver ce qui reste de quatre siècles d’hégémonie européenne. La France vient d’organiser à Paris le « IIème Forum de Paris sur la paix » [1]. Selon le président Emmanuel Macron, il s’agit de promouvoir le multilatéralisme que son homologue US, le président Donald Trump, serait en train de détruire. Cela est-il vrai ? Est-ce le problème ? Les faits portent au contraire à penser que les Occidentaux, dont la France, mènent depuis la dislocation de l’URSS une action de fond contre le Droit international et les Nations-Unies ; ce Forum n’étant qu’une occasion de sauver le pouvoir qu’ils exercent depuis quatre siècles sur le reste du monde. Pour comprendre ce qui se passe, revenons en arrière : Le président Bill Clinton et sa secrétaire d’État, Madeleine Albright, ont patiemment récrit, un à un, toutes sortes de traités onusiens en abandonnant le langage du Droit international pour celui du Droit anglo-saxon. Cette « modernisation » n’était pas une simple traduction. C’est en réalité l’application de la « doctrine Korbel » visant à faire évoluer toute jurisprudence en faveur des anglo-saxons. Cette stratégie a été poursuivie par le président George Bush Jr et sa secrétaire d’État, Condoleezza Rice, fille adoptive du professeur Korbel et à ce titre sœur de Madeleine Albright [2]. Le même Bill Clinton a accepté un compromis favorable à Israël et l’a fait valider par le Conseil de sécurité. On ne parle plus d’un seul État en Palestine sur le principe égalitaire « Un homme, une voix », mais de deux sur le modèle des bantoustans de l’apartheid sud-africain. Toujours sous l’impulsion du président US Bill Clinton et aussi du Premier ministre britannique Tony Blair, l’Alliance atlantique s’est auto-proclamée « défenseur des persécutés », a condamné la Méchante Serbie, et lui a livré une « guerre humanitaire » (sic). La morale s’était substituée au Droit permettant à l’Otan de le violer. C’est ce même raisonnement qui a été utilisé depuis contre l’Afghanistan, contre l’Iraq, contre la Libye et contre la Syrie. Laura Bush assurait qu’il fallait attaquer l’Afghanistan parce que les petites filles n’avaient pas le droit de mettre de vernis à ongles ; Colin Powell qu’il fallait renverser le président Saddam Hussein parce qu’il était mêlé aux attentats du 11-Septembre ; Nicolas Sarkozy qu’il devait renverser Mouamar Kadhafi parce qu’il allait tuer son propre peuple ; et Laurent Fabius qu’il fallait chasser le président Bachar el-Assad parce qu’il n’avait pas « le droit de vivre sur Terre ». L’argument humanitaire ou le recours aux Droits de l’homme masquent mal le profond mépris occidental pour l’Humanité et les Droits de l’homme. Rappelons que la Déclaration universelle des Droits de l’homme reconnait une hiérarchie entre eux [3]. Elle proclame que les trois droits principaux sont « la vie, la liberté et la sûreté de la personne » (art. 3). C’est pourquoi, elle place comme première application concrète la lutte contre l’esclavage (art. 4) et seulement après la lutte contre la torture (art. 5). Or, les Occidentaux ont rétabli l’esclavage en Libye et soutiennent des États esclavagistes comme l’Arabie saoudite. Ils ont aussi le pire bilan en matière de torture si l’on se souvient des 80 000 personnes enlevées et torturées par l’US Navy sur des bateaux stationnés en eaux internationales au début de ce XXIème siècle [4]. La rhétorique humanitaire, le « droit-de-l’hommisme », n’est pas sans rappeler la manière dont le Royaume-Uni attaqua l’Empire ottoman, prétendument pour sauver les Grecs de son oppression, en réalité pour contrôler leur pays : Londres invita Saint-Pétersbourg et Paris à reconnaître l’indépendance de la Grèce, en 1827, puis, sur la base de cette reconnaissance et en violation des règles du Congrès de Vienne, organisa une guerre devenue « légitime » contre Constantinople pour concrétiser cette « indépendance » : toujours maintenir les apparences du respect du droit quand on le viole ! Depuis la guerre de l’Otan contre la Yougoslavie, l’Onu s’est progressivement effacée. L’Otan n’a plus rien à faire de ce que pensent le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale. En quelques années, en violation de la Charte, les « forces d’interposition » de l’Onu sont devenues des « forces de maintien de la paix ». Il ne s’agit plus de surveiller la mise en application d’un cessez-le-feu conclu entre belligérants, mais d’imposer une solution aux belligérants —pis encore, parfois entre partis politiques d’un même pays. Et, à ce jour, l’Otan est la seule alliance militaire à avoir été invitée à « maintenir la paix ». L’administration de l’Onu elle-même est passée du service de ses membres à celui de l’Otan. Ainsi a-t-on pu voir son Directeur des Affaires politiques, Jeffrey Feltman, promouvoir un plan de capitulation sans condition de la République arabe syrienne au lieu d’œuvrer à la paix [5]. Les membres occidentaux du Conseil de sécurité se disent Protecteurs du Droit international, mais loin de montrer l’exemple, ils manifestent sans vergogne leur dédain quand ce Droit leur est défavorable. Ainsi le Royaume-Uni qui vient de déclarer exercer sa souveraineté sur les îles Chagos, dont la base de Diego Garcia, malgré le recours des habitants légitimes, l’avis de la Cour internationale de Justice et l’injonction de l’Assemblée générale [6]. Le Droit international actuel trouve son origine dans la conférence de La Haye de 1899. Convoquée par le tsar Nicolas II, elle réunit diverses puissances de l’époque pour envisager un traité de désarmement. Mais, le Français Léon Bourgeois y proposa de régler les différends entre États en établissant une chambre d’arbitrage ; le seul moyen de prévenir des guerres étant de trouver des arrangements qui respectent les intérêts des parties comme on le fait entre individus civilisés. À la différence d’un tribunal, une chambre d’arbitrage ne s’impose pas. Elle n’est compétente que si les deux parties la reconnaissent préalablement comme telle. Cette Chambre d’arbitrage a été incorporée à la Société des Nations (SDN), puis à l’Onu. Elle existe toujours et fonctionne bien comme le montre l’actuelle procédure sur la résolution du conflit en mer d’Azov entre l’Ukraine et la Russie. Progressivement la SDN puis l’Onu ont été formées. Contrairement à une idée reçue, l’échec de la Société des Nations n’est pas imputable aux régimes impérial japonais, fasciste italien et nazi allemand, mais au refus des États-Unis d’y siéger et au refus de l’Empire britannique de reconnaître l’égalité des peuples (malgré la proposition japonaise soutenue par Léon Bourgeois). À titre d’exemple, l’abandon du Droit international a été poussé un peu plus loin avec la réforme de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) proposée par la France [7]. Désormais, dans un apparent « souci d’efficacité », les décisions seront prises à la majorité simple et l’Organisation pourra désigner des coupables à l’issue de ses enquêtes techniques. Or, l’OIAC est à l’origine une agence technique chargée de vérifier le respect par ses signataires du Traité interdisant les armes chimiques. Elle a le pouvoir d’enquêter selon des procédures très strictes, approuvées par tous les signataires, et d’établir les faits pour que l’assemblée des signataires en juge. En droit criminel, aucun pays au monde n’admet que les policiers s’instituent en juges et en bourreaux, que, seuls, ils enquêtent, désignent les coupables et les punissent. Pourtant c’est très exactement le pouvoir aberrant que la réforme française donne à l’OIAC. Et comme cette même réforme valide les décisions à la majorité simple des signataires du Traité, cette agence devient un instrument de la politique occidentale. Depuis plusieurs années déjà, les Occidentaux ont retiré toute référence au Droit international dans leurs déclarations et communiqués. Ils s’expriment au contraire en faveur du « multilatéralisme fondé sur des règles ». Quelles règles ? Celles des plus forts. Au demeurant, ce second Forum sur la paix (et non pas pour la paix) n’a pas fait recette. Ils étaient deux fois moins de chefs d’État et de gouvernement à y participer que pour sa première édition [8]. Thierry Meyssa
    0 1 Comments 0 Shares
  • Palestine: Gaza currently under the bombardment of the Zionist entity.

    https://t.me/axisoftheresistance/722
    Palestine: Gaza currently under the bombardment of the Zionist entity. https://t.me/axisoftheresistance/722
    Axis Of The Resistance News
    Palestine: Gaza currently under the bombardment of the Zionist entity.
    T.ME
    1 0 Comments 1 Shares
  • Palestine ❤️✌️
    Palestine ❤️✌️
    1 0 Comments 2 Shares
  • LA GENEALOGIE DE LA QUESTION KURDE

    Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (1/3)

    La communauté internationale unanime multiplie les condamnations de l’offensive militaire au Rojava et assiste impuissante à la fuite de dizaines de milliers de Kurdes, poursuivis par l’armée turque. Cependant nul n’intervient, considérant qu’un massacre est peut-être la seule issue possible pour rétablir la paix, compte tenu de la situation inextricable créée par la France et des crimes contre l’humanité commis par les combattants et les civils kurdes.

    par Thierry Meyssan.

    Toutes les guerres impliquent un processus de simplification : il n’y a que deux camps sur un champ de bataille et chacun doit choisir le sien. Au Moyen-Orient, où il existe une quantité invraisemblable de communautés et d’idéologies, ce processus est particulièrement terrifiant puisque qu’aucune des particularités de ces groupes ne trouve plus à s’exprimer et que chacun doit s’allier à d’autres qu’il réprouve.

    Lorsqu’une guerre touche à sa fin, chacun tente d’effacer les crimes qu’il a commis, volontairement ou non, et parfois de faire disparaître des alliés encombrants qu’il souhaite oublier. Beaucoup tentent alors de reconstruire le passé pour se donner le beau rôle. C’est très exactement ce à quoi nous assistons aujourd’hui avec l’opération turque « Source de paix » à la frontière syrienne et les réactions invraisemblables qu’elle suscite.

    Pour comprendre ce qui se passe, il ne suffit pas de savoir que tout le monde ment. Il faut aussi découvrir ce que chacun cache et l’accepter, même lorsque l’on constate que ceux que l’on admirait jusque-là sont en réalité des salauds.
    Généalogie du Problème

    Si l’on croit la communication européenne, on pourrait penser que les méchants Turcs vont exterminer les gentils Kurdes que les sages Européens tentent de sauver malgré les lâches États-Uniens. Or, aucune de ces quatre puissances ne joue le rôle qu’on lui attribue.

    Il convient d’abord de resituer l’événement actuel dans le contexte de la « Guerre contre la Syrie », dont il n’est qu’une bataille, et dans celui du « Remodelage du Moyen-Orient élargi », dont le conflit syrien n’est qu’une étape. À l’occasion des attentats du 11 septembre 2001, le secrétaire US à la Défense Donald Rumsfeld et son nouveau directeur de la « Transformation de la force », l’amiral Arthur Cebrowski, adaptèrent la stratégie du Pentagone au capitalisme financier. Ils décidèrent de diviser le monde en deux zones : l’une qui serait celle de la globalisation économique et l’autre qui serait vue comme une simple réserve de matières premières. Les armées US seraient chargées de supprimer les structures étatiques dans cette seconde région du monde afin que nul ne puisse résister à cette nouvelle division du travail [1]. Elles commencèrent par le « Moyen-Orient élargi ».

    Il avait été prévu de détruire la République arabe syrienne, en 2003 (Syrian Accountability Act), après l’Afghanistan et l’Irak, mais divers aléas ont repoussé cette opération à 2011. Le plan d’attaque fut réorganisé au regard de l’expérience coloniale britannique dans cette région. Londres conseilla de ne pas détruire complètement les États, de restaurer un État minimal en Irak et de conserver des gouvernements fantoches capables d’administrer la vie quotidienne des peuples. Calqué sur la « Grande révolte arabe » de Lawrence d’Arabie, qu’ils organisèrent en 1915, il s’agissait d’organiser un « Printemps arabe » qui place au pouvoir la Confrérie des Frères musulmans et non plus celle des Wahhabites [2]. On commença par renverser les régimes pro-Occidentaux de Tunisie et d’Égypte, puis on attaqua la Libye et la Syrie.

    Dans un premier temps, la Turquie, membre de l’Otan, refusa de participer à la guerre contre la Libye qui était son premier client et contre la Syrie avec laquelle elle avait créé un marché commun. Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, eut alors l’idée de faire d’une pierre deux coups. Il proposa à son homologue turc, Ahmet Davutoğlu, de résoudre ensemble la question kurde en échange de l’entrée en guerre de la Turquie contre la Libye et contre la Syrie. Les deux hommes signèrent un Protocole secret qui prévoyait la création d’un Kurdistan non pas dans les territoires kurdes de la Turquie, mais dans les territoires araméens et arabes de Syrie [3]. La Turquie, qui entretient d’excellentes relations avec le gouvernement régional du Kurdistan irakien, souhaitait la création d’un second Kurdistan, pensant mettre ainsi fin à l’indépendantisme kurde sur son propre sol. La France, qui avait recruté des tribus kurdes en 1911 pour réprimer les nationalistes arabes, entendait enfin créer dans la région un Kurdistan-croupion comme les Britanniques étaient parvenus à créer une colonie juive en Palestine. Français et Turcs obtinrent le soutien des Israéliens qui contrôlaient déjà le Kurdistan irakien avec le clan Barzani, officiellement membre du Mossad.
    En marron : le Kurdistan dessiné par la Commission King-Crane, validé par le président US Woodrow Wilson et adopté, en 1920, par la conférence de Sèvres.

    Les Kurdes sont un peuple nomade (c’est le sens exact du mot « kurde ») qui se déplaçait dans la vallée de l’Euphrate, en Irak, en Syrie et en Turquie actuelles. Organisé de manière non pas tribale, mais clanique, et réputé pour son courage, il créa de nombreuses dynasties qui régnèrent dans le monde arabe (dont celle de Saladin le Magnifique) et perse, et fournit des supplétifs à diverses armées. Au début du XXème siècle, certain d’entre eux furent recrutés par les Ottomans pour massacrer les populations non-musulmanes de Turquie, particulièrement les Arméniens. À cette occasion, ils se sédentarisèrent en Anatolie, tandis que les autres restèrent nomades. À la fin de la Première Guerre mondiale, le président états-unien Woodrow Wilson, en application du paragraphe 12 de ses 14 points (buts de guerre), créa un Kurdistan sur les décombres de l’Empire ottoman. Pour en délimiter le territoire, il envoya sur place la Commission King-Crane, alors que les Kurdes poursuivaient le massacre des Arméniens. Les experts déterminèrent une zone en Anatolie et mirent en garde Wilson contre les conséquences dévastatrices d’une extension ou d’un déplacement de ce territoire. Mais l’Empire ottoman fut renversé de l’intérieur par Mustafa Kemal qui proclama la République et refusa la perte territoriale qu’imposait le projet wilsonien. En définitive, le Kurdistan ne vit pas le jour.

    Durant un siècle, les Kurdes turcs tentèrent de faire sécession de la Turquie. Dans les années 80, les marxistes-léninistes du PKK ouvrirent une véritable guerre civile contre Ankara, très durement réprimée. Beaucoup se réfugièrent au Nord de la Syrie, sous la protection du président Hafez el-Assad. Lorsque leur leader Abdullah Öcallan fut arrêté par les Israéliens et remis aux Turcs, ils abandonnèrent la lutte armée. À la fin de la Guerre froide, le PKK, n’étant plus financé par l’Union Soviétique, fut pénétré par la CIA et muta. Il abandonna la doctrine marxiste et devint anarchiste, il renonça à la lutte contre l’impérialisme et se mit au service de l’Otan. L’Alliance atlantique eut largement recours à ses opérations terroristes pour contenir l’impulsivité de son membre turc.

    Par ailleurs, en 1991, la communauté internationale livra une guerre à l’Irak qui venait d’envahir le Koweït. À l’issue de cette guerre, les Occidentaux encouragèrent les oppositions chiites et kurdes à se révolter contre le régime sunnite du président Saddam Hussein. Les États-Unis et le Royaume-Uni laissèrent massacrer 200 000 personnes, mais occupèrent une zone du pays qu’ils interdirent à l’armée irakienne. Ils en chassèrent les habitants et y regroupèrent les Kurdes irakiens. C’est cette zone qui fut réintégrée à l’Irak après la guerre de 2003 et devint le Kurdistan irakien autour du clan Barzani.
    La carte d’état-major du plan Rumsfeld/Cebrowski de « Remodelage du Moyen-Orient élargi ».Source : “Blood borders – How a better Middle East would look”, Colonel Ralph Peters, Armed Forces Journal, June 2006.

    Au début de la guerre contre la Syrie, le président Bachar el-Assad accorda la nationalité syrienne aux réfugiés politiques kurdes et à leurs enfants. Ils se mirent immédiatement au service de Damas pour défendre le Nord du pays face aux jihadistes étrangers. Mais l’Otan réveilla le PKK turc et l’envoya mobiliser les Kurdes de Syrie et d’Irak pour créer un très Grand Kurdistan, tel que prévu par le Pentagone depuis 2001 et acté par la carte d’état-major divulguée par le colonel Ralph Peters en 2005.
    La carte du « Remodelage du Moyen-Orient élargi » , modifiée après l’échec de la première guerre contre la Syrie.Source : “Imagining a Remapped Middle East”, Robin Wright, The New York Times Sunday Review, September 28, 2013.

    Ce projet (visant à diviser la région sur des bases ethniques) ne correspondait pas du tout à celui du président Wilson en 1919 (visant à reconnaître le droit du peuple kurde), ni à celui des Français (visant à récompenser des mercenaires). Il était bien trop vaste pour eux et ils ne pouvaient pas espérer le contrôler. Il enchantait par contre les Israéliens qui y voyait un moyen de contenir la Syrie par l’arrière. Cependant, il s’avéra impossible à réaliser. L’USIP, un institut des « Cinq yeux » lié au Pentagone, proposa de le modifier. Le Grand Kurdistan serait réduit au profit d’une extension du Sunnistan irakien [4] qui serait confiée à une organisation jihadiste : le futur Daesh.

    Les Kurdes du YPG, branche syrienne du PKK, tentèrent de créer un nouvel État, le Rojava, avec l’aide des forces US. Le Pentagone les utilisa pour cantonner les jihadistes dans la zone qui leur avait été assignée. Il n’y eut jamais de combat théologique ou idéologique entre le YPG et Daesh, c’était juste une rivalité pour un territoire à partager sur les décombres de l’Irak et de la Syrie. Et d’ailleurs lorsque l’Émirat de Daesh s’effondra, le YPG aida les jihadistes à rejoindre les forces d’Al-Qaïda à Idleb en traversant leur « Kurdistan ».

    Les Kurdes irakiens du clan Barzani participèrent quant à eux directement à la conquête de l’Irak par Daesh. Selon le PKK, le fils du président et chef du Renseignement du gouvernement régional kurde irakien, Masrour « Jomaa » Barzani, assista à la réunion secrète de la CIA à Amman, le 1er juin 2014, qui planifia cette opération [5]. Les Barzani ne livrèrent aucune bataille contre Daesh. Ils se contentèrent de faire respecter leur territoire et de les envoyer affronter les sunnites. Pire, ils laissèrent Daesh réduire en esclavage des Kurdes non-musulmans, les Yézidis, lors de la bataille du Sinjar. Ceux qui furent sauvés, le furent par des combattants du PKK turc et du YPG syrien dépêchés sur place.

    Le 27 novembre 2017, les Barzani organisèrent —avec le seul soutien d’Israël— un référendum d’autodétermination au Kurdistan irakien qu’ils perdirent malgré des trucages évidents. Le monde arabe découvrit avec stupéfaction, le soir du scrutin, une marée de drapeaux israéliens à Erbil. Selon le magazine Israel-Kurd, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, s’était engagé à transférer 200 000 Kurdes israéliens, en cas de victoire référendaire, afin de protéger le nouvel État.

    Pour jouir du droit à l’autodétermination, un peuple doit d’abord être uni, ce qui n’a jamais été le cas des Kurdes. Il doit ensuite habiter un territoire où il soit majoritaire, ce qui n’était le cas qu’en Anatolie depuis le génocide des Arméniens, puis aussi au Nord de l’Irak depuis le nettoyage ethnique de la zone de non-survol durant l’après-« Tempête du désert », et enfin au Nord-Est de la Syrie depuis l’expulsion des Assyriens chrétiens et des Arabes. Leur reconnaître ce droit aujourd’hui, c’est valider des crimes contre l’humanité.

    A suivre…

    Le Kurdistan, imaginé par le colonialisme français (mercredi 16 octobre)
    L’invasion turque du Rojava (jeudi 17 octobre)

    Thierry Meyssan

    ——————

    [1] Cette stratégie a été évoquée la première fois par le colonel Ralph Peters dans « Stability, America’s Ennemy », Parameters 31-4 (revue de l’Armée de Terre US), Hiver 2001. Puis exposée plus clairement pour le grand public par l’assistant de l’amiral Cebrowski dans The Pentagon’s New Map, Thomas P. M. Barnett, Putnam Publishing Group, 2004. Enfin, le colonel Peters a publié la carte que l’état-major US avait établie dans “Blood borders – How a better Middle East would look”, Colonel Ralph Peters, Armed Forces Journal, June 2006.

    [2] Un grand nombre de documents disponibles dès 2005 attestent de la préparation de cette opération par le MI6. Notamment les e-mails du Foreign Office révélés par le lanceur d’alerte Derek Pasquill. Lire : Sous nos yeux. Du 11-Septembre à Donald Trump, Thierry Meyssan, Demi-Lune (2017).

    [3] L’existence de ce Protocole secret a été révélée à l’époque par la presse algérienne. Des diplomates syriens me l’ont décrit en détail. Malheureusement, les archives qui en disposaient à Damas ont été précipitamment transférées lors d’une attaque jihadiste. Il n’est donc pas disponible pour le moment, mais deviendra public lorsque ces archives auront été triées.

    [4] “Imagining a Remapped Middle East”, Robin Wright, The New York Times Sunday Review, September 28, 2013.

    [5] « Yer : Amman, Tarih : 1, Konu : Musul », Akif Serhat, Özgür Gündem, 6 juillet 2014.

    Photo: Des dizaines de milliers de civils kurdes fuient devant l’armée turque, abandonnant la terre qu’ils avaient conquise et dont ils espéraient faire leur patrie.

    source : https://www.voltairenet.org/article207881.html

    envoyé par Byblos
    LA GENEALOGIE DE LA QUESTION KURDE Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (1/3) La communauté internationale unanime multiplie les condamnations de l’offensive militaire au Rojava et assiste impuissante à la fuite de dizaines de milliers de Kurdes, poursuivis par l’armée turque. Cependant nul n’intervient, considérant qu’un massacre est peut-être la seule issue possible pour rétablir la paix, compte tenu de la situation inextricable créée par la France et des crimes contre l’humanité commis par les combattants et les civils kurdes. par Thierry Meyssan. Toutes les guerres impliquent un processus de simplification : il n’y a que deux camps sur un champ de bataille et chacun doit choisir le sien. Au Moyen-Orient, où il existe une quantité invraisemblable de communautés et d’idéologies, ce processus est particulièrement terrifiant puisque qu’aucune des particularités de ces groupes ne trouve plus à s’exprimer et que chacun doit s’allier à d’autres qu’il réprouve. Lorsqu’une guerre touche à sa fin, chacun tente d’effacer les crimes qu’il a commis, volontairement ou non, et parfois de faire disparaître des alliés encombrants qu’il souhaite oublier. Beaucoup tentent alors de reconstruire le passé pour se donner le beau rôle. C’est très exactement ce à quoi nous assistons aujourd’hui avec l’opération turque « Source de paix » à la frontière syrienne et les réactions invraisemblables qu’elle suscite. Pour comprendre ce qui se passe, il ne suffit pas de savoir que tout le monde ment. Il faut aussi découvrir ce que chacun cache et l’accepter, même lorsque l’on constate que ceux que l’on admirait jusque-là sont en réalité des salauds. Généalogie du Problème Si l’on croit la communication européenne, on pourrait penser que les méchants Turcs vont exterminer les gentils Kurdes que les sages Européens tentent de sauver malgré les lâches États-Uniens. Or, aucune de ces quatre puissances ne joue le rôle qu’on lui attribue. Il convient d’abord de resituer l’événement actuel dans le contexte de la « Guerre contre la Syrie », dont il n’est qu’une bataille, et dans celui du « Remodelage du Moyen-Orient élargi », dont le conflit syrien n’est qu’une étape. À l’occasion des attentats du 11 septembre 2001, le secrétaire US à la Défense Donald Rumsfeld et son nouveau directeur de la « Transformation de la force », l’amiral Arthur Cebrowski, adaptèrent la stratégie du Pentagone au capitalisme financier. Ils décidèrent de diviser le monde en deux zones : l’une qui serait celle de la globalisation économique et l’autre qui serait vue comme une simple réserve de matières premières. Les armées US seraient chargées de supprimer les structures étatiques dans cette seconde région du monde afin que nul ne puisse résister à cette nouvelle division du travail [1]. Elles commencèrent par le « Moyen-Orient élargi ». Il avait été prévu de détruire la République arabe syrienne, en 2003 (Syrian Accountability Act), après l’Afghanistan et l’Irak, mais divers aléas ont repoussé cette opération à 2011. Le plan d’attaque fut réorganisé au regard de l’expérience coloniale britannique dans cette région. Londres conseilla de ne pas détruire complètement les États, de restaurer un État minimal en Irak et de conserver des gouvernements fantoches capables d’administrer la vie quotidienne des peuples. Calqué sur la « Grande révolte arabe » de Lawrence d’Arabie, qu’ils organisèrent en 1915, il s’agissait d’organiser un « Printemps arabe » qui place au pouvoir la Confrérie des Frères musulmans et non plus celle des Wahhabites [2]. On commença par renverser les régimes pro-Occidentaux de Tunisie et d’Égypte, puis on attaqua la Libye et la Syrie. Dans un premier temps, la Turquie, membre de l’Otan, refusa de participer à la guerre contre la Libye qui était son premier client et contre la Syrie avec laquelle elle avait créé un marché commun. Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, eut alors l’idée de faire d’une pierre deux coups. Il proposa à son homologue turc, Ahmet Davutoğlu, de résoudre ensemble la question kurde en échange de l’entrée en guerre de la Turquie contre la Libye et contre la Syrie. Les deux hommes signèrent un Protocole secret qui prévoyait la création d’un Kurdistan non pas dans les territoires kurdes de la Turquie, mais dans les territoires araméens et arabes de Syrie [3]. La Turquie, qui entretient d’excellentes relations avec le gouvernement régional du Kurdistan irakien, souhaitait la création d’un second Kurdistan, pensant mettre ainsi fin à l’indépendantisme kurde sur son propre sol. La France, qui avait recruté des tribus kurdes en 1911 pour réprimer les nationalistes arabes, entendait enfin créer dans la région un Kurdistan-croupion comme les Britanniques étaient parvenus à créer une colonie juive en Palestine. Français et Turcs obtinrent le soutien des Israéliens qui contrôlaient déjà le Kurdistan irakien avec le clan Barzani, officiellement membre du Mossad. En marron : le Kurdistan dessiné par la Commission King-Crane, validé par le président US Woodrow Wilson et adopté, en 1920, par la conférence de Sèvres. Les Kurdes sont un peuple nomade (c’est le sens exact du mot « kurde ») qui se déplaçait dans la vallée de l’Euphrate, en Irak, en Syrie et en Turquie actuelles. Organisé de manière non pas tribale, mais clanique, et réputé pour son courage, il créa de nombreuses dynasties qui régnèrent dans le monde arabe (dont celle de Saladin le Magnifique) et perse, et fournit des supplétifs à diverses armées. Au début du XXème siècle, certain d’entre eux furent recrutés par les Ottomans pour massacrer les populations non-musulmanes de Turquie, particulièrement les Arméniens. À cette occasion, ils se sédentarisèrent en Anatolie, tandis que les autres restèrent nomades. À la fin de la Première Guerre mondiale, le président états-unien Woodrow Wilson, en application du paragraphe 12 de ses 14 points (buts de guerre), créa un Kurdistan sur les décombres de l’Empire ottoman. Pour en délimiter le territoire, il envoya sur place la Commission King-Crane, alors que les Kurdes poursuivaient le massacre des Arméniens. Les experts déterminèrent une zone en Anatolie et mirent en garde Wilson contre les conséquences dévastatrices d’une extension ou d’un déplacement de ce territoire. Mais l’Empire ottoman fut renversé de l’intérieur par Mustafa Kemal qui proclama la République et refusa la perte territoriale qu’imposait le projet wilsonien. En définitive, le Kurdistan ne vit pas le jour. Durant un siècle, les Kurdes turcs tentèrent de faire sécession de la Turquie. Dans les années 80, les marxistes-léninistes du PKK ouvrirent une véritable guerre civile contre Ankara, très durement réprimée. Beaucoup se réfugièrent au Nord de la Syrie, sous la protection du président Hafez el-Assad. Lorsque leur leader Abdullah Öcallan fut arrêté par les Israéliens et remis aux Turcs, ils abandonnèrent la lutte armée. À la fin de la Guerre froide, le PKK, n’étant plus financé par l’Union Soviétique, fut pénétré par la CIA et muta. Il abandonna la doctrine marxiste et devint anarchiste, il renonça à la lutte contre l’impérialisme et se mit au service de l’Otan. L’Alliance atlantique eut largement recours à ses opérations terroristes pour contenir l’impulsivité de son membre turc. Par ailleurs, en 1991, la communauté internationale livra une guerre à l’Irak qui venait d’envahir le Koweït. À l’issue de cette guerre, les Occidentaux encouragèrent les oppositions chiites et kurdes à se révolter contre le régime sunnite du président Saddam Hussein. Les États-Unis et le Royaume-Uni laissèrent massacrer 200 000 personnes, mais occupèrent une zone du pays qu’ils interdirent à l’armée irakienne. Ils en chassèrent les habitants et y regroupèrent les Kurdes irakiens. C’est cette zone qui fut réintégrée à l’Irak après la guerre de 2003 et devint le Kurdistan irakien autour du clan Barzani. La carte d’état-major du plan Rumsfeld/Cebrowski de « Remodelage du Moyen-Orient élargi ».Source : “Blood borders – How a better Middle East would look”, Colonel Ralph Peters, Armed Forces Journal, June 2006. Au début de la guerre contre la Syrie, le président Bachar el-Assad accorda la nationalité syrienne aux réfugiés politiques kurdes et à leurs enfants. Ils se mirent immédiatement au service de Damas pour défendre le Nord du pays face aux jihadistes étrangers. Mais l’Otan réveilla le PKK turc et l’envoya mobiliser les Kurdes de Syrie et d’Irak pour créer un très Grand Kurdistan, tel que prévu par le Pentagone depuis 2001 et acté par la carte d’état-major divulguée par le colonel Ralph Peters en 2005. La carte du « Remodelage du Moyen-Orient élargi » , modifiée après l’échec de la première guerre contre la Syrie.Source : “Imagining a Remapped Middle East”, Robin Wright, The New York Times Sunday Review, September 28, 2013. Ce projet (visant à diviser la région sur des bases ethniques) ne correspondait pas du tout à celui du président Wilson en 1919 (visant à reconnaître le droit du peuple kurde), ni à celui des Français (visant à récompenser des mercenaires). Il était bien trop vaste pour eux et ils ne pouvaient pas espérer le contrôler. Il enchantait par contre les Israéliens qui y voyait un moyen de contenir la Syrie par l’arrière. Cependant, il s’avéra impossible à réaliser. L’USIP, un institut des « Cinq yeux » lié au Pentagone, proposa de le modifier. Le Grand Kurdistan serait réduit au profit d’une extension du Sunnistan irakien [4] qui serait confiée à une organisation jihadiste : le futur Daesh. Les Kurdes du YPG, branche syrienne du PKK, tentèrent de créer un nouvel État, le Rojava, avec l’aide des forces US. Le Pentagone les utilisa pour cantonner les jihadistes dans la zone qui leur avait été assignée. Il n’y eut jamais de combat théologique ou idéologique entre le YPG et Daesh, c’était juste une rivalité pour un territoire à partager sur les décombres de l’Irak et de la Syrie. Et d’ailleurs lorsque l’Émirat de Daesh s’effondra, le YPG aida les jihadistes à rejoindre les forces d’Al-Qaïda à Idleb en traversant leur « Kurdistan ». Les Kurdes irakiens du clan Barzani participèrent quant à eux directement à la conquête de l’Irak par Daesh. Selon le PKK, le fils du président et chef du Renseignement du gouvernement régional kurde irakien, Masrour « Jomaa » Barzani, assista à la réunion secrète de la CIA à Amman, le 1er juin 2014, qui planifia cette opération [5]. Les Barzani ne livrèrent aucune bataille contre Daesh. Ils se contentèrent de faire respecter leur territoire et de les envoyer affronter les sunnites. Pire, ils laissèrent Daesh réduire en esclavage des Kurdes non-musulmans, les Yézidis, lors de la bataille du Sinjar. Ceux qui furent sauvés, le furent par des combattants du PKK turc et du YPG syrien dépêchés sur place. Le 27 novembre 2017, les Barzani organisèrent —avec le seul soutien d’Israël— un référendum d’autodétermination au Kurdistan irakien qu’ils perdirent malgré des trucages évidents. Le monde arabe découvrit avec stupéfaction, le soir du scrutin, une marée de drapeaux israéliens à Erbil. Selon le magazine Israel-Kurd, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, s’était engagé à transférer 200 000 Kurdes israéliens, en cas de victoire référendaire, afin de protéger le nouvel État. Pour jouir du droit à l’autodétermination, un peuple doit d’abord être uni, ce qui n’a jamais été le cas des Kurdes. Il doit ensuite habiter un territoire où il soit majoritaire, ce qui n’était le cas qu’en Anatolie depuis le génocide des Arméniens, puis aussi au Nord de l’Irak depuis le nettoyage ethnique de la zone de non-survol durant l’après-« Tempête du désert », et enfin au Nord-Est de la Syrie depuis l’expulsion des Assyriens chrétiens et des Arabes. Leur reconnaître ce droit aujourd’hui, c’est valider des crimes contre l’humanité. A suivre… Le Kurdistan, imaginé par le colonialisme français (mercredi 16 octobre) L’invasion turque du Rojava (jeudi 17 octobre) Thierry Meyssan —————— [1] Cette stratégie a été évoquée la première fois par le colonel Ralph Peters dans « Stability, America’s Ennemy », Parameters 31-4 (revue de l’Armée de Terre US), Hiver 2001. Puis exposée plus clairement pour le grand public par l’assistant de l’amiral Cebrowski dans The Pentagon’s New Map, Thomas P. M. Barnett, Putnam Publishing Group, 2004. Enfin, le colonel Peters a publié la carte que l’état-major US avait établie dans “Blood borders – How a better Middle East would look”, Colonel Ralph Peters, Armed Forces Journal, June 2006. [2] Un grand nombre de documents disponibles dès 2005 attestent de la préparation de cette opération par le MI6. Notamment les e-mails du Foreign Office révélés par le lanceur d’alerte Derek Pasquill. Lire : Sous nos yeux. Du 11-Septembre à Donald Trump, Thierry Meyssan, Demi-Lune (2017). [3] L’existence de ce Protocole secret a été révélée à l’époque par la presse algérienne. Des diplomates syriens me l’ont décrit en détail. Malheureusement, les archives qui en disposaient à Damas ont été précipitamment transférées lors d’une attaque jihadiste. Il n’est donc pas disponible pour le moment, mais deviendra public lorsque ces archives auront été triées. [4] “Imagining a Remapped Middle East”, Robin Wright, The New York Times Sunday Review, September 28, 2013. [5] « Yer : Amman, Tarih : 1, Konu : Musul », Akif Serhat, Özgür Gündem, 6 juillet 2014. Photo: Des dizaines de milliers de civils kurdes fuient devant l’armée turque, abandonnant la terre qu’ils avaient conquise et dont ils espéraient faire leur patrie. source : https://www.voltairenet.org/article207881.html envoyé par Byblos
    1 0 Comments 0 Shares
  • LE KURDISTAN, IMAGINE PAR LE COLONIALISME FRANCAIS

    Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (1/3) – La généalogie de la question kurde
    Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (2/3)

    Contrairement à une idée reçue, le Rojava n’est pas un État pour le peuple kurde, mais un fantasme français de l’entre-deux guerres. Il s’agissait de créer un État croupion avec des Kurdes équivalent au Grand Israël qui était envisagé avec des Juifs. Cet objectif colonial a été réactivé par les présidents Sarkozy, Hollande et Macron jusqu’au nettoyage ethnique de la région destinée à l’accueillir.

    par Thierry Meyssan.

    Le Haut-commissaire français au Levant, le général Henri Gouraud, recrute avec l’aide des Turcs 900 hommes du clan kurde des Millis pour réprimer la rébellion nationaliste arabe à Alep et Raqqa. Ces mercenaires combattront en tant que gendarmes français sous ce qui deviendra le drapeau de l’actuelle Armée syrienne libre (Télégramme du 5 janvier 1921). Source : Archives de l’armée de Terre française.

    Le peuple kurde n’a jamais eu de rêve d’unification, à l’exception du projet du prince de Rewanduz. Au XIXème siècle, celui-ci s’inspirait de la conception allemande de la Nation et entendait donc prioritairement unifier la langue. Encore aujourd’hui, il existe plusieurs langues, induisant une séparation très prononcée entre les clans kurmanjis, soranis, zazakis, et guranis.

    Selon des documents jusqu’ici inexploités et au sujet desquels l’intellectuel libanais Hassan Hamadé rédige actuellement un livre stupéfiant, le président du Conseil des ministres français, Léon Blum, négocia en 1936 avec le chef de l’Agence juive, Chaim Wiezmann, et les Britanniques, la création d’un Grand État d’Israël de la Palestine à l’Euphrate, incluant donc le Liban et la Syrie jusqu’alors sous mandat français. Ce projet capota en raison de la furieuse opposition du Haut-Commissaire français au Levant, le comte Damien de Martel. La France —et probablement le Royaume-Uni— envisageaient à l’époque de créer un État kurde en Syrie à l’Est de l’Euphrate.
    Le 4 février 1994, le président Mitterrand reçoit une délégation kurde de membres du PKK turc.

    La question kurde redevint une priorité avec le président François Mitterrand. En pleine Guerre froide, son épouse, Danielle, devint la « mère des Kurdes [du clan Barzani] ». Les 14 et 15 octobre 1989, elle organisa un colloque à Paris : « Les Kurdes : l’identité culturelle, le respect des droits de l’homme ». Elle joua un rôle dans l’attribution mensongère de la mort des Kurdes du village d’Halabja durant la guerre Iraq-Iran à la cruauté du président Saddam Hussein alors que les rapports de l’US Army attestent qu’au contraire le vent a déplacé des gaz iraniens durant une terrible bataille[1]. En 1992, elle participa à la création d’un gouvernement fantoche kurde dans la zone iraquienne occupée par les Anglo-Saxons.
    Le 31 octobre 2014, François Hollande raccompagne Recep Tayyip Erdoğan sur le perron de l’Élysée. Un autre invité vient de sortir discrètement par la petite porte, le Kurde pro-Turcs Salih Muslim.

    Lors de la présidence de Nicolas Sarkozy, en 2011, Alain Juppé conclut un Protocole secret avec la Turquie pour la création d’un pseudo-Kurdistan. La Syrie ne réagit pas. Puis, le 31 octobre 2014, le président François Hollande reçut officiellement au palais de l’Élysée le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan avec officieusement le co-président du YPG, Salih Muslim, pour mettre au point le démembrement de la Syrie. Les combattants kurdes cessèrent de se reconnaître comme Syriens et débutèrent leur lutte pour leur propre patrie. La Syrie cessa immédiatement de payer leurs salaires.
    À l’issue de la bataille de Kobané, François Hollande change de camp et marque son soutien aux Kurdes, en recevant à l’Élysée, le 8 février 2015, une délégation pro-US du YPG.

    Cependant, quelques mois plus tard, le président Barack Obama rappelle la France à l’ordre. Ce n’est pas à Paris de négocier un pseudo-Kurdistan au regard de ses vieux rêves coloniaux, mais au seul Pentagone, selon le plan ethnique Rumsfeld/Cebrowski. François Hollande se plie et reçoit une délégation kurde pro-US de combattantes d’Aïn al-Arab (« Kobané » en allemand et non pas en langue kurde). La Turquie refuse quant à elle de se soumettre à Washington. C’est le début d’une longue divergence entre les membres de l’Alliance atlantique. Considérant que le retournement français viole l’accord du 31 octobre 2014, les services secrets turcs organisent avec Daesh les attentats du 13 novembre 2015 contre la France et du 22 mars 2016 contre la Belgique, qui venait de s’aligner à son tour sur Washington[2]. Le président Erdoğan annoncera sans équivoque les attentats contre la Belgique et sa presse les revendiquera. Enfin, Salih Muslim organise la conscription obligatoire des jeunes kurdes et édifie sa dictature, tandis qu’Ankara émet un mandat d’arrêt contre lui.

    Décret de kurdisation forcée du Nord de la Syrie. Ce document, rendu public par les victimes chrétiennes assyriennes, atteste du nettoyage ethnique perpétré par les FDS, sous encadrement militaire US.

    En octobre 2015, le Pentagone créé les Forces démocratiques syriennes (FDS), une unité de mercenaires kurdes turcs et syriens, incluant quelques arabes et chrétiens, de manière à réaliser un nettoyage ethnique sans avoir à en prendre publiquement la responsabilité. Les FDS expulsent les familles arabes et chrétiennes assyriennes. Des combattants, venus d’Iraq et de Turquie, s’installent dans leurs maisons et prennent possession de leurs terres. L’archevêque catholique syriaque d’Hassaké-Nisibi, Mgr. Jacques Behnan Hindo, attestera plusieurs fois que des leaders kurdes ont évoqué devant lui un plan d’expulsion des chrétiens du « Rojava ». Les forces spéciales françaises assistent à ce crime contre l’humanité sans broncher. Le 17 mars 2016, l’autonomie du « Rojava » (pseudo-Kurdistan en Syrie) est déclarée[3]. Craignant la jonction entre le PKK turc et le clan Barzani iraquien qui ouvrirait la voie à la création d’un Grand Kurdistan, le gouvernement irakien envoie des armes au PKK afin de renverser les Barzanis. Il s’ensuit une série d’assassinat de dirigeants kurdes par des clans opposés.
    Une délégation kurde est reçue à l’Élysée par le président François Hollande et son ministre de la Défense de l’époque, Jean-Yves Le Drian, en présence de Bernard-Henri Lévy, ordonnateur des désastres tunisien, égyptien et libyen.

    Fin 2016, le retrait partiel de l’armée russe suivi de la libération d’Alep par l’Armée arabe syrienne marquent le retournement définitif de la guerre. Ils coïncident, en janvier 2017, avec l’arrivée à la Maison-Blanche du président Donald Trump, dont le programme électoral prévoit la fin de la stratégie Rumsfeld/Cebrowski, la fin du soutien massif aux jihadistes et le retrait de l’Otan et des troupes US de Syrie. La France facilite le départ au Rojava de jeunes combattants anarchistes persuadés de défendre la cause kurde alors qu’ils se battent pour l’Alliance atlantique[4]. De retour en France, ils s’avéreront aussi incontrôlables que les jeunes Français jihadistes. Ainsi, selon la DGSI (Renseignements intérieurs), c’est un de ces combattants qui tentera d’abattre un hélicoptère de gendarmerie lors de l’évacuation de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes[5].

    En juin 2017, le président Trump autorise une opération conjointe de l’Armée arabe syrienne (commandée par le président Bachar el-Assad) et des FDS (c’est-à-dire des mercenaires kurdes pro-US) pour libérer Raqqa, la capitale de Daesh[6]. La guerre est finie, mais ni la France, ni l’Allemagne ne l’entendent ainsi.

    Progressivement, le contrôle du YPG échappe aux États-Unis qui s’en désintéressent. L’organisation terroriste devient alors un jouet français, comme les Frères musulmans sont une marionnette britannique.
    Cette carte a été publiée par Anadolu Agency en janvier 2019. Elle fait apparaître 9 bases militaires françaises, dont 8 ont été déployées par le président Emmanuel Macron.

    La Turquie fait alors publier par son agence officielle, Anadolu Agency, la carte des bases militaires françaises au Rojava, dont le nombre est étendu sous la présidence d’Emmanuel Macron à neuf. On ne connaissait jusque-là que celle de la cimenterie du groupe Lafarge. Ankara entend souligner que, contrairement à ses déclarations officielles et à la différence des États-Unis, la France reste favorable à la partition de la Syrie.

    Nous pouvons également révéler que, sollicitée par les services de Renseignement syriens pour récupérer ses jihadistes faits prisonniers, la France refusa de les rapatrier pour les juger. Elle demanda qu’ils soient remis aux forces kurdes qui s’en occuperaient.

    En février 2018, l’ambassadeur de la Fédération de Russie à l’Onu, Vassily Nebenzia, révèle que les kurdes syriens viennent d’amnistier 120 leaders de Daesh et les ont incorporés au YPG.

    Dès septembre 2018, le président Trump prépare le retrait des troupes US de toute la Syrie[7]. L’abandon du « Rojava » est conditionné à la coupure de la route iranienne qui pourrait traverser ce territoire pour rejoindre le Liban. Ce à quoi s’engagera le président Erdoğan en août. Les GI’s surpervisent alors la destruction des ouvrages défensifs des Kurdes. Un accord est validé le 16 septembre par la Russie, la Turquie et l’Iran. Dès lors la fin de ce pseudo-Kurdistan est imminente. Ne comprenant absolument pas ce qui se passe, la France est stupéfiée lorsque les troupes turques envahissent brutalement ce pseudo-État autonome et que fuit la population l’occupant illégalement.
    Infatué de lui-même et totalement déconnecté de la réalité, Jean-Yves le Drian assure sur le plateau de France 2 que la France poursuit sans risques ses objectifs en Syrie.

    Invité du journal télévisé de France2, le 10 septembre, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian, tente de rassurer les Français sur les conséquences de ce fiasco. Il assure que la France contrôle la situation : les jihadistes détenus au Rojava ne seront pas libérés, alors qu’il n’y a plus aucune institution sur place, mais jugés dans ce territoire. Il poursuit en affirmant que le président Erdoğan menace la France dans le vide. Enfin, il refuse de répondre à une question sur la mission de l’armée française sur place, en pleine débâcle.

    Si l’on ignore le sort qui attend les jihadistes prisonniers aussi bien que celui des populations civiles qui ont volé cette terre, on est sans nouvelles du sort des soldats des neuf bases militaires françaises. Ils sont pris entre deux feux, entre l’armée turque que le président Hollande a trahie et les Kurdes que le président Macron a abandonnés et qui ont fait à nouveau allégeance à la République arabe syrienne.

    Thierry Meyssan

    [1] “A War Crime Or an Act of War ?”, Stephen C. Pelletiere, The New York Times, January 31, 2003.

    [2] Selon les experts anti-terroristes, ces attentats n’ont pas été effectués en recourant à un mode opératoire comparable à celui utilisé lors des autres attentats revendiqués par Daesh, mais portent la trace d’une organisation militaire minutieuse, d’un acte de guerre perpétré par un État. « Le mobile des attentats de Paris et de Bruxelles », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 mars 2016.

    [3] « Déclaration du Rojava pour une Syrie fédérale », Réseau Voltaire, 17 mars 2016.

    [4] « Les Brigades anarchistes de l’Otan », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 12 septembre 2017.

    [5] « Ces revenants du Rojava qui inquiètent les services de renseignement », Matthieu Suc et Jacques Massey, Médiapart, 2 septembre 2019.

    [6] “Secret Russian-Kurdish-Syrian military cooperation is happening in Syria’s eastern desert”, Robert Fisk, The Independent, July 24, 2017.

    [7] “Trump eyeing Arab ‘boots on the ground’ to counter Iran in Syria”, Travis J. Tritten, Washington Examiner, September 29, 2018.

    source : https://www.voltairenet.org/article207884.html
    LE KURDISTAN, IMAGINE PAR LE COLONIALISME FRANCAIS Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (1/3) – La généalogie de la question kurde Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (2/3) Contrairement à une idée reçue, le Rojava n’est pas un État pour le peuple kurde, mais un fantasme français de l’entre-deux guerres. Il s’agissait de créer un État croupion avec des Kurdes équivalent au Grand Israël qui était envisagé avec des Juifs. Cet objectif colonial a été réactivé par les présidents Sarkozy, Hollande et Macron jusqu’au nettoyage ethnique de la région destinée à l’accueillir. par Thierry Meyssan. Le Haut-commissaire français au Levant, le général Henri Gouraud, recrute avec l’aide des Turcs 900 hommes du clan kurde des Millis pour réprimer la rébellion nationaliste arabe à Alep et Raqqa. Ces mercenaires combattront en tant que gendarmes français sous ce qui deviendra le drapeau de l’actuelle Armée syrienne libre (Télégramme du 5 janvier 1921). Source : Archives de l’armée de Terre française. Le peuple kurde n’a jamais eu de rêve d’unification, à l’exception du projet du prince de Rewanduz. Au XIXème siècle, celui-ci s’inspirait de la conception allemande de la Nation et entendait donc prioritairement unifier la langue. Encore aujourd’hui, il existe plusieurs langues, induisant une séparation très prononcée entre les clans kurmanjis, soranis, zazakis, et guranis. Selon des documents jusqu’ici inexploités et au sujet desquels l’intellectuel libanais Hassan Hamadé rédige actuellement un livre stupéfiant, le président du Conseil des ministres français, Léon Blum, négocia en 1936 avec le chef de l’Agence juive, Chaim Wiezmann, et les Britanniques, la création d’un Grand État d’Israël de la Palestine à l’Euphrate, incluant donc le Liban et la Syrie jusqu’alors sous mandat français. Ce projet capota en raison de la furieuse opposition du Haut-Commissaire français au Levant, le comte Damien de Martel. La France —et probablement le Royaume-Uni— envisageaient à l’époque de créer un État kurde en Syrie à l’Est de l’Euphrate. Le 4 février 1994, le président Mitterrand reçoit une délégation kurde de membres du PKK turc. La question kurde redevint une priorité avec le président François Mitterrand. En pleine Guerre froide, son épouse, Danielle, devint la « mère des Kurdes [du clan Barzani] ». Les 14 et 15 octobre 1989, elle organisa un colloque à Paris : « Les Kurdes : l’identité culturelle, le respect des droits de l’homme ». Elle joua un rôle dans l’attribution mensongère de la mort des Kurdes du village d’Halabja durant la guerre Iraq-Iran à la cruauté du président Saddam Hussein alors que les rapports de l’US Army attestent qu’au contraire le vent a déplacé des gaz iraniens durant une terrible bataille[1]. En 1992, elle participa à la création d’un gouvernement fantoche kurde dans la zone iraquienne occupée par les Anglo-Saxons. Le 31 octobre 2014, François Hollande raccompagne Recep Tayyip Erdoğan sur le perron de l’Élysée. Un autre invité vient de sortir discrètement par la petite porte, le Kurde pro-Turcs Salih Muslim. Lors de la présidence de Nicolas Sarkozy, en 2011, Alain Juppé conclut un Protocole secret avec la Turquie pour la création d’un pseudo-Kurdistan. La Syrie ne réagit pas. Puis, le 31 octobre 2014, le président François Hollande reçut officiellement au palais de l’Élysée le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan avec officieusement le co-président du YPG, Salih Muslim, pour mettre au point le démembrement de la Syrie. Les combattants kurdes cessèrent de se reconnaître comme Syriens et débutèrent leur lutte pour leur propre patrie. La Syrie cessa immédiatement de payer leurs salaires. À l’issue de la bataille de Kobané, François Hollande change de camp et marque son soutien aux Kurdes, en recevant à l’Élysée, le 8 février 2015, une délégation pro-US du YPG. Cependant, quelques mois plus tard, le président Barack Obama rappelle la France à l’ordre. Ce n’est pas à Paris de négocier un pseudo-Kurdistan au regard de ses vieux rêves coloniaux, mais au seul Pentagone, selon le plan ethnique Rumsfeld/Cebrowski. François Hollande se plie et reçoit une délégation kurde pro-US de combattantes d’Aïn al-Arab (« Kobané » en allemand et non pas en langue kurde). La Turquie refuse quant à elle de se soumettre à Washington. C’est le début d’une longue divergence entre les membres de l’Alliance atlantique. Considérant que le retournement français viole l’accord du 31 octobre 2014, les services secrets turcs organisent avec Daesh les attentats du 13 novembre 2015 contre la France et du 22 mars 2016 contre la Belgique, qui venait de s’aligner à son tour sur Washington[2]. Le président Erdoğan annoncera sans équivoque les attentats contre la Belgique et sa presse les revendiquera. Enfin, Salih Muslim organise la conscription obligatoire des jeunes kurdes et édifie sa dictature, tandis qu’Ankara émet un mandat d’arrêt contre lui. Décret de kurdisation forcée du Nord de la Syrie. Ce document, rendu public par les victimes chrétiennes assyriennes, atteste du nettoyage ethnique perpétré par les FDS, sous encadrement militaire US. En octobre 2015, le Pentagone créé les Forces démocratiques syriennes (FDS), une unité de mercenaires kurdes turcs et syriens, incluant quelques arabes et chrétiens, de manière à réaliser un nettoyage ethnique sans avoir à en prendre publiquement la responsabilité. Les FDS expulsent les familles arabes et chrétiennes assyriennes. Des combattants, venus d’Iraq et de Turquie, s’installent dans leurs maisons et prennent possession de leurs terres. L’archevêque catholique syriaque d’Hassaké-Nisibi, Mgr. Jacques Behnan Hindo, attestera plusieurs fois que des leaders kurdes ont évoqué devant lui un plan d’expulsion des chrétiens du « Rojava ». Les forces spéciales françaises assistent à ce crime contre l’humanité sans broncher. Le 17 mars 2016, l’autonomie du « Rojava » (pseudo-Kurdistan en Syrie) est déclarée[3]. Craignant la jonction entre le PKK turc et le clan Barzani iraquien qui ouvrirait la voie à la création d’un Grand Kurdistan, le gouvernement irakien envoie des armes au PKK afin de renverser les Barzanis. Il s’ensuit une série d’assassinat de dirigeants kurdes par des clans opposés. Une délégation kurde est reçue à l’Élysée par le président François Hollande et son ministre de la Défense de l’époque, Jean-Yves Le Drian, en présence de Bernard-Henri Lévy, ordonnateur des désastres tunisien, égyptien et libyen. Fin 2016, le retrait partiel de l’armée russe suivi de la libération d’Alep par l’Armée arabe syrienne marquent le retournement définitif de la guerre. Ils coïncident, en janvier 2017, avec l’arrivée à la Maison-Blanche du président Donald Trump, dont le programme électoral prévoit la fin de la stratégie Rumsfeld/Cebrowski, la fin du soutien massif aux jihadistes et le retrait de l’Otan et des troupes US de Syrie. La France facilite le départ au Rojava de jeunes combattants anarchistes persuadés de défendre la cause kurde alors qu’ils se battent pour l’Alliance atlantique[4]. De retour en France, ils s’avéreront aussi incontrôlables que les jeunes Français jihadistes. Ainsi, selon la DGSI (Renseignements intérieurs), c’est un de ces combattants qui tentera d’abattre un hélicoptère de gendarmerie lors de l’évacuation de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes[5]. En juin 2017, le président Trump autorise une opération conjointe de l’Armée arabe syrienne (commandée par le président Bachar el-Assad) et des FDS (c’est-à-dire des mercenaires kurdes pro-US) pour libérer Raqqa, la capitale de Daesh[6]. La guerre est finie, mais ni la France, ni l’Allemagne ne l’entendent ainsi. Progressivement, le contrôle du YPG échappe aux États-Unis qui s’en désintéressent. L’organisation terroriste devient alors un jouet français, comme les Frères musulmans sont une marionnette britannique. Cette carte a été publiée par Anadolu Agency en janvier 2019. Elle fait apparaître 9 bases militaires françaises, dont 8 ont été déployées par le président Emmanuel Macron. La Turquie fait alors publier par son agence officielle, Anadolu Agency, la carte des bases militaires françaises au Rojava, dont le nombre est étendu sous la présidence d’Emmanuel Macron à neuf. On ne connaissait jusque-là que celle de la cimenterie du groupe Lafarge. Ankara entend souligner que, contrairement à ses déclarations officielles et à la différence des États-Unis, la France reste favorable à la partition de la Syrie. Nous pouvons également révéler que, sollicitée par les services de Renseignement syriens pour récupérer ses jihadistes faits prisonniers, la France refusa de les rapatrier pour les juger. Elle demanda qu’ils soient remis aux forces kurdes qui s’en occuperaient. En février 2018, l’ambassadeur de la Fédération de Russie à l’Onu, Vassily Nebenzia, révèle que les kurdes syriens viennent d’amnistier 120 leaders de Daesh et les ont incorporés au YPG. Dès septembre 2018, le président Trump prépare le retrait des troupes US de toute la Syrie[7]. L’abandon du « Rojava » est conditionné à la coupure de la route iranienne qui pourrait traverser ce territoire pour rejoindre le Liban. Ce à quoi s’engagera le président Erdoğan en août. Les GI’s surpervisent alors la destruction des ouvrages défensifs des Kurdes. Un accord est validé le 16 septembre par la Russie, la Turquie et l’Iran. Dès lors la fin de ce pseudo-Kurdistan est imminente. Ne comprenant absolument pas ce qui se passe, la France est stupéfiée lorsque les troupes turques envahissent brutalement ce pseudo-État autonome et que fuit la population l’occupant illégalement. Infatué de lui-même et totalement déconnecté de la réalité, Jean-Yves le Drian assure sur le plateau de France 2 que la France poursuit sans risques ses objectifs en Syrie. Invité du journal télévisé de France2, le 10 septembre, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian, tente de rassurer les Français sur les conséquences de ce fiasco. Il assure que la France contrôle la situation : les jihadistes détenus au Rojava ne seront pas libérés, alors qu’il n’y a plus aucune institution sur place, mais jugés dans ce territoire. Il poursuit en affirmant que le président Erdoğan menace la France dans le vide. Enfin, il refuse de répondre à une question sur la mission de l’armée française sur place, en pleine débâcle. Si l’on ignore le sort qui attend les jihadistes prisonniers aussi bien que celui des populations civiles qui ont volé cette terre, on est sans nouvelles du sort des soldats des neuf bases militaires françaises. Ils sont pris entre deux feux, entre l’armée turque que le président Hollande a trahie et les Kurdes que le président Macron a abandonnés et qui ont fait à nouveau allégeance à la République arabe syrienne. Thierry Meyssan [1] “A War Crime Or an Act of War ?”, Stephen C. Pelletiere, The New York Times, January 31, 2003. [2] Selon les experts anti-terroristes, ces attentats n’ont pas été effectués en recourant à un mode opératoire comparable à celui utilisé lors des autres attentats revendiqués par Daesh, mais portent la trace d’une organisation militaire minutieuse, d’un acte de guerre perpétré par un État. « Le mobile des attentats de Paris et de Bruxelles », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 mars 2016. [3] « Déclaration du Rojava pour une Syrie fédérale », Réseau Voltaire, 17 mars 2016. [4] « Les Brigades anarchistes de l’Otan », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 12 septembre 2017. [5] « Ces revenants du Rojava qui inquiètent les services de renseignement », Matthieu Suc et Jacques Massey, Médiapart, 2 septembre 2019. [6] “Secret Russian-Kurdish-Syrian military cooperation is happening in Syria’s eastern desert”, Robert Fisk, The Independent, July 24, 2017. [7] “Trump eyeing Arab ‘boots on the ground’ to counter Iran in Syria”, Travis J. Tritten, Washington Examiner, September 29, 2018. source : https://www.voltairenet.org/article207884.html
    2 0 Comments 0 Shares
  • 🇵🇸 Palestine Women fighters, 2000’s, Palestine, From the river to the sea.
    🇵🇸 Palestine Women fighters, 2000’s, Palestine, From the river to the sea.
    2 0 Comments 2 Shares
  • " Peu, trop peu, sont les Européens qui connaissent les principales vérités soigneusement et longuement écartées dont celle relative à la manière dont la création d’Israël a eu lieu en 1948. Celle qui apprendrait aux jeunes et moins jeunes que la Palestine était un pays peuplé par ses habitants. Que ces Palestiniens vivaient en société organisée du haut en bas, avec ses riches et ses pauvres, ses intellectuels et ses ouvriers, ses citadins et ses paysans. Que Hamlet de Shakespeare a été joué, en arabe et, entre autres, par une femme, sur une scène de théâtre à Haïfa, en 1931, que l’Union Générale des Étudiants de Palestine, l’Union Générale des Ouvriers de Palestine, comme celle des Femmes de Palestine sont nées à la fin des années vingt, que le parti communiste palestinien est né avant le parti communiste chinois. Que simplement les Palestiniens n’ont jamais cessé de faire société et aspiraient à construire leur propre modernité, que les Palestiniens ont subi une injustice effroyable, une expulsion forcée, une humiliation, une expropriation et des massacres. Qu’un véritable génocide social a été programmé afin de déstructurer et détruire la société palestinienne et la faire cesser de faire société. (Bkouche, El Haggar Palestine Israël p. 13) "

    https://www.ujfp.org/spip.php?article7411
    " Peu, trop peu, sont les Européens qui connaissent les principales vérités soigneusement et longuement écartées dont celle relative à la manière dont la création d’Israël a eu lieu en 1948. Celle qui apprendrait aux jeunes et moins jeunes que la Palestine était un pays peuplé par ses habitants. Que ces Palestiniens vivaient en société organisée du haut en bas, avec ses riches et ses pauvres, ses intellectuels et ses ouvriers, ses citadins et ses paysans. Que Hamlet de Shakespeare a été joué, en arabe et, entre autres, par une femme, sur une scène de théâtre à Haïfa, en 1931, que l’Union Générale des Étudiants de Palestine, l’Union Générale des Ouvriers de Palestine, comme celle des Femmes de Palestine sont nées à la fin des années vingt, que le parti communiste palestinien est né avant le parti communiste chinois. Que simplement les Palestiniens n’ont jamais cessé de faire société et aspiraient à construire leur propre modernité, que les Palestiniens ont subi une injustice effroyable, une expulsion forcée, une humiliation, une expropriation et des massacres. Qu’un véritable génocide social a été programmé afin de déstructurer et détruire la société palestinienne et la faire cesser de faire société. (Bkouche, El Haggar Palestine Israël p. 13) " https://www.ujfp.org/spip.php?article7411
    2 0 Comments 0 Shares
  • Pro-Palestine cardboard, which supports Kurdistan and Syrian Muslim Brotherhood terrorists, one more puppet...

    https://twitter.com/IlhanMN/status/1181247334455418880?s=19
    Pro-Palestine cardboard, which supports Kurdistan and Syrian Muslim Brotherhood terrorists, one more puppet... https://twitter.com/IlhanMN/status/1181247334455418880?s=19
    2 0 Comments 3 Shares
  • funny how Israel is in the West and Palestine is in the Mideast 🤔 These 3 countries are the ones that have been destroying other countries. 3 mafia nations. Zionism has its tentacles in all 3 nations, and Zionism is a death cult. Outside the “beltway”, the propaganda machine is in total meltdown.

    Huge protests in Haiti, France, Honduras and Iraq fighting against corruption and inequality, yet in the United States' eyes, Hong Kong seems to be the only problem going on...

    One always reap what they sow. Everyone must remember that. So be careful of the seeds that you sow.

    https://youtu.be/Ub7t5x7UhEE
    funny how Israel is in the West and Palestine is in the Mideast 🤔 These 3 countries are the ones that have been destroying other countries. 3 mafia nations. Zionism has its tentacles in all 3 nations, and Zionism is a death cult. Outside the “beltway”, the propaganda machine is in total meltdown. Huge protests in Haiti, France, Honduras and Iraq fighting against corruption and inequality, yet in the United States' eyes, Hong Kong seems to be the only problem going on... One always reap what they sow. Everyone must remember that. So be careful of the seeds that you sow. https://youtu.be/Ub7t5x7UhEE
    0 0 Comments 0 Shares
  • Occupied Palestine - 77th Return March: Zionist entity kills again

    https://en.pascalgibert.com/occupied-palestine-77th-return-march-zionist-entity-kills-again
    Occupied Palestine - 77th Return March: Zionist entity kills again https://en.pascalgibert.com/occupied-palestine-77th-return-march-zionist-entity-kills-again
    Occupied Palestine - 77th Return March: Zionist entity kills again
    This Friday, 4 October, for the 77th time in a row, Palestinians gathered in large numbers at the border separating Gaza from the occupied territories.
    EN.PASCALGIBERT.COM
    1 0 Comments 1 Shares
  • Ce que des hommes de renommée mondiale ont dit à propos des juifs

    introduction

    Les Juifs sont le seul peuple au monde à avoir trouvé l'hostilité dans tous les pays où ils se sont installés en nombre. La grande question est pourquoi?

    Aujourd'hui, on enseigne dans les écoles que "l'antisémitisme" a commencé en Allemagne dans les années 1930, après quoi ils ont été déportés. Ce qui n’est pas étudié, c’est le fait qu’à un moment ou à un autre, les Juifs ont été expulsés de toutes les nations d’Europe! Lorsque les Juifs ont commencé à immigrer en Amérique, les premiers colonialistes de New York, Charleston et Savannah ont tenté d'interdire leur entrée. Benjamin Franklin a plaidé auprès des membres du Congrès continental pour imposer une interdiction spécifique à l'immigration juive dans la Constitution américaine, afin de les interdire pour toujours.

    Les Juifs prétendent qu'ils ne sont "qu'une" religion. La vérité est que les Juifs appartiennent à une race maudite. Moins de 30% sont membres d'une synagogue. Qu'ils soient religieux orthodoxes, athées, capitalistes ou communistes, ils prétendent toujours être juifs, membres du groupe racial juif! Chaque race a hérité de traits. Dans le cas des Juifs, ils incluent le commerce, le changement d’argent, l’usure et le dégoût du "travail productif" qui est méprisé comme une atteinte à la dignité des Juifs dans leur "bible" appelée "LE TALMUD".

    Les Juifs n'ont pas changé depuis l'époque où Jésus-Christ levait un fouet et chassait "les changeurs d'argent du Temple". Les Juifs se sont toujours unis pour former des monopoles. Aujourd'hui, ils contrôlent toutes les chaînes de grands magasins et magasins spécialisés, ainsi que le commerce lucratif de bijoux et de fourrures d'animaux. Les Juifs dominent les domaines de tous les métaux précieux tels que l’or, l’argent, le platine, l’étain, le plomb, etc. Ils interdiront toujours ensemble de conduire les concurrents de Gentile à la faillite.

    Aujourd'hui, l'Amérique est inondée d'immigrés juifs russes et même 20 000 par an quittent Israël pour les États-Unis, portant tous des signes en dollars. Les Juifs ont utilisé leur pouvoir monétaire tant vanté pour prendre le contrôle du parti démocrate et constituer plus de 50% de toutes ses contributions financières. Aujourd'hui, ils achètent de plus en plus de grandes entreprises américaines. Alors que seulement 3% de la population, les Juifs contrôlent plus de 25% de la richesse de la nation et ce pourcentage augmente chaque année. Ils sont le seul groupe racial totalement organisé pour travailler à la domination politique sur l'Amérique.

    L’opposition aux Juifs n’a pas commencé en Allemagne, mais remonte à la naissance du Christ, il ya plus de 2 000 ans! Étudiez les déclarations de "Les plus grands hommes du monde". Ils révèlent pourquoi les "Juifs errants" ont créé des ennemis dans tous les pays hôtes qui les ont jamais acceptés.

    CICERO (Marcus Tullius Cicero). Ier siècle av. J.-C. Homme d'État romain, écrivain.

    "Doucement! Doucement! Je ne veux que les juges pour m'entendre. Les Juifs m'ont déjà mis dans un beau pétrin, comme ils ont beaucoup d'autres gentilhommes. Je n'ai aucune envie de fournir de l'eau supplémentaire à leurs moulins." (Oration à la défense de Flaccus)

    Cicéron était l'avocat de la défense lors du procès de Flaccus, un responsable romain qui s'était immiscé dans les envois d'or juifs à leur quartier général international (à l'époque) à Jérusalem. Cicéron lui-même n’était certainement pas un non-citoyen, et le fait de devoir «parler doucement» à un homme de cette envergure montre qu’il était en présence d’une sphère d’influence dangereusement puissante. Cicéron écrivit à une autre occasion: "Les Juifs appartiennent à une force sombre et répulsive. On sait combien cette clique est nombreuse, comment ils se tiennent et quel pouvoir ils exercent par le biais de leurs unions. Ils sont une nation de fripons et de trompeurs."

    SENECA (Lucius Annaeus Seneca). Philosophe romain du premier siècle. "Les coutumes de cette nation la plus criminelle ont acquis une telle force qu'elles ont maintenant été reçues dans tous les pays. Les conquis ont donné des lois aux conquérants." (De Superstitione)

    DIO CASSIUS. Historien romain du deuxième siècle. Décrivant le soulèvement juif sauvage contre l’empire romain qui a été reconnu comme le tournant décisif dans le cours de cette grande forme d’État: "Les Juifs détruisaient les Grecs et les Romains. Ils mangeaient la chair de leurs victimes, se faisaient la ceinture sortis de leurs entrailles et se barbouillant de leur sang ... Au total, 220 000 hommes ont péri à Cyrène et 240 000 à Chypre, et pour cette raison, aucun Juif ne peut y mettre les pieds aujourd'hui. " (Histoire romaine)

    DIODORUS SICULUS. Historien grec du premier siècle. A observé que les Juifs traitaient les autres peuples comme des ennemis et des inférieurs. L'usure consiste à prêter de l'argent à des taux d'intérêt excessifs. Pendant des siècles, cela a provoqué une grande misère et une grande pauvreté chez les Gentils. Cela a entraîné une forte condamnation des Juifs!

    BERNARDINO DE FELTRO. Prêtre italien du 15ème siècle. Homme doux qui prône la patience et la charité dans des circonstances normales, il se décrit comme un "chien qui aboie" lorsqu'il traite avec des juifs: "Les usuriers juifs saignent les pauvres jusqu'à la mort et grossissent de graisse, et moi, qui vit d'aumône et qui se nourrit sur le pain des pauvres, devrais-je rester muet avant une charité outragée? Les chiens aboient pour protéger ceux qui les nourrissent, und Moi, qui suis nourri par les pauvres, je les verrai dépossédés de ce qui leur appartient et me tairai? "(E. Flornoy, Le Bienbeureux Bernardin le Feltre)

    AQUINAS, THOMAS, Saint. Philosophe scolastique du XIIIe siècle. Dans son ouvrage "Sur la gouvernance des Juifs", il écrit: "On ne devrait pas permettre aux Juifs de conserver ce qu'ils ont obtenu des autres par l'usure; il vaudrait mieux qu'ils soient obligés de travailler pour gagner leur vie au lieu de ne rien faire mais devenir avare. "

    HILAIRE BELLOC, dans le livre THE JUWS, page 9 "Il existe déjà quelque chose qui ressemble à un monopole juif dans la haute finance ... Il existe le même élément de monopole juif dans le commerce de l'argent et dans le contrôle de divers autres métaux, notamment le plomb , nickel, vif argent. Ce qui est le plus inquiétant, c'est que cette tendance au monopole se propage comme une maladie. "

    HH BEAMISH, à New York Discours du 30 octobre 1937 "La guerre des Boers a eu lieu il y a 37 ans. Boer signifie fermier. Beaucoup ont reproché à une grande puissance comme la Grande-Bretagne de vouloir anéantir les Boers. Après enquête, j'ai trouvé tout l'or et les mines de diamants d'Afrique du Sud étaient la propriété de Juifs; Rothschild, lui, contrôlait l'or; Samuels, l'argent, Baum, et les métaux communs à Moïse. Tous les contacts qu'ils touchent sont inévitablement pollués. "

    W. HUGHES, Premier ministre australien, Saturday Evening Post, 19 juin 1919 "Les Montefiores ont pris l'Australie pour leur propre compte, et il n'y a pas de champ aurifère ou de mouton qui court de la Tasmanie à la Nouvelle-Galles du Sud et qui ne leur paye pas beaucoup tribut. Ils sont les véritables propriétaires du continent des antipodes. À quoi sert-il d’être un pays riche, si la richesse est entièrement entre les mains de Juifs allemands? "

    LE PAPE CLEMENT VIII "Le monde entier souffre de l'usure des Juifs, de leurs monopoles et de leur duperie. Ils ont plongé de nombreux malheureux dans la pauvreté, en particulier les fermiers, les ouvriers et les très pauvres. rappelez-leur par intermittence qu'ils jouissaient de droits dans n'importe quel pays depuis qu'ils avaient quitté la Palestine et le désert d'Arabie. Par la suite, leurs doctrines éthiques et morales ainsi que leurs actes méritent à juste titre d'être exposés à la critique dans le pays où ils vivent. "

    NESTA WEBSTER, Dans la Révolution mondiale, Le complot contre la civilisation, page 163 "C'est depuis les temps les plus reculés que le plus connu des exploiteurs que le Juif est connu parmi ses concitoyens de toutes races et de toutes croyances. De plus, il s'est toujours montré ingrat. Les Juifs ont toujours formé un élément rebelle dans chaque État ".

    FRANZ LISZT, célèbre compositeur cité dans le Col. EN Le sanctuaire, est-ce que ces choses-là sont comme ça?, Page 278 "Le jour viendra où toutes les nations dans lesquelles les juifs habiteront devront se poser la question de leur expulsion en masse, une question qui de vie ou de mort, de bonne santé ou de maladie chronique, d'existence pacifique ou de fièvre sociale perpétuelle ".

    JÉSUS-CHRIST, parlant aux Juifs dans l'Évangile de saint Jean, 8:44 "Vous êtes de votre père, le diable, et la convoitise de votre père est ce que vous ferez. C'était un meurtrier depuis le début, et il ne résida pas dans la la vérité, car il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il dit un mensonge, il parle pour lui-même, car il est un menteur et le père de celui-ci. - répondit alors aux Juifs - "(ce qui indique clairement que Christ s'adressait à la Les Juifs.)

    MARTIN LUTHER, Discussion de table de Martin Luther, traduite par William Hazlet, page 43 "Mais les Juifs sont tellement endurcis qu'ils n'écoutent rien; bien que captivés par des témoignages, ils ne cèdent pas d'un pouce. C'est une race pernicieuse qui opprime tous les hommes par l'usure et la rapine. S'ils donnent à un prince ou à un magistrat mille florins, ils en extorquent vingt mille aux sujets en paiement. Nous ne devons jamais rester sur nos gardes. "

    TOUR. GORDON WINROD, dans son livre Les clés de la compréhension chrétienne, pages 114 - 115 "Le judaïsme ne connaît pas Jésus-Christ. Le judaïsme hait Jésus-Christ. Lorsque Saint-Paul était dans le judaïsme, avant d'être converti au christianisme, il détestait Jésus-Christ et était persécuté. Chrétiens et Christianisme. " Paul a dit: "Vous avez entendu parler de ma carrière antérieure dans le judaïsme - avec quelle fureur j'ai persécuté l'Église et que j'en ai fait des ravages; et avec dévotion au judaïsme, j'ai devancé beaucoup d'hommes d'un certain âge parmi mon peuple, beaucoup plus zélés qu'eux pour la tradition de mes ancêtres ". (Gal. 1:13, 14, traduction de Weymouth).

    Alors qu'il était dans le judaïsme, Paul a persécuté les chrétiens en raison de sa haine intense pour les chrétiens et de sa conformité à la tradition des pères. Cela montre que la tradition des enseignements du judaïsme est remplie de haine envers les chrétiens. Peu de gens le savent parce qu'ils ne lisent pas attentivement leurs Écritures et à cause des grandes douleurs que les Juifs ont pris pour tromper les chrétiens. Les Juifs ont pris soin de dissimuler leur complot ÉCONOMIQUE-POLITIQUE en vue d'une domination totale du monde SOUS des mots qui résonnent et qui ont un son "RELIGIEUX" aux oreilles des chrétiens. Les Juifs utilisent des mots à consonance "religieuse" comme d partout où ils en ont la possibilité, ils nous jouent toutes sortes de pièges. . . Aucun païen n'a fait de telles choses et personne ne le ferait si ce n'est le diable lui-même et ceux qu'il possède - comme il possède les Juifs. Burgensis, qui était un rabbin très érudit parmi eux et qui, par la grâce de Dieu, est devenu chrétien (ce qui se produit rarement) est très ému de constater que, dans leurs écoles, ils nous maudissent si horriblement nous, chrétiens (comme Lyra écrit également), et en tire la conclusion. qu'ils ne doivent pas être le peuple de Dieu. Maintenant, voyez quel beau et gros mensonge c'est quand ils se plaignent d'être captifs parmi nous! Jérusalem a été détruite il y a plus de 1 400 ans. À cette époque, les chrétiens ont été torturés et persécutés par les Juifs du monde entier. En plus de cela, nous ne savons pas à ce jour ce que le diable les a amenés dans notre pays. Nous ne les avons pas chercher à Jérusalem! . . . Oui, nous les gardons en captivité, car j'aimerais garder mes rhumatismes et toutes les autres maladies et malheurs qui doivent attendre en tant que pauvre serviteur, avec de l'argent, des biens et tout ce que j'ai! Je souhaite qu'ils soient à Jérusalem avec les autres Juifs et avec qui ils voudraient avoir avec eux.

    Maintenant, qu'allons-nous faire de ce peuple juif rejeté et condamné? . . . Appliquons la sagesse ordinaire d’autres nations comme la France, l’Espagne, la Bohême, et autres, qui leur ont fait rendre compte de ce qu’elles avaient volé par usure et l’ont divisé équitablement; mais les expulsés de leur pays. Car, comme on l'a entendu auparavant, la colère de Dieu est si grande sur eux que, grâce à la douce miséricorde, ils ne deviennent que plus méchants, mais à la suite d'un traitement difficile, cependant, un peu mieux. Par conséquent, partez avec eux! Combien plus insupportable est-il que nous devrions permettre à la chrétienté tout entière et à nous tous d'être achetés avec notre propre argent, d'être calomniés et maudits par les Juifs, qui en plus de tout s'enrichir et nos seigneurs, qui se moquent de nous mépris et sont chatouillé par leur audace! Quelle affaire joyeuse ce serait pour le diable et ses anges, et pour les faire rire à travers leurs museaux comme une truie sourit à ses petits cochons, mais méritant une véritable colère devant Dieu. (Des Juifs et leurs mensonges) Peut-être des chrétiens au cœur tendre et gentil croiront-ils que je suis trop rigoureux et radical contre les juifs pauvres et affligés, croyant que je les ridiculise et les traite avec beaucoup de sarcasme. Par ma parole, je suis beaucoup trop faible pour pouvoir ridiculiser une telle couvée satanique. Je voudrais bien le faire, mais ce sont des adeptes de la raillerie bien plus grands que moi et ils possèdent un dieu qui est maître dans cet art. C'est le méchant lui-même. Même en l'absence d'autres preuves que l'Ancien Testament, je maintiendrais, et personne sur Terre ne pourrait changer mon opinion, que les Juifs, tels qu'ils sont aujourd'hui, sont véritablement un mélange de tous les fripons dépravés et malveillants du monde entier, qui ont ensuite été dispersés dans tous les pays, à l’instar des Tartares, des Gitans et de ces peuples. "

    WASHINGTON, GEORGE, dans Maxims of George Washington de AA Appleton & Co. "Ils (les Juifs) travaillent plus efficacement contre nous que les armées ennemies. Ils sont cent fois plus dangereux pour nos libertés et la grande cause dans laquelle nous nous engageons. (…) Il est fort à déplorer que chaque État, il y a bien longtemps, ne les ait pas pourchassés comme nuisibles à la société et aux plus grands ennemis du bonheur des États-Unis. "

    Cette prophétie, de Benjamin Franklin, a été faite dans un "discours pervers autour de la table pendant l'intermission" lors de la Convention constitutionnelle de Philadelphie de 1787. Cette déclaration a été enregistrée dans la laiterie de Charles Cotesworth Pinckney, délégué de la Caroline du Sud. "Je conviens pleinement avec le général Washington que nous devons protéger cette jeune nation contre une influence insidieuse et une impénétration. La menace, messieurs, ce sont les Juifs. Quel que soit le pays où ils se sont installés, les Juifs ont abaissé son ton moral; déprécié son intégrité commerciale, se sont séparés et n'ont pas été assimilés, ont moqué et essayé de saper la religion chrétienne sur laquelle cette nation est fondée, en s'opposant à ses restrictions, ont créé un État au sein de l'État et, lorsqu'ils s'y sont opposés, ont essayé étrangler financièrement ce pays, comme dans le cas de l’Espagne et du Portugal. Depuis plus de 1 700 ans, les Juifs se lamentent devant le triste sort qui leur est réservé, ils ont été exilés de leur patrie, comme ils appellent la Palestine. Si le monde le leur donnait en un clin d'œil, ils trouveraient tout de suite une raison de ne pas rentrer. Pourquoi? Parce qu'ils sont vampires, et que les vampires ne vivent pas de vampires, ils ne peuvent pas vivre uniquement entre eux. Ils doivent subsister sur des chrétiens et d'autres personnes qui ne sont pas de leur race. Si vous ne les excluez pas de ces États-Unis, dans leur Constitution, dans moins de 200 ans, ils auront essaimé ici en si grand nombre qu'ils domineront et dévoreront la terre et changeront notre forme de gouvernement, pour laquelle nous, les Américains, avons versé notre sang, nos vies notre substance et mis en péril notre liberté. Si vous ne les excluez pas, dans moins de 200 ans nos descendants travailleront dans les champs pour leur fournir de la substance, alors qu'ils se frotteront les compteurs. Je vous préviens, Messieurs, si vous n'excluez pas les Juifs pour toujours, vos enfants vous maudiront dans vos tombes. Juifs, Messieurs, sont des Asiatiques, qu'ils naissent là où ils voudront, et combien de générations ils seront loin de l'Asie, ils ne le seront jamais. Leurs idées ne sont pas conformes à celles des Américains et ne vivront même pas parmi nous dix générations. Un léopard ne peut pas changer ses tâches. Les Juifs sont des Asiatiques, constituent une menace pour ce pays s'ils sont autorisés à entrer et devraient être exclus par la présente Convention constitutionnelle.

    STYVESANT, PETER. Gouverneur néerlandais du 17ème siècle en Amérique. "Les Juifs qui sont arrivés voudraient presque tous rester ici, mais apprendre qu'ils (avec leur usure coutumière et leurs échanges trompeurs avec les chrétiens) était très répugnant pour les magistrats inférieurs, ainsi que pour les personnes les plus affectueuses pour vous; les diaconiens craignant également de devenir, à cause de leur indigence actuelle, l’accusation au cours de l’hiver prochain, nous avons jugé utile, pour le bénéfice de ce lieu et de cette terre nouvellement en voie de développement, de leur demander de partir amicalement; priant également très sérieusement à cet égard, pour nous-mêmes ainsi que pour la communauté de vos cultes, que la race trompeuse - de tels ennemis odieux et blasphémateurs du nom de Christ - ne soit plus autorisée à infecter et à troubler cette nouvelle colonie (Lettre à la chambre d'Amsterdam de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, de New Amsterdam, le 22 septembre 1654.) Les Juifs qu'il tenta d'évincer s'adressèrent simplement à leurs compatriotes juifs de Hollande et l'ordre revint de la Société s'opposant à l'expulsion. (Pour une situation similaire pendant la guerre civile, voir ULYSSES GRANT). Parmi les raisons invoquées par "leurs cultes" pour dominer leur gouverneur, l'une est assez flagrante, compte tenu de l'affirmation habituelle des Juifs selon laquelle leur peuple était "pauvre et persécuté: '" ... et aussi en raison de son importance du capital qu’ils ont investi en actions de cette société. " (Harry Golden et Martin Rywell, LES JUIFS DE L'HISTOIRE AMÉRICAINE) LA COLONIE GÉORGIENNE EN AMÉRIQUE. Le 5 janvier 1734, les administrateurs ont ordonné à trois juifs qui avaient envoyé des coreligionnaires dans la colonie sans autorisation "d'utiliser leurs efforts pour que ces dits Juifs soient expulsés de la colonie de Géorgie, comme la plus grande et la seule satisfaction qu'ils puissent donner à les administrateurs pour une telle indignité ont offert aux messieurs agissant en vertu de la charte de Sa Majesté. " (C. Jones, HISTOIRE DE SAVANNAH)

    JEFFERSON, THOMAS. Homme d'État américain du 18ème siècle. "Dispersés comme les Juifs, ils forment toujours une nation étrangère à la terre dans laquelle ils vivent." (D. Boorstin, LES AMÉRICAINS) "Ceux qui travaillent sur la terre sont le peuple élu de Dieu, s'il a jamais eu un peuple élu." (NOTES SUR VIRGINIA)

    BEAMISH, HENRY H. Editeur britannique du XXe siècle. "Il n'y a pas besoin d'être délicat sur cette question juive. Vous devez y faire face dans ce pays. Le Juif devrait être satisfait ici. J'étais ici il y a quarante-sept ans; vos portes ont été ouvertes et vous étiez alors libre. Maintenant vous a absolument à la gorge - c'est leur récompense. " (Discours de New York, 30 octobre 1937)

    HARRINGTON, SEIGNEUR. Homme d'État britannique du XIXe siècle. Admission opposée d'immigrants juifs en Angleterre parce que: "Ce sont les grands prêteurs et emprunteurs du monde ... La conséquence en est que les nations du monde gémissent sous de lourds systèmes d'imposition et de dette nationale. Elles ont toujours été les plus grandes ennemis de la liberté (Discours à la Chambre des Lords, 12 juillet 1858)

    WALTER CRICK, fabricant britannique, dans le NORTHAMPTON DAILY ECHO, 19 mars 1925) "Les Juifs peuvent détruire par le biais de moyens financiers. Les Juifs sont internationaux. Le contrôle des crédits dans ce pays n'est pas entre les mains des Anglais, mais des Juifs. Il est devenu le plus grand danger auquel l’Empire britannique a été confronté ".

    LES HOMMES MONDIAUX DU MONDE ont accusé les Juifs de fonder le communisme. Cette accusation est bien fondée. La philosophie communiste a été élaborée par Karl Marx, issu d'une longue lignée de rabbins. Son idéologie de pensée antichrétienne et socialiste est exposée dans le "TALMUD" juif qui est la "bible" des Juifs. Sur les quatre groupes politiques qui ont renversé le tsar chrétien de Russie, deux étaient à 100% juifs. Ils étaient les mencheviks et le Bund juif. Les deux autres étaient le parti socialiste révolutionnaire et les bolcheviks. Les deux étaient dirigés par des Juifs mais avaient quelques membres gentils. Aujourd'hui, nous savons maintenant que Lénine était juif et que tous les dirigeants de son premier gouvernement étaient juifs. C'étaient Trotsky, Zinoviev, Kamenev et Sverdlow. Le banquier juif le plus riche du monde à cette époque, Jacob Schiff de Kuhn, la banque d'investissement Loeb de New York, a donné 20 millions de dollars à Trotsky et à Lénine pour renverser le tsar et instaurer la tyrannie soviétique (selon le "NEW YORK JOURNAL-AMERICAN" du 3 février 1949.)

    CHURCHILL, WINSTON. 20ème siècle
    politicien britannique. En 1920, il écrivit un long article de journal sur la récente saisie de la Russie par les bolcheviks. Après avoir loué ce qu'il a appelé les "Juifs nationaux" de la Russie, il a déclaré: "Les projets des Juifs internationaux sont violemment opposés à toute cette sphère des efforts déployés par les Juifs. Les adhérents de cette sinistre confédération sont principalement des hommes élevés parmi les populations malheureuses. La plupart des pays, sinon tous, ont abandonné la foi de leurs ancêtres et ont dissocié de leur esprit toutes les espérances spirituelles du monde à venir.Ce mouvement parmi les Juifs n'est pas nouveau. Depuis l'époque de Spartacus-Weishaupt jusqu'à celle de Karl Marx et jusqu'à Trotsky (Russie), Bela Kun (Hongrie), Rosa Luxemburg (Allemagne) et Emma Goldman (États-Unis), ce complot révolutionnaire mondial visant à renverser de la civilisation et de la reconstitution de la société sur la base du développement arrêté, de la malveillance envieuse et de l'égalité impossible, n'a cessé de se développer. Elle a joué, en tant qu'écrivain moderne, comme l'a démontré avec talent Mme Webster, un participer à la tragédie de la Révolution française. Il a été le moteur de tous les mouvements subversifs du XIXe siècle. et maintenant, enfin, cette bande de personnalités extraordinaires issues des mondes souterrains des grandes villes d'Europe et d'Amérique a saisi le peuple russe par les cheveux de sa tête et est devenue pratiquement le maître incontesté de l'immense empire. Il n'est pas nécessaire d'exagérer le rôle joué dans la création du bolchevisme et dans la réalisation de la révolution russe par ces Juifs internationaux et pour la plupart athées. C'est certainement le très grand; il est probablement supérieur à tous les autres. À l'exception notable de Lénine, la majorité des personnalités sont juives. De plus, la principale inspiration et le principal moteur proviennent des dirigeants juifs. . . Dans les institutions soviétiques, la prédominance des Juifs est encore plus étonnante. Et la partie la plus importante, sinon la plus importante, du système terroriste appliqué par les commissions extraordinaires de lutte contre la contre-révolution a été prise par des juifs et, dans certains cas, par des juives. La même importance perverse a été obtenue par les Juifs au cours de la brève période de terreur au cours de laquelle Bela Kun a gouverné en Hongrie. Le même phénomène a été présenté en Allemagne (en particulier en Bavière), dans la mesure où cette folie a été autorisée à se nourrir de la prosternation temporaire du peuple allemand. Bien que dans tous ces pays, il y ait beaucoup de non-juifs tout aussi mauvais que le pire des révolutionnaires juifs, le rôle joué par ces derniers proportionnellement à leur nombre dans la population est étonnant. ("Le sionisme contre le bolchevisme: un combat pour l'âme du peuple juif." ILLUSTRATED DUNDAY HERALD, Londres, 8 février 1920.)

    BAKUNYIN, MIKHYL. Révolutionnaire russe du 19ème siècle. "Marx est un Juif et est entouré d'une foule de petits Juifs, plus ou moins intelligents, intriguants, agiles, spéculateurs, au même titre que les Juifs, agents commerciaux et bancaires, écrivains, hommes politiques, correspondants pour des journaux de toutes les nuances; en bref Les courtiers littéraires, comme il s’agit de courtiers financiers, ont un pied dans la banque et l’autre dans le mouvement socialiste, leur cul est assis sur la presse allemande. Ils ont saisi tous les journaux et vous pouvez imaginer quelle littérature nauséabonde Maintenant, tout ce monde juif, qui constitue une secte exploiteuse, un peuple de sangsues, un parasite vorace, Marx ressent une inclination instinctive et un grand respect pour le Rothschild. Cela peut sembler étrange. commun entre le communisme et la haute finance? Ho ho! Le communisme de Marx cherche une centralisation forte de l’État et, le cas échéant, il doit exister inévitablement une banque centrale, et le cas échéant, le parasite Jewis La nation, qui spécule sur le travail du peuple, trouvera toujours le moyen de son existence. . . En réalité, ce serait pour le prolétariat un régime de caserne, dans lequel les ouvriers et les personnes travaillant étroitement et intimement liés, indépendamment des frontières, mais aussi des différences politiques - ce monde juif est aujourd'hui largement à la disposition de tous. Marx ou Rothschild. Je suis sûr que, d'une part, les Rothschild apprécient les mérites de Marx et que, d'autre part, les femmes, converties en une masse uniforme, se lèveraient, s'endormiraient, travailleraient et vivraient au son du tambour; le privilège de gouverner serait entre les mains des hommes de métier et des érudits, tout en laissant une marge de manoeuvre rentable pour les bonnes affaires frauduleuses des Juifs, qui seraient attirés par l'énorme extension des spéculations internationales des banques nationales. . . (Pol Emique contrres les Juifs) Cette étonnante prédiction est particulièrement impressionnante pour ceux qui ont observé la scène soviétique et remarqué sa relation étrange avec les financiers capitalistes elmingly juif - depuis la révolution. La ligne va d’Olof Aschberg, le banquier bolchevique qui a décrit les énormes sommes recueillies pour la révolution par les financiers en Europe et en Amérique, à Armand Hammer dans les années 1970, qui s’est spécialisé dans des concessions commerciales de plusieurs millions de dollars. maintenant soi-disant commissaires «antisémites».

    WILHELM II. Kaiser allemand. "Un Juif ne peut pas être un vrai patriote. Il est quelque chose de différent, comme un mauvais insecte. Il doit être maintenu à l'écart, dans un endroit où il peut faire des bêtises, même par des pogroms, si nécessaire. Les Juifs sont responsables du bolchevisme en Russie et l’Allemagne aussi. J’ai été beaucoup trop indulgent avec eux pendant mon règne et je regrette amèrement les faveurs que j’ai montrées aux banquiers juifs bien connus. " (CHICAGO TRIBUNE, 2 juillet 1922)

    CARDINAL MINDSZENTY, de Hongrie, cité dans B'nai B'rith Messenger, 28 janvier 1949 "Les fauteurs de troubles en Hongrie sont les Juifs ... ils démoralisent notre pays et sont les chefs du gang révolutionnaire qui torture la Hongrie."

    ADRIEN ARCAND, discours à New York, 30 octobre 1937 "À Mexico, les promoteurs du communisme étaient les Juifs Calles, Hubermann et Aaron Saenz; en Espagne, nous avons vu Azaa et Rosenberg; en Hongrie, nous avons vu Bela Kun, Szamuelly, Agoston. et une douzaine d’autres Juifs; en Bavière, nous avons vu Kurt Eisner et une foule d’autres Juifs; en Belgique, le socialisme marxiste a donné le pouvoir à Vadervelde alias Epstein et Paul Hymans, deux juifs; en France, le socialisme marxien a présenté les Il avait si bien montré son instinct juif dans son livre immonde Du Mariarge), Mandel, Zyromsky, Danain et toute une tribu d'entre eux: en Italie, nous avions vu les Juifs Nathan et Claudio Treves. Partout, le marxisme place les Juifs au sommet - et c'est aucun danger. "

    HILAIRE BELLOC, historien de renom dans l'hebdomadaire GK, le 4 février 1937 "La propagande du communisme à travers le monde, dans son organisation et dans sa direction, est entre les mains d'agents juifs. Quant à ceux qui ne savent pas que le mouvement bolchéviste en Russie est Juif, je peux seulement dire qu'il doit être un homme qui est pris au piège de la suppression de notre presse déplorable. "

    A. HOMER, écrit dans Judaïsme et Bolchevisme, page 7 "L'histoire montre que le Juif a toujours été, par nature, un révolutionnaire et que, depuis la dispersion de sa race au IIe siècle, il a initié ou assisté des mouvements révolutionnaires la religion, la politique et la finance, qui ont affaibli le pouvoir des États dans lesquels il vivait. D'autre part, quelques membres avisés de cette race ont toujours été à la recherche d'un avantage financier et politique coïncidant avec de tels bouleversements. "

    CAPITAINE MONTGOMERY SCHYLER, Forces expéditionnaires américaines, Sibérie, dans un rapport du renseignement militaire daté du 1er mars 1919, au lieutenant-colonel Barrows à Vladivostok. depuis son début guidé et contrôlé par des Juifs russes du type le plus graisseux, qui se sont rendus aux États-Unis et ont absorbé chacune des pires phases de notre civilisation sans avoir la moindre compréhension de ce que nous entendons vraiment par liberté. "

    MADAME. CLARE SHERIDAN, voyageur, maître de conférence à NEW YORK WORLD, 15 décembre 1923 "Les communistes sont juifs et la Russie est entièrement administrée par eux. Ils se trouvent dans tous les bureaux, journaux et journaux du gouvernement. Ils chassent les Russes et en sont responsables. pour le sentiment antisémite qui augmente. "

    LE PRINCIPAL ROBERT H. WILLIAMS, dans Fecp et la machine des minorités, page 10 "Le B'nai B'rith, la fraternité secrète juive, a été organisé en 1843, réveillant les aspirations juives du monde, ou sionisme, et son nom, qui signifie" Fils de la Pacte ", suggère que les 12 hommes qui ont organisé la fraternité ont pour but de réaliser l'accomplissement du" pacte ", ou la prétendue promesse messianique de gouverner tous les peuples. Pour gouverner tous les peuples, il est d'abord nécessaire de les réunir fédération mondiale ou gouvernement mondial - ce qui est l'objectif déclaré des communistes et des sionistes ".

    VLADIMIR, LENIN, fondateur du communisme bolchevique (Tiré d'un article paru dans Northern Pravda d'octobre-décembre 1913, cité dans Lénine sur la question juive, page 10) "Les grands traits universellement progressistes de la culture juive se sont clairement fait sentir: son internationalisme , sa réactivité des mouvements avancés de notre époque (le pourcentage de Juifs dans les mouvements démocratiques et prolétariens est partout supérieur au pourcentage de Juifs dans la population en général.).... Ces marxistes juifs qui adhèrent aux organisations marxistes internationales avec Les travailleurs russes, lituaniens, ukrainiens et autres, ajoutant leur puissance (tant russe que juive) à la création d'une culture internationale du mouvement de la classe ouvrière, perpétuent les meilleures traditions juives. "

    JOSEPH STALIN dans une réponse donnée le 12 janvier 1931 à une enquête de l'Agence télégraphique juive d'Amérique (Stars and Sand, page 316) "L'antisémitisme est dangereux pour les travailleurs, car c'est une fausse piste qui les détourne de la route appropriée et les mène dans la jungle. Par conséquent, les communistes, en tant qu'internationalistes cohérents, ne peuvent être que des ennemis irréconciliables et amers de l'antisémitisme. Aux États-Unis, l’antisémitisme est strictement poursuivi comme un phénomène hostile au système soviétique. Selon les lois des États-Unis, les antisémites actifs sont punis de mort. "

    HENRY FORD dans (The Dearborn Independent, 12-19 février 1921) "Les Juifs ont toujours contrôlé l'entreprise. ... L'influence cinématographique des États-Unis et du Canada ... est exclusivement sous le contrôle moral et financier des manipulateurs juifs. de l'esprit public. "

    M. OUDENDYK, ministre des Pays-Bas à Petrograd le 6 septembre 1918 au gouvernement britannique, publié dans l'édition non expurgée du Recueil de rapports sur le bolchevisme en Russie, avril 1919 "... Je considère que la suppression immédiate de Le bolchevisme est le problème le plus important dont le monde est saisi, sans même exclure la guerre qui fait rage jusqu'à maintenant et, à moins que, comme indiqué ci-dessus, le bolchevisme soit immédiatement détruit dans l'œuf, il se répandra sous une forme ou une autre en Europe et dans le monde , comme il est organisé et travaillé par des Juifs qui n’ont pas de nationalité et qui n’ont pour objectif que de détruire pour leur propre compte l’ordre existant des choses. "

    A. N. FIELD, dans le plus grand problème d’aujourd’hui "Une fois que la judaïté du bolchevisme est comprise, ses traits autrement énigmatiques deviennent compréhensibles. La haine du christianisme, par exemple, n’est pas une caractéristique russe, mais juive."

    PÈRE DENIS FAHEY; dans son livre Les dirigeants de la Russie, page 25 "Les forces réelles derrière le bolchevisme sont les forces juives, et le bolchevisme est vraiment un instrument entre les mains des juifs pour l'établissement de leur futur royaume messianique."

    UN TERRAIN, La vérité sur le marasme, page 208 "Le monde actuel offre toutefois le spectacle d'une grande concentration du pouvoir juif. À New York, une concentration du pouvoir financier juif domine le monde entier dans ses affaires matérielles. à côté de cela se trouve la plus grande concentration physique de Juifs jamais enregistrée De l'autre côté du globe, il y a eu en Russie la plus grande concentration de l'activité révolutionnaire juive de toute l'histoire ... La chose extrêmement importante dans le monde aujourd'hui, c'est à la fois ce pouvoir de la bourse (le "pouvoir de la bourse terrible" de Theodor Herzl) et l'activité révolutionnaire vont dans le sens de la destruction de tout l'ordre existant des choses, et pas seulement dans une direction commune , mais il y a une masse de preuves qu'ils travaillent à l'unisson. "

    H. H. BEAMISH, discours de N.Y., 1937 "Le communisme, c'est le judaïsme. La révolution juive en Russie a eu lieu en 1918."

    HILARY COTTER, auteur du Cardinal Minszenty, La vérité sur son véritable "crime", page 6 "Le communisme et le judaïsme ne font qu'un."

    ADRIEN ARCAND, dirigeant politique canadien à New York Discours du 30 octobre 1937 "Il n'y a rien d'autre dans le communisme - un complot juif pour s'emparer du monde entier; aucun homme intelligent dans le monde ne peut trouver autre chose que les Juifs , qui l'appellent à juste titre pour eux-mêmes un "paradis sur terre".

    Les Juifs sont impatients d'instaurer le communisme, car ils savent ce que c'est et ce que cela signifie. C'est parce que le communisme n'a pas été combattu pour ce qu'il est réellement - un schéma juif inventé par les juifs - qu'il a progressé contre toutes les oppositions à celui-ci. Nous avons combattu l'écran de fumée présenté par des dialecticiens et publicistes juifs, refusant de combattre l'inventeur, le profiteur et le tireur de ficelle. Parce que les chrétiens et les gentils en sont venus à craindre les Juifs, à craindre la vérité, et ils sont paralysés par les slogans paradoxaux criés par les Juifs. "

    TOUR. KENNETH GOFF, DANS TOUJOURS NOTRE ANCIENNE FOE, page 99 "Le Frankenstein du communisme est le produit de l'esprit juif. Il a été jeté sur le monde par le fils d'un rabbin, Karl Marx, dans l'espoir de détruire la civilisation chrétienne. - ainsi que d'autres. Le témoignage donné devant le Sénat des États-Unis, qui est tiré des nombreuses pages du rapport Overman, révèle sans l'ombre d'un doute que des banquiers juifs ont financé la révolution russe. "

    PAPES, CATHOLIQUE ROMAIN.

    SYLVESTER I. Condamné l'activité antichrétienne juive.

    GREGORY I ('Le Grand'). Des commerçants juifs ont protesté contre la circoncision en gros d'esclaves chrétiens, accaparant le commerce des esclaves en Europe et au Moyen-Orient et soupçonnant largement de fournir des filles blanches à des acheteurs orientaux et africains.

    GREGORY VIII. Pour que les Juifs aient le pouvoir d'exercer un pouvoir sur les chrétiens, dans une lettre à Alphonse VI de Castille.

    GREGORY IX. A condamné le TALMUD comme contenant "toutes sortes de vilenies et de blasphèmes contre la doctrine chrétienne".

    BENEDICT XIII. Sa bulle sur la question juive (1450) a déclaré:

    "Les hérésies, les vanités et les erreurs du TALMUD les empêchent de connaître la vérité."

    JULIUS III. Contra Hebreos retinentes libros (1554) a ordonné que le TALMUD soit "brûlé"y ailleurs "et instauré une stricte censure sur les écrits génocidaires juifs - un ordre qui n’a jamais été annulé et qui, semble-t-il, lie toujours les catholiques.

    PAUL IV. Cum nimis absurdim (1555), promulgué immédiatement après son sacre, était une puissante condamnation de l'usure juive. Il incarne un modèle de code juridique visant à limiter le pouvoir juif, recommandé à toutes les communautés.

    PIUS IV. Écrits génocidaires juifs condamnés.

    PIUS V. Hebraeorum gens (1569) a expulsé tous les Juifs des États pontificaux.

    GREGORY XIII. A déclaré que les Juifs "continuent à comploter des crimes horribles" contre des chrétiens "avec une audace croissante chaque jour".

    CLEMENT VIII. Écrits génocidaires juifs condamnés.

    ALEXANDER VIII. Écrits génocidaires juifs condamnés.

    BENEDICT XIV. Quo Primum 1751) dénonçaient le contrôle du commerce par les Juifs et la "spoliation systématique" du chrétien par l'usure.

    PIUS VII. Connu généralement comme un «antisémite» par les écrivains juifs.

    BENOÎT XV. Mis en garde, en 1920, contre "l’avènement d’une République universelle tant attendue par tous les pires éléments de désordre". Certains Juifs en ressentent le ressentiment en raison de leur soutien actif et de la direction de projets tels que ceux de la Société des Nations et des Nations Unies. - Et de fait, tous les papes ayant publié les éditions de l'Index Expurgatorius, dans lesquelles des écrits juifs génocidaires et antichrétiens sont condamnés, selon les instructions du concile de Trente.

    GRANT, USYSSES S. Général américain du XIXe siècle, homme politique. Commandant du 13e corps d'armée, basé à Oxford, dans le Mississippi, il était devenu tellement furieux contre les adeptes du campement juif qui tentaient de pénétrer dans le territoire conquis qu'il tenta finalement d'expulser les juifs: «J'ai longtemps cru que, malgré tout la vigilance que l'on peut infuser chez les commandants de poste, les règlements spéciaux du Trésor public ont été violés, notamment par les juifs et d'autres commerçants sans scrupules.Je suis si satisfait de cela que j'ai ordonné aux commandants de Columbus de refuser tout les permis aux Juifs de venir dans le sud, et je les ai souvent fait expulser du département, mais ils arrivent avec leurs sacs à tapis en dépit de tout ce qui peut être fait pour les empêcher, les Juifs semblent être une classe privilégiée qui peut voyager Ils atterriront dans n’importe quelle cour à bois sur la rivière et traverseront le pays. S'ils ne sont pas autorisés à acheter du coton eux-mêmes, ils agiront en tant qu’agents de quelqu'un d’autre, qui sera au service militaire. st avec un permis du Trésor pour recevoir du coton et le payer en billets du Trésor que le Juif achètera à un taux convenu, en payant l’or. (Lettres à C. P. Wolcott, secrétaire adjoint de la guerre, Washington, 17 décembre 1862)

    1). Les Juifs, en tant que classe, enfreignent tous les règlements du commerce établis par le département du Trésor, ainsi que leurs ordres, sont expulsés du département.

    2) Dans les vingt-quatre heures qui suivent la réception de cet ordre par les chefs de poste, ils verront que tous les membres de cette classe de personnes reçoivent un laissez-passer et sont tenus de partir, et quiconque rentrant après cette notification sera arrêté et maintenu en détention jusqu'à ce qu'un l’opportunité de les envoyer en tant que prisonniers se présente, à moins d’obtenir un permis de ces quartiers généraux.

    3) Aucun permis ne sera donné à ces personnes pour se rendre au siège afin de faire une demande personnelle de permis de commerce. Par ordre du major général Grant Jno. A. Rawlings, adjudant général adjoint (Ordre général n ° 11, 17 décembre 1862)

    L’arrêté d’expulsion a été immédiatement contrecarré par le général en chef, H. W. Halleck, à Washington. Apparemment, les Juifs expulsés avaient immédiatement contacté leurs parents et subi des pressions.

    SHERMAN, WILLIAM T. Soldat américain du XIXe siècle. Dans une lettre de Memphis occupée par l'Union le 30 juillet 1862, il écrivait: "J'ai trouvé tant de juifs et de spéculateurs ici qui négociaient du coton, et les sécessionnistes étaient devenus si ouverts en refusant tout sauf de l'or, que je me sentais obligé d'arrêter L’or ne peut avoir qu’une seule utilité: l’achat d’armes et de munitions ... Bien sûr, j’ai respecté tous les permis, que vous-même ou le secrétaire au Trésor, mais dans ces nouveaux cas (essaims de Juifs), j’ai arrêté il." (Les lettres Sherman)

    ROSS, L. F. Militaire américain du XIXe siècle. À l'instar des généraux ULYSSES S. GRANT et WILLIAM T. SHERMAN, Ross confronta des marchands de coton juifs «en train de faire du sac à dos», en train de s'attaquer aux zones confédérées capturées pendant la guerre civile. Dans une lettre au général John A. McClernand, il écrivait: "Les spéculateurs sur le coton réclament beaucoup d'aide pour obtenir leur coton loin de Middleburg, Hickory Valley, etc., et proposent de payer généreusement pour ce service. Je pense que je peux apportez-le en toute sécurité et faites-le payer au gouvernement. Certains propriétaires juifs ayant presque volé le coton aux planteurs, je n'ai aucun scrupule à le leur faire payer généreusement pour l'enlever. "

    OLMSTED, DROIT GREDERICK. Architecte américain du 19ème siècle, historien. "Un swarAu cours des dix dernières années, de nombreux juifs se sont installés dans toutes les villes du sud du pays, la plupart d'entre eux étant des hommes sans caractère, ouvrant des boutiques de vêtement et de bibelots bon marché, ruinant ou chassant bon nombre de vieux détaillants et se livrant à un commerce illégal. avec les simples nègres, qui se trouve très rentable. (The Cotton Kingdom. Pour d'autres opinions sur l'implication des Juifs dans l'exploitation du Sud, voir ULYSSES S. GRANT et MARK TWAIN.)

    TWAIN, MARK (S. L. Clemens). Écrivain américain du 19ème siècle. "Dans les États cotonniers américains, après la guerre ... les Juifs sont descendus en force, se sont installés dans la plantation, ont pourvu à crédit tous les besoins des Noirs et, à la fin de la saison, détenaient la part des Noirs. de la récolte actuelle et une partie de la suivante.Bientôt, les Blancs ont détesté le Juif.

    1). Le Juif est légiféré hors de Russie. La raison n'est pas cachée. Le mouvement a été institué parce que le paysan chrétien n'avait aucune chance contre ses capacités commerciales. Le Juif était toujours prêt à prêter sur une récolte. Quand le jour du règlement est venu, il possédait la récolte; L'année suivante, il était propriétaire de la ferme, comme Joseph.

    2) Au temps de l'Angleterre de John, tout le monde s'était endetté envers le Juif. Il rassembla toutes les entreprises lucratives entre ses mains. Il était le roi du commerce. Il devait être banni du royaume. Pour des raisons similaires, l'Espagne devait le bannir il y a 400 ans et l'Autriche quelques siècles plus tard. De tout temps, l’Europe chrétienne a été obligée de restreindre ses activités. S'il entrait dans un commerce, le chrétien devait s'en retirer. S'il s'est établi en tant que médecin, il a pris l'affaire. S'il exploitait l'agriculture, les autres agriculteurs devaient s'attaquer à autre chose. La loi devait intervenir pour sauver le chrétien de la maison pauvre. Pourtant, presque sans emplois, il a trouvé des moyens de gagner de l'argent. Même pour devenir riche. Cette histoire a un aspect commercial très sordide et pratique. Les préjugés religieux peuvent en représenter une partie, mais pas les neuf autres. Les protestants ont persécuté les catholiques, mais ils ne leur ont pas enlevé leurs moyens de subsistance. Les catholiques ont persécuté les protestants - mais ils n'ont jamais fermé l'agriculture et l'artisanat contre eux. Je suis convaincu que la crucifixion n'a pas grand-chose à voir avec l'attitude du monde envers les Juifs; que les raisons en sont beaucoup plus anciennes que cet événement. . . Je suis convaincu que la persécution des Juifs n'est pas due en grande partie à des préjugés religieux. Non, le Juif est un getter de l'argent. Il en a fait la fin et le but de sa vie. Il était à Rome. Il y est depuis. Son succès a fait de l'humanité tout entière son ennemi. Vous direz que le Juif est partout numériquement faible. Quand j'ai lu dans la Cyclopedia Britannica que la population juive aux États-Unis était de 250 000 personnes, j'ai écrit au rédacteur en chef pour lui expliquer que je connaissais personnellement plus de Juifs que cela et que ses chiffres étaient sans aucun doute une faute de frappe pour 25 000 000. Les gens m'ont dit qu'ils avaient des raisons de soupçonner cela ou des raisons commerciales, beaucoup de Juifs ne se sont pas déclarés juifs. Cela semble plausible. Je suis fermement convaincu que nous avons une immense population juive en Amérique. Je suis assuré par des hommes compétents pour dire que les Juifs sont extrêmement actifs en politique. ("Concernant les Juifs", Harper's Monthly Magazine, septembre 1899)

    L'opinion de Twain sur les Juifs est probablement le secret le mieux gardé de l'histoire littéraire américaine. Immédiatement après sa mort, sa fille excentrique Clara a épousé ou s'est mariée avec le pianiste juif Ossip Galbrilowitsch. Les éditeurs de Twain ont reçu des instructions rapides pour supprimer "Concernant les Juifs" des œuvres rassemblées, où il figurait dans le livre "L'Homme qui a corrompu Hadleybury & Other Stories".

    1). Étant donné que les juifs ont fourni la plupart des agitateurs et des orateurs qui ont fait avancer la campagne pour l'abolition qui a abouti à la guerre civile (que les banquiers juifs ont largement financée, des deux côtés), il semble légitime de se demander s'il existait une planification préalable pour le commerce de gros et de détail ... pillage économique effectué principalement par des tapis juifs après la guerre.

    2) Nous avons cité de nombreux autres auteurs sur la terrible déprédation économique que la communauté juive a subie chez les habitants de la Russie tsariste.

    ERNEST RENAN, historien français "Les Juifs ne sont pas simplement une communauté religieuse différente, mais - et c'est le facteur le plus important - une race totalement différente sur le plan ethnique. L'Européen a instinctivement senti que le Juif était un étranger, immigré de l'Asie. La civilisation surmontera l'antipathie contre l'Israélite qui professera simplement une autre religion, mais jamais contre le Juif racialement différent… En Europe de l'Est, le Juif est le cancer qui ronge lentement la chair d'autres nations. son égoïsme et son manque de courage personnel sont ses caractéristiques principales; le sacrifice de soi et le patriotisme lui sont tout à fait étrangers. "

    GOLDWIN SMITH, professeur d'histoire moderne à Oxford, a écrit au XIXe siècleUry, octobre 1881 "Le Juif est le seul à considérer sa race comme supérieure à l'humanité et ne souhaite pas son union avec les autres races, mais son triomphe sur toutes et toutes et sa suprématie définitive sous la direction d'un Messie tribal."

    MENCKEN, H. L. Écrivain américain du XXe siècle. "Les Juifs pourraient être réprimés de manière très plausible comme la race la plus désagréable jamais entendue. Comme on les rencontre couramment, ils ne possèdent aucune des qualités qui caractérisent l'homme civilisé: courage, dignité, incorruptibilité, facilité, confiance. Ils ont une vanité sans orgueil, volupté sans goût et sans apprentissage sans sagesse. Leur courage, tel qu’il est, est gaspillé dans des objets puérils, et leur charité est avant tout une forme de manifestation. " (Traité sur les dieux) Le fait que ce que l'on parle couramment de droits sont souvent des privilèges est démontré dans le cas des Juifs. Ils ont amèrement regretté leur exclusion de certains hôtels, lieux de villégiature et autres lieux de rassemblement, et ont fait des efforts résolus pour se faire entendre. Mais dès qu’un nombre considérable d’entre eux se mêlent, les attraits du lieu s’amenuisent et les Juifs plus pressés se tournent vers l’un où ils sont encore nicht gewuenscht. . . ("pas voulu.") "Je suis l’un des rares Goyim à s’être attaqué au TALMUD. Je suppose que vous vous attendez maintenant à ce que j’ajoute que c’est un travail noble et profond, digne de la rude étude de tous les autres GOYIM. Malheureusement, Mon rapport doit différer de cette attente. Il me semble qu’à part quelques points lumineux, il est tout à fait impossible de le distinguer des ordures.

    "La théorie juive selon laquelle les GOYIM envient la capacité supérieure des Juifs n'est pas corroborée par les faits. La plupart des GOYIM nient en fait que le Juif est supérieur et mettent en évidence son incapacité à remporter les premiers prix: il a se contenter des secondes: aucun compositeur juif n'est venu à moins de trois kilomètres de Bach, Beethoven et Brahms, aucun Juif n'a jamais défié les meilleurs peintres du monde, et aucun scientifique juif n'a égalé Newton, Darwin, Pasteur ou Mendel. Dans cette dernière tranche, les exceptions apparentes telles qu'Ehrlich, Freud et Einstein ne sont qu'apparentes: Ehrlich, en fait, a moins contribué au fait biochimique qu'à la théorie biochimique et la plupart de sa théorie était douteuse. raison valable de croire que même Einstein ne résistera pas: à la longue, son espace incurvé peut être classé parmi les bosses psychosomatiques de Gall et de Spurzheim. Mais que cette infériorité du Juif soit réelle ou seulement une illusion, il doit être manifeste que il est en général y a accepté. En fait, les GOY ne croient pas que le Juif est meilleur que le non-Juif; Tout au plus, il admettra que le Juif est plus intelligent pour réussir sur la planète. Mais il attribue cela à des pratiques pointues et non à une capacité supérieure. "(Minority Report: Les cahiers de H. L. Mencken)

    SHAW, GEORGE BERNARD. Dramaturge britannique du 20ème siècle. "C’est le véritable ennemi, l’envahisseur venant de l’Est, le Druze, le ruffian, le parasite oriental; en un mot: le Juif. (London Morning Post, 3 décembre 1925) Cette soif de bouquets de juifs est un symptôme de Dégénérescence raciale. Les Juifs sont pires que les miens. Ces Juifs qui veulent toujours être la race choisie (choisie par le regretté Lord Balfour) peuvent se rendre en Palestine et se mettre à bouillir. Les autres ont intérêt à ne plus être juifs et à commencer être humain (Literary Digest, 12 octobre 1932)

    Wagner, Richard Compositeur allemand du 19ème siècle. "Le Juif n'a jamais eu d'art à part entière et n'a donc jamais vécu comme un art habilité à importer." Tant que l'art musical séparé avait un réel besoin de vie organique, jusqu'aux époques de Mozart et Beethoven, on ne trouvait nulle part un compositeur juif: il était absolument impossible pour un élément silencieux étranger à cet organisme vivant de prendre part aux étapes formatives de cette vie. Ce n'est que lorsque la mort intérieure d'un corps est manifeste que des éléments extérieurs y obtiennent le pouvoir de juger, mais simplement de le détruire. Une chose est claire: c’est l’influence que les Juifs ont acquise sur notre vie mentale, telle qu’elle se manifeste dans le détournement et la falsification de nos plus hautes tendances culturelles. Si la chute de notre culture peut être arrêtée par un rejet violent de l’élément extraterrestre destructeur, j’est incapable de décider, car cela exigerait des forces avec lesquelles je ne connais pas l’existence. (Le judaïsme en musique)

    SOMBART, WERNER. Économiste allemand du XXe siècle. "Le capitalisme est né de l'emprunt d'argent. L'emprunt d'argent reprend l'idée de base du capitalisme. Tournez-vous vers les pages du TALMUD et vous constaterez que les Juifs ont fait de l'art de prêter de l'argent. On leur a appris très tôt à rechercher leur principal bonheur la possession de l'argent. Ils ont percé tous les secrets qui se cachaient dans l'argent. Ils sont devenus seigneurs de l'argent et seigneurs du monde ... "

    FITZGERALD, F. SCOTT. Romancier américain du XXe siècle. "Dans une grande rue animée, il lut une douzaine de noms juifs sur une rangée de magasins; dans la porte de chacun d'eux se tenait un petit homme noir regardant les passants à travers des yeux attentifs; ide, avec clarté, avec cupidité, avec compréhension. New York - il ne pouvait pas le dissocier de la lente ascension de ce peuple - les petits magasins grandissant, grandissant, se consolidant, bougeant, surveillés du regard des faucons et du souci des abeilles - ils étaient juifs.

    EMERSON, RALPH WALDO. Philosophe américain du 19ème siècle, poète. "La souffrance qui est l'insigne du Juif a fait de lui, en ces jours, le souverain des souverains de la terre. (Le destin est un essai)

    BURTON, SIR RICHARD FRANCIS. Diplomate britannique du 19ème siècle, écrivain. Après avoir été consul à Damas, en Syrie, où, quelques années auparavant, un prêtre catholique aurait été assassiné lors d'un rituel sanglant par des Juifs, Burton s'intéressa à la question. Ses enquêtes l'ont convaincu que de telles tueries étaient en réalité commises par certaines sectes de Juifs. "La main du Juif a toujours été, comme celle d'Ismaël, contre tous les hommes, à l'exception de ceux appartenant à la synagogue. Ses passions féroces et sa ruse diabolique, combinés à des facultés intellectuelles anormales, à une vitalité intense et à une détermination persistante que le monde a rarement vues et assommé de plus par une soif de sang engendrée par la défaite et la sujétion, se sont combinés pour en faire l'ennemi mortel de l'humanité tout entière, tandis que sa loi orale insociale et inique contribuait à enflammer sa folle soif de soi et à justifier les crimes suggérés par la méchanceté et la superstition. "

    DREISER, THEODORE. Écrivain américain du 20ème siècle. "New York est pour moi un cri - le rêve d'un ghetto de Kyke. La tribu des Perdus s'est emparée de l'île. (Lettre à HL Mencken, 5 novembre 1922)" "Le libéralisme, dans le cas du Juif, signifie l'internationalisme. Si Si vous écoutez des juifs discuter de juifs, vous constaterez qu'ils sont soucieux de l'argent, très précis dans la pratique et qu'ils manquent de la bonne intégrité qui est enfin approuvée et suivie dans une certaine mesure par des avocats d'autres nationalités. Mille ans en Allemagne et il est toujours juif, il est en Amérique depuis 200 ans et il ne s'est nullement évanoui dans la pureté de l'Amérique - et il ne le fera pas (Lettre à Hutchins Hapgood, The Nation magazine, 17 avril 1935) ".

    WELLS, H. G. Écrivain britannique du XXe siècle. "Les Juifs recherchaient un sauveur spécial, un messie, qui devait racheter l'humanité en reconstituant le processus agréable de restauration des gloires fabuleuses de David et de Salomon et en ramenant enfin le monde entier sous le talon juif ferme mais bienveillant." (Le contour de l'histoire)

    "Le sionisme est une expression du refus des Juifs d'assimiler. Si les Juifs ont souffert, c'est parce qu'ils se sont considérés comme un peuple élu." (L'anatomie de la frustration)

    "Une étude attentive des préjugés et des accusations d'antisémitisme pourrait être d'une grande utilité pour de nombreux Juifs, qui ne réalisent pas de manière adéquate les irritations qu'ils infligent." (Lettre du 11 novembre 1933)

    Wells avait l'habitude de qualifier KARL MARX de "juif de troisième ordre peu profond" et de "juif moche" dans une correspondance privée. (Norman MacKenzie, H. G. Wells)

    LINDBERGH, CHARLES. Aviateur américain du XXe siècle, écrivain. Mercredi 23 août 1939 "Nous sommes troublés par l’effet de l’influence juive sur la presse, la radio et les films. Elle pourrait devenir très grave. [Fulton] Lewis nous a raconté un cas où des agences de publicité juives ont menacé de tout supprimer. leur publicité du système Mutual si une certaine fonctionnalité était autorisée à passer sur les ondes. La menace était suffisamment puissante pour que la fonctionnalité soit supprimée. "

    Jeudi 1er mai 1941 "La pression pour la guerre est forte et croissante. La population y est opposée, mais l'administration semble avoir" le coup de main "et est résolument engagée dans la guerre. La plupart des Les intérêts juifs dans le pays sont derrière la guerre et contrôlent une grande partie de notre presse, de notre radio et de la plupart de nos films. Il y a les "intellectuels" et les "anglophiles" et les agents britanniques à qui le droit de intérêts financiers internationaux et de nombreux autres ". (Les journaux de guerre)

    LE GÉNÉRAL GEORGE VAN HORN MOSELY, dans le New York Tribune, le 29 mars 1939 "La guerre maintenant proposée a pour but d'établir l'influence juive dans le monde entier."

    HERDER, JOHANN GOTTFRIED. Philosophe allemand du 18ème siècle. "Le peuple juif est et reste en Europe un peuple asiatique étranger à notre partie du monde, lié à cette loi ancienne qu'il a reçue dans un climat lointain et qu'il, selon ses confessions, ne peut pas supprimer. ... Comment beaucoup de ces extraterrestres peuvent être tolérés sans blesser le vrai citoyen? Un ministère dans lequel un Juif est suprême, une maison dans laquelle un Juif a la clef de la garde-robe et de la gestion des finances, un département ou un commissariat dans lequel La principale activité, ce sont les marais Pontins qui ne peuvent pas être asséchés (Bekehrung der Juden). Depuis des milliers d'années, depuis leur apparition sur la scène de l'histoire, les Juifs ont été une croissance parasite sur le tronc d'autres nations, une race de courtiers rusés. partout dans le monde. Ils ont causé beaucoup de mal à de nombreux États mal organisés en retardant ladéveloppement économique libre et naturel de leur population autochtone. ("Hebraer" dans Ideen)

    BONAPARTE, NAPOLÉON. Homme d'État français, général. "Les Juifs ont fourni des troupes pour ma campagne en Pologne, mais ils devraient me rembourser: j'ai vite constaté qu'ils ne servaient à rien, sauf à vendre de vieux vêtements ..." "Il faut légiférer partout où le bien-être général est en danger. Le gouvernement ne peut pas regarder avec indifférence la façon dont une nation méprisable s'empare de toutes les provinces de France. Les Juifs sont les maîtres-voleurs de l'époque moderne; ils sont les charognards de l’humanité ... "Ils doivent être traités avec justice politique et non avec justice civile. Ce ne sont sûrement pas de vrais citoyens. "

    "Les Juifs pratiquaient l'usure depuis l'époque de Moïse et opprimaient les autres peuples. En attendant, les chrétiens n'étaient que rarement des usuriers, tombant dans le déshonneur quand ils le faisaient. Nous devrions interdire aux Juifs le commerce parce qu'ils en abusent. Les maux des Juifs ne proviennent pas d’individus mais de la nature fondamentale de ce peuple. " (D'après les réflexions de Napoléon et les discours prononcés devant le Conseil d'État les 30 avril et 7 mai 1806).

    "Rien de plus méprisable ne pourrait être fait que la réception des Juifs par vous. J'ai décidé d'améliorer les Juifs. Mais je ne veux plus d'eux dans mon royaume. En fait, j'ai tout fait pour prouver mon mépris de la nation la plus vile. dans le monde." (Lettre à son frère Jérôme, roi de Westphalie, 6 mars 1808)

    1). Tous les petits et grands Juifs du colportage doivent renouveler leur licence chaque année.

    2) Les chèques et autres obligations ne sont remboursables que si le Juif peut prouver qu'il a obtenu l'argent sans tricher. (Ordonnance du 17 mars 1808. Code Napoléon.)

    DE GAULLE, CHARLES. Homme politique français du 20ème siècle. S'adressant à l'imbroglio sioniste du Moyen-Orient lors d'une conférence de presse du 27 novembre 1967, il a déclaré: "Les Juifs restent ce qu'ils ont toujours été: un peuple d'élite, confiant et dominant."

    SAND, GEORGE (Amantine Dupin Dudevant). Romancier français du 19ème siècle. "J'ai vu dans 'le Juif errant' la personnification du peuple juif exilé au Moyen Âge. Néanmoins, ils sont à nouveau extrêmement riches, en raison de leur avidité rude sans faille et de leur activité infatigable. Avec leur dureté de cœur qu'ils prolongent vis-à-vis des peuples d'autres religions et races, ils sont sur le point de se faire les rois du monde. Ce peuple peut remercier son obstination que la France soit jugée dans cinquante ans. Déjà certains sages juifs le prophétisent franchement. " (Lettre à Victor Lorie, 1857)

    COMMUNAUTÉ DE STRASBOURG, FRANCE. Dans une allocution à l'ASSEMBLEE en 1790, les dirigeants révolutionnaires de la ville s'opposèrent à la citoyenneté juive, car: "Tout le monde connaissait le mauvais caractère inhérent des Juifs et personne ne doutait qu'ils soient étrangers. ... Laissez les" éclaireurs "cesser de diffamer les Gentils en les blâmer pour ce qui ne va pas chez les Juifs. Leur conduite est de leur faute. Peut-être que les Juifs pourraient éventuellement renoncer à tous les aspects de leur séparation et à toutes les caractéristiques de leur nature. Laissons-nous attendre que cela se produise; qu'ils soient dignes de l'égalité. (Tres Humble Adresse qui se trouve à Strasbourg)

    ROBERTS, STEPHEN H. Historien australien du XXe siècle. Quoique hostile à presque tous les points au socialisme national, sa Maison construite par Hitler admet que les Juifs constituaient une menace en Allemagne: "Il est inutile de nier que de graves problèmes juifs existaient en Allemagne. Le pays se trouvait dans la fâcheuse situation géographique première étape de la poussée éternelle des Juifs polonais vers l’ouest, ils ont plutôt tendance à s’arrêter à Berlin et à Hambourg, où ils ont obtenu une part excessive de bons postes professionnels, notamment à Berlin, lorsque les nazis sont arrivés au pouvoir. 50,2% des avocats étaient des Juifs, alors qu'en médecine 48% des médecins étaient des Juifs, les Juifs possédaient le plus grand et le plus important journal de Berlin et s'emparaient systématiquement des principaux postes de l'hôpital. sur le système éducatif. "

    FRANCO, FRANCISCO. Homme d'État espagnol du XXe siècle. Dans son discours de victoire à Madrid, le 19 mai 1939, il déclara: "Ne soyons pas illusoires. L’esprit juif, qui était responsable de l’alliance de la grande capitale avec le marxisme et qui était le moteur de tant d’anti -Les accords révolutionnaires espagnols ne seront pas éliminés en un jour. "

    PRIMO DE RIVERA, JOSE. Réformateur politique espagnol du XXe siècle (assassiné par les communistes). Il a souligné que les instruments de domination juive dans le monde moderne sont l'argent et la presse, et que le communisme est un instrument du capitalisme juif international utilisé pour écraser et ensuite gouverner les nations. (El Estado Nacional)

    H. H. BEAMISH, dans un discours prononcé à New York du 30 octobre au 1er novembre 1937 "En 1848, le mot" antisémite "fut inventé par les Juifs pour empêcher l'utilisation du mot" juif ".pour eux, c'est "Juif". . . "Je vous implore tous d'être précis - appelez-les juifs. Il n'est pas nécessaire d'être délicat sur cette question juive. Vous devez les affronter dans ce pays. Les Juifs devraient être satisfaits ici. J'étais ici il y a quarante-sept ans; vos portes ont été ouvertes aux Juifs et ils étaient libres. Non, il ne vous a absolument pas à la gorge, c'est votre récompense. "

    CHRISTEA, PATRIARCH. Prélat roumain du XXème siècle. "Les Juifs ont provoqué une épidémie de corruption et de troubles sociaux. Ils accaparent la presse qui, avec une aide étrangère, balaye tous les trésors spirituels des Roumains. Se défendre est un devoir national et patriotique, et non un antisémitisme. des mesures pour se débarrasser de la peste indiqueraient que nous sommes des lâches paresseux qui nous laissons emporter vivants dans nos tombes. Pourquoi ne devrions-nous pas nous débarrasser de ces parasites qui sucent le sang roumain et chrétien? Il est logique et sacré de réagir contre eux. " (New York Herald Tribune, 17 août 1937)

    HOUSTON STEWART CHAMBERLAIN, auteur mondialement connu des fondations du XIXe siècle, vol. I, page 337 "La révélation de Christ n'a aucune signification pour le Juif! ... J'ai parcouru toute une bibliothèque de livres juifs dans l'espoir de trouver - naturellement pas la croyance en la Divinité du Christ, ni l'idée de rédemption, mais le sentiment purement humain de la grandeur du Sauveur qui souffre - mais en vain. Un Juif qui estime que ce n’est en fait plus un Juif, mais un négateur du judaïsme. Et, même dans le Coran de Mahomet, moins une vague conception de l'importance du Christ et une profonde révérence pour sa personnalité, un juif éminent cultivé du XIXe siècle (Graetz) appelle le Christ "la nouvelle naissance avec le masque de la mort", qui infligea de nouvelles et douloureuses blessures au peuple juif; En ce qui concerne la croix, il nous assure que "les Juifs ne demandent pas cette émotion convulsive pour leur progrès spirituel", et ajoute: "en particulier parmi les classes moyennes des habitants des villes". la compréhension va plus loin. livre, republié en 1880 par un juif espagnol (Mose de Leon) Jésus-Christ est appelé un "chien mort" qui repose "enterré dans un dunghill". En outre, les Juifs ont pris soin de publier dans la dernière partie du XIXe siècle plusieurs éditions (naturellement en hébreu) de prétendus «passages censurés» du Talmud, passages généralement omis dans lesquels Christ est exposé à notre mépris et à notre haine en tant que «fou», «sorcier», «profane», idolâtre, "chien", "bâtard", "enfant de la luxure", etc.: ainsi aussi, sa sublime mère. "

    ADRIEN ARCAND, chef politique canadienne des années 1930 "Au travers de leurs agences de presse internationales (juives), elles façonnent votre esprit et vous permettent de voir le monde non pas comme il est, mais comme ils le veulent. Par leur cinéma, ils sont le Les éducateurs de notre jeunesse - et avec un seul film en deux heures, peuvent effacer du cerveau d'un enfant ce qu'il a appris en six mois à la maison, à l'église ou à l'école. "

    NESTA WEBSTER, dans son livre Allemagne et Angleterre "L'Angleterre n'est plus sous le contrôle des Britanniques. Nous sommes sous la dictature invisible juive - une dictature qui peut être ressentie dans tous les domaines de la vie."

    HENRY WALLACE, secrétaire au Commerce sous le président Harry Truman, écrivait dans sa laiterie qu'en 1946, "Truman était" exaspéré "par la pression juive soutenant le régime sioniste sur la Palestine. Wallace ajouta" Prés. Truman s'est exprimé comme étant très "abattu" avec les Juifs. Il a dit que 'Jésus-Christ ne pouvait pas leur plaire quand il était sur Terre, alors comment peut-on s'attendre à ce que je puisse avoir de la chance?' Prés. Truman a déclaré qu'il ne les utilisait pas et ne se souciait pas de ce qui leur était arrivé. "

    WILLIAM JENNINGS BRYANT, trois fois candidat à la présidence du Parti démocrate, a déclaré: "New York est la ville de privilège. Voici le siège du pouvoir invisible représenté par les forces alliées des finances et de l'industrie. Ce gouvernement invisible est réactionnaire, sinistre et sans scrupule , mercenaire et sordide. Il manque d'idéaux nationaux et de conscience. Ce genre de gouvernement doit être flagellé et détruit. "

    HENRY ADAMS (descendant du président John Adams), dans une lettre à John Hay, octobre 1895 "La question juive est vraiment le plus grave de nos problèmes."

    RIZ DE PRINTEMPS, SIR CECIL. Homme politique britannique du 20ème siècle. "Un par un, les Juifs s'emparent des principaux journaux d'Amérique. (Lettre de novembre 1914, à Sir Edward Grey, secrétaire aux Affaires étrangères. Lettres et Amitiés)

    CAPOTE, TRUMAN. Écrivain américain du 20ème siècle. Dans une interview, il a attaqué la "mafia sioniste", monopolisant l'édition aujourd'hui, et a protesté contre la tendance à réprimer des choses qui ne rencontrent pas l'approbation des Juifs. (Magazine Playboy, mars 1968)

    VOLTAIRE (Francois Marie Arouet) Philosophe, écrivain français du 18ème siècle. "Pourquoi les Juifs sont-ils détestés? C'est le résultat inévitable de leurs lois; ils doivent soit vaincre tout le monde, soit être haïs de la race humaine tout entière." "La nation juive ose afficher un irréconciliablela haine envers toutes les nations et les révoltes contre tous les maîtres; toujours superstitieux, toujours avide du bien-être dont jouissent les autres, toujours barbare, craignant le malheur et insolent de la prospérité. "(Essai sur le Moeurs)

    "Vous me semblez être le plus fou du lot. Les Cafres, les Hottentots et les Nègres de Guinée sont des gens beaucoup plus raisonnables et honnêtes que vos ancêtres, les Juifs. Vous avez surpassé toutes les nations dans des fables impertinentes et de mauvaise conduite et dans la barbarie. Vous méritez d'être puni, car c'est votre destin. " (Extrait d'une lettre à un Juif qui lui avait écrit pour se plaindre de son "antisémitisme." Examen des Quelques objections... Dans l'Essai sur le Moeurs.)

    "Vous ne trouverez que chez les Juifs un peuple ignorant et barbare, qui a longtemps associé l'avarice la plus sordide à la superstition la plus détestable et à la haine la plus invincible de tous les peuples qui le tolèrent et l'enrichissent." ("Juif", Dictionnaire Philosophique)

    "Je sais qu'il y a des Juifs dans les colonies anglaises. Ces marranes vont partout où il y a de l'argent à gagner ... Mais que ces circoncis qui vendent de vieux vêtements prétendent appartenir à la tribu de Naphtali ou à Issachar, ce n'est pas le moins du monde importance. Ce sont simplement les plus gros scélérats qui aient jamais sali la surface de la terre. " (Lettre à Jean-Baptiste Nicolas de Lisle de Sales, 15 décembre 1773. Correspondance. 86: 166)

    "Ils sont tous nés avec un fanatisme qui fait rage dans leur cœur, tout comme les Bretons et les Allemands sont nés avec des cheveux blonds. Je ne serais pas du tout surpris si ces personnes ne deviendraient pas un jour mortelles pour l'homme course." (Lettres de Memmius a Ciceron, 1771)

    CANNOT, E. Réformateur français du 19ème siècle. Dans La Rénovation, journal de l'école socialiste de CHARLES FOURIER. "Juifs! Aux hauteurs de votre Sinaï ... Je me lève humblement. Je me tiens debout et je vous crie au nom de tous mes humbles égaux, de tous ceux que votre spoliation a provoqués, qui est mort dans la misère Toi et tes ombres tremblantes t'accusent: Juifs, car Caïn et Iscariote, laisse-nous, laisse-nous! Ah, traversez à nouveau la mer Rouge et descendez dans le désert, dans la terre promise qui vous attend, le seul pays digne de vous, ô gens méchants, impolis et malhonnêtes, allez-y !!! " repute.htm

    http://www.biblebelievers.org.au/

    Ce que des hommes de renommée mondiale ont dit à propos des juifs introduction Les Juifs sont le seul peuple au monde à avoir trouvé l'hostilité dans tous les pays où ils se sont installés en nombre. La grande question est pourquoi? Aujourd'hui, on enseigne dans les écoles que "l'antisémitisme" a commencé en Allemagne dans les années 1930, après quoi ils ont été déportés. Ce qui n’est pas étudié, c’est le fait qu’à un moment ou à un autre, les Juifs ont été expulsés de toutes les nations d’Europe! Lorsque les Juifs ont commencé à immigrer en Amérique, les premiers colonialistes de New York, Charleston et Savannah ont tenté d'interdire leur entrée. Benjamin Franklin a plaidé auprès des membres du Congrès continental pour imposer une interdiction spécifique à l'immigration juive dans la Constitution américaine, afin de les interdire pour toujours. Les Juifs prétendent qu'ils ne sont "qu'une" religion. La vérité est que les Juifs appartiennent à une race maudite. Moins de 30% sont membres d'une synagogue. Qu'ils soient religieux orthodoxes, athées, capitalistes ou communistes, ils prétendent toujours être juifs, membres du groupe racial juif! Chaque race a hérité de traits. Dans le cas des Juifs, ils incluent le commerce, le changement d’argent, l’usure et le dégoût du "travail productif" qui est méprisé comme une atteinte à la dignité des Juifs dans leur "bible" appelée "LE TALMUD". Les Juifs n'ont pas changé depuis l'époque où Jésus-Christ levait un fouet et chassait "les changeurs d'argent du Temple". Les Juifs se sont toujours unis pour former des monopoles. Aujourd'hui, ils contrôlent toutes les chaînes de grands magasins et magasins spécialisés, ainsi que le commerce lucratif de bijoux et de fourrures d'animaux. Les Juifs dominent les domaines de tous les métaux précieux tels que l’or, l’argent, le platine, l’étain, le plomb, etc. Ils interdiront toujours ensemble de conduire les concurrents de Gentile à la faillite. Aujourd'hui, l'Amérique est inondée d'immigrés juifs russes et même 20 000 par an quittent Israël pour les États-Unis, portant tous des signes en dollars. Les Juifs ont utilisé leur pouvoir monétaire tant vanté pour prendre le contrôle du parti démocrate et constituer plus de 50% de toutes ses contributions financières. Aujourd'hui, ils achètent de plus en plus de grandes entreprises américaines. Alors que seulement 3% de la population, les Juifs contrôlent plus de 25% de la richesse de la nation et ce pourcentage augmente chaque année. Ils sont le seul groupe racial totalement organisé pour travailler à la domination politique sur l'Amérique. L’opposition aux Juifs n’a pas commencé en Allemagne, mais remonte à la naissance du Christ, il ya plus de 2 000 ans! Étudiez les déclarations de "Les plus grands hommes du monde". Ils révèlent pourquoi les "Juifs errants" ont créé des ennemis dans tous les pays hôtes qui les ont jamais acceptés. CICERO (Marcus Tullius Cicero). Ier siècle av. J.-C. Homme d'État romain, écrivain. "Doucement! Doucement! Je ne veux que les juges pour m'entendre. Les Juifs m'ont déjà mis dans un beau pétrin, comme ils ont beaucoup d'autres gentilhommes. Je n'ai aucune envie de fournir de l'eau supplémentaire à leurs moulins." (Oration à la défense de Flaccus) Cicéron était l'avocat de la défense lors du procès de Flaccus, un responsable romain qui s'était immiscé dans les envois d'or juifs à leur quartier général international (à l'époque) à Jérusalem. Cicéron lui-même n’était certainement pas un non-citoyen, et le fait de devoir «parler doucement» à un homme de cette envergure montre qu’il était en présence d’une sphère d’influence dangereusement puissante. Cicéron écrivit à une autre occasion: "Les Juifs appartiennent à une force sombre et répulsive. On sait combien cette clique est nombreuse, comment ils se tiennent et quel pouvoir ils exercent par le biais de leurs unions. Ils sont une nation de fripons et de trompeurs." SENECA (Lucius Annaeus Seneca). Philosophe romain du premier siècle. "Les coutumes de cette nation la plus criminelle ont acquis une telle force qu'elles ont maintenant été reçues dans tous les pays. Les conquis ont donné des lois aux conquérants." (De Superstitione) DIO CASSIUS. Historien romain du deuxième siècle. Décrivant le soulèvement juif sauvage contre l’empire romain qui a été reconnu comme le tournant décisif dans le cours de cette grande forme d’État: "Les Juifs détruisaient les Grecs et les Romains. Ils mangeaient la chair de leurs victimes, se faisaient la ceinture sortis de leurs entrailles et se barbouillant de leur sang ... Au total, 220 000 hommes ont péri à Cyrène et 240 000 à Chypre, et pour cette raison, aucun Juif ne peut y mettre les pieds aujourd'hui. " (Histoire romaine) DIODORUS SICULUS. Historien grec du premier siècle. A observé que les Juifs traitaient les autres peuples comme des ennemis et des inférieurs. L'usure consiste à prêter de l'argent à des taux d'intérêt excessifs. Pendant des siècles, cela a provoqué une grande misère et une grande pauvreté chez les Gentils. Cela a entraîné une forte condamnation des Juifs! BERNARDINO DE FELTRO. Prêtre italien du 15ème siècle. Homme doux qui prône la patience et la charité dans des circonstances normales, il se décrit comme un "chien qui aboie" lorsqu'il traite avec des juifs: "Les usuriers juifs saignent les pauvres jusqu'à la mort et grossissent de graisse, et moi, qui vit d'aumône et qui se nourrit sur le pain des pauvres, devrais-je rester muet avant une charité outragée? Les chiens aboient pour protéger ceux qui les nourrissent, und Moi, qui suis nourri par les pauvres, je les verrai dépossédés de ce qui leur appartient et me tairai? "(E. Flornoy, Le Bienbeureux Bernardin le Feltre) AQUINAS, THOMAS, Saint. Philosophe scolastique du XIIIe siècle. Dans son ouvrage "Sur la gouvernance des Juifs", il écrit: "On ne devrait pas permettre aux Juifs de conserver ce qu'ils ont obtenu des autres par l'usure; il vaudrait mieux qu'ils soient obligés de travailler pour gagner leur vie au lieu de ne rien faire mais devenir avare. " HILAIRE BELLOC, dans le livre THE JUWS, page 9 "Il existe déjà quelque chose qui ressemble à un monopole juif dans la haute finance ... Il existe le même élément de monopole juif dans le commerce de l'argent et dans le contrôle de divers autres métaux, notamment le plomb , nickel, vif argent. Ce qui est le plus inquiétant, c'est que cette tendance au monopole se propage comme une maladie. " HH BEAMISH, à New York Discours du 30 octobre 1937 "La guerre des Boers a eu lieu il y a 37 ans. Boer signifie fermier. Beaucoup ont reproché à une grande puissance comme la Grande-Bretagne de vouloir anéantir les Boers. Après enquête, j'ai trouvé tout l'or et les mines de diamants d'Afrique du Sud étaient la propriété de Juifs; Rothschild, lui, contrôlait l'or; Samuels, l'argent, Baum, et les métaux communs à Moïse. Tous les contacts qu'ils touchent sont inévitablement pollués. " W. HUGHES, Premier ministre australien, Saturday Evening Post, 19 juin 1919 "Les Montefiores ont pris l'Australie pour leur propre compte, et il n'y a pas de champ aurifère ou de mouton qui court de la Tasmanie à la Nouvelle-Galles du Sud et qui ne leur paye pas beaucoup tribut. Ils sont les véritables propriétaires du continent des antipodes. À quoi sert-il d’être un pays riche, si la richesse est entièrement entre les mains de Juifs allemands? " LE PAPE CLEMENT VIII "Le monde entier souffre de l'usure des Juifs, de leurs monopoles et de leur duperie. Ils ont plongé de nombreux malheureux dans la pauvreté, en particulier les fermiers, les ouvriers et les très pauvres. rappelez-leur par intermittence qu'ils jouissaient de droits dans n'importe quel pays depuis qu'ils avaient quitté la Palestine et le désert d'Arabie. Par la suite, leurs doctrines éthiques et morales ainsi que leurs actes méritent à juste titre d'être exposés à la critique dans le pays où ils vivent. " NESTA WEBSTER, Dans la Révolution mondiale, Le complot contre la civilisation, page 163 "C'est depuis les temps les plus reculés que le plus connu des exploiteurs que le Juif est connu parmi ses concitoyens de toutes races et de toutes croyances. De plus, il s'est toujours montré ingrat. Les Juifs ont toujours formé un élément rebelle dans chaque État ". FRANZ LISZT, célèbre compositeur cité dans le Col. EN Le sanctuaire, est-ce que ces choses-là sont comme ça?, Page 278 "Le jour viendra où toutes les nations dans lesquelles les juifs habiteront devront se poser la question de leur expulsion en masse, une question qui de vie ou de mort, de bonne santé ou de maladie chronique, d'existence pacifique ou de fièvre sociale perpétuelle ". JÉSUS-CHRIST, parlant aux Juifs dans l'Évangile de saint Jean, 8:44 "Vous êtes de votre père, le diable, et la convoitise de votre père est ce que vous ferez. C'était un meurtrier depuis le début, et il ne résida pas dans la la vérité, car il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il dit un mensonge, il parle pour lui-même, car il est un menteur et le père de celui-ci. - répondit alors aux Juifs - "(ce qui indique clairement que Christ s'adressait à la Les Juifs.) MARTIN LUTHER, Discussion de table de Martin Luther, traduite par William Hazlet, page 43 "Mais les Juifs sont tellement endurcis qu'ils n'écoutent rien; bien que captivés par des témoignages, ils ne cèdent pas d'un pouce. C'est une race pernicieuse qui opprime tous les hommes par l'usure et la rapine. S'ils donnent à un prince ou à un magistrat mille florins, ils en extorquent vingt mille aux sujets en paiement. Nous ne devons jamais rester sur nos gardes. " TOUR. GORDON WINROD, dans son livre Les clés de la compréhension chrétienne, pages 114 - 115 "Le judaïsme ne connaît pas Jésus-Christ. Le judaïsme hait Jésus-Christ. Lorsque Saint-Paul était dans le judaïsme, avant d'être converti au christianisme, il détestait Jésus-Christ et était persécuté. Chrétiens et Christianisme. " Paul a dit: "Vous avez entendu parler de ma carrière antérieure dans le judaïsme - avec quelle fureur j'ai persécuté l'Église et que j'en ai fait des ravages; et avec dévotion au judaïsme, j'ai devancé beaucoup d'hommes d'un certain âge parmi mon peuple, beaucoup plus zélés qu'eux pour la tradition de mes ancêtres ". (Gal. 1:13, 14, traduction de Weymouth). Alors qu'il était dans le judaïsme, Paul a persécuté les chrétiens en raison de sa haine intense pour les chrétiens et de sa conformité à la tradition des pères. Cela montre que la tradition des enseignements du judaïsme est remplie de haine envers les chrétiens. Peu de gens le savent parce qu'ils ne lisent pas attentivement leurs Écritures et à cause des grandes douleurs que les Juifs ont pris pour tromper les chrétiens. Les Juifs ont pris soin de dissimuler leur complot ÉCONOMIQUE-POLITIQUE en vue d'une domination totale du monde SOUS des mots qui résonnent et qui ont un son "RELIGIEUX" aux oreilles des chrétiens. Les Juifs utilisent des mots à consonance "religieuse" comme d partout où ils en ont la possibilité, ils nous jouent toutes sortes de pièges. . . Aucun païen n'a fait de telles choses et personne ne le ferait si ce n'est le diable lui-même et ceux qu'il possède - comme il possède les Juifs. Burgensis, qui était un rabbin très érudit parmi eux et qui, par la grâce de Dieu, est devenu chrétien (ce qui se produit rarement) est très ému de constater que, dans leurs écoles, ils nous maudissent si horriblement nous, chrétiens (comme Lyra écrit également), et en tire la conclusion. qu'ils ne doivent pas être le peuple de Dieu. Maintenant, voyez quel beau et gros mensonge c'est quand ils se plaignent d'être captifs parmi nous! Jérusalem a été détruite il y a plus de 1 400 ans. À cette époque, les chrétiens ont été torturés et persécutés par les Juifs du monde entier. En plus de cela, nous ne savons pas à ce jour ce que le diable les a amenés dans notre pays. Nous ne les avons pas chercher à Jérusalem! . . . Oui, nous les gardons en captivité, car j'aimerais garder mes rhumatismes et toutes les autres maladies et malheurs qui doivent attendre en tant que pauvre serviteur, avec de l'argent, des biens et tout ce que j'ai! Je souhaite qu'ils soient à Jérusalem avec les autres Juifs et avec qui ils voudraient avoir avec eux. Maintenant, qu'allons-nous faire de ce peuple juif rejeté et condamné? . . . Appliquons la sagesse ordinaire d’autres nations comme la France, l’Espagne, la Bohême, et autres, qui leur ont fait rendre compte de ce qu’elles avaient volé par usure et l’ont divisé équitablement; mais les expulsés de leur pays. Car, comme on l'a entendu auparavant, la colère de Dieu est si grande sur eux que, grâce à la douce miséricorde, ils ne deviennent que plus méchants, mais à la suite d'un traitement difficile, cependant, un peu mieux. Par conséquent, partez avec eux! Combien plus insupportable est-il que nous devrions permettre à la chrétienté tout entière et à nous tous d'être achetés avec notre propre argent, d'être calomniés et maudits par les Juifs, qui en plus de tout s'enrichir et nos seigneurs, qui se moquent de nous mépris et sont chatouillé par leur audace! Quelle affaire joyeuse ce serait pour le diable et ses anges, et pour les faire rire à travers leurs museaux comme une truie sourit à ses petits cochons, mais méritant une véritable colère devant Dieu. (Des Juifs et leurs mensonges) Peut-être des chrétiens au cœur tendre et gentil croiront-ils que je suis trop rigoureux et radical contre les juifs pauvres et affligés, croyant que je les ridiculise et les traite avec beaucoup de sarcasme. Par ma parole, je suis beaucoup trop faible pour pouvoir ridiculiser une telle couvée satanique. Je voudrais bien le faire, mais ce sont des adeptes de la raillerie bien plus grands que moi et ils possèdent un dieu qui est maître dans cet art. C'est le méchant lui-même. Même en l'absence d'autres preuves que l'Ancien Testament, je maintiendrais, et personne sur Terre ne pourrait changer mon opinion, que les Juifs, tels qu'ils sont aujourd'hui, sont véritablement un mélange de tous les fripons dépravés et malveillants du monde entier, qui ont ensuite été dispersés dans tous les pays, à l’instar des Tartares, des Gitans et de ces peuples. " WASHINGTON, GEORGE, dans Maxims of George Washington de AA Appleton & Co. "Ils (les Juifs) travaillent plus efficacement contre nous que les armées ennemies. Ils sont cent fois plus dangereux pour nos libertés et la grande cause dans laquelle nous nous engageons. (…) Il est fort à déplorer que chaque État, il y a bien longtemps, ne les ait pas pourchassés comme nuisibles à la société et aux plus grands ennemis du bonheur des États-Unis. " Cette prophétie, de Benjamin Franklin, a été faite dans un "discours pervers autour de la table pendant l'intermission" lors de la Convention constitutionnelle de Philadelphie de 1787. Cette déclaration a été enregistrée dans la laiterie de Charles Cotesworth Pinckney, délégué de la Caroline du Sud. "Je conviens pleinement avec le général Washington que nous devons protéger cette jeune nation contre une influence insidieuse et une impénétration. La menace, messieurs, ce sont les Juifs. Quel que soit le pays où ils se sont installés, les Juifs ont abaissé son ton moral; déprécié son intégrité commerciale, se sont séparés et n'ont pas été assimilés, ont moqué et essayé de saper la religion chrétienne sur laquelle cette nation est fondée, en s'opposant à ses restrictions, ont créé un État au sein de l'État et, lorsqu'ils s'y sont opposés, ont essayé étrangler financièrement ce pays, comme dans le cas de l’Espagne et du Portugal. Depuis plus de 1 700 ans, les Juifs se lamentent devant le triste sort qui leur est réservé, ils ont été exilés de leur patrie, comme ils appellent la Palestine. Si le monde le leur donnait en un clin d'œil, ils trouveraient tout de suite une raison de ne pas rentrer. Pourquoi? Parce qu'ils sont vampires, et que les vampires ne vivent pas de vampires, ils ne peuvent pas vivre uniquement entre eux. Ils doivent subsister sur des chrétiens et d'autres personnes qui ne sont pas de leur race. Si vous ne les excluez pas de ces États-Unis, dans leur Constitution, dans moins de 200 ans, ils auront essaimé ici en si grand nombre qu'ils domineront et dévoreront la terre et changeront notre forme de gouvernement, pour laquelle nous, les Américains, avons versé notre sang, nos vies notre substance et mis en péril notre liberté. Si vous ne les excluez pas, dans moins de 200 ans nos descendants travailleront dans les champs pour leur fournir de la substance, alors qu'ils se frotteront les compteurs. Je vous préviens, Messieurs, si vous n'excluez pas les Juifs pour toujours, vos enfants vous maudiront dans vos tombes. Juifs, Messieurs, sont des Asiatiques, qu'ils naissent là où ils voudront, et combien de générations ils seront loin de l'Asie, ils ne le seront jamais. Leurs idées ne sont pas conformes à celles des Américains et ne vivront même pas parmi nous dix générations. Un léopard ne peut pas changer ses tâches. Les Juifs sont des Asiatiques, constituent une menace pour ce pays s'ils sont autorisés à entrer et devraient être exclus par la présente Convention constitutionnelle. STYVESANT, PETER. Gouverneur néerlandais du 17ème siècle en Amérique. "Les Juifs qui sont arrivés voudraient presque tous rester ici, mais apprendre qu'ils (avec leur usure coutumière et leurs échanges trompeurs avec les chrétiens) était très répugnant pour les magistrats inférieurs, ainsi que pour les personnes les plus affectueuses pour vous; les diaconiens craignant également de devenir, à cause de leur indigence actuelle, l’accusation au cours de l’hiver prochain, nous avons jugé utile, pour le bénéfice de ce lieu et de cette terre nouvellement en voie de développement, de leur demander de partir amicalement; priant également très sérieusement à cet égard, pour nous-mêmes ainsi que pour la communauté de vos cultes, que la race trompeuse - de tels ennemis odieux et blasphémateurs du nom de Christ - ne soit plus autorisée à infecter et à troubler cette nouvelle colonie (Lettre à la chambre d'Amsterdam de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, de New Amsterdam, le 22 septembre 1654.) Les Juifs qu'il tenta d'évincer s'adressèrent simplement à leurs compatriotes juifs de Hollande et l'ordre revint de la Société s'opposant à l'expulsion. (Pour une situation similaire pendant la guerre civile, voir ULYSSES GRANT). Parmi les raisons invoquées par "leurs cultes" pour dominer leur gouverneur, l'une est assez flagrante, compte tenu de l'affirmation habituelle des Juifs selon laquelle leur peuple était "pauvre et persécuté: '" ... et aussi en raison de son importance du capital qu’ils ont investi en actions de cette société. " (Harry Golden et Martin Rywell, LES JUIFS DE L'HISTOIRE AMÉRICAINE) LA COLONIE GÉORGIENNE EN AMÉRIQUE. Le 5 janvier 1734, les administrateurs ont ordonné à trois juifs qui avaient envoyé des coreligionnaires dans la colonie sans autorisation "d'utiliser leurs efforts pour que ces dits Juifs soient expulsés de la colonie de Géorgie, comme la plus grande et la seule satisfaction qu'ils puissent donner à les administrateurs pour une telle indignité ont offert aux messieurs agissant en vertu de la charte de Sa Majesté. " (C. Jones, HISTOIRE DE SAVANNAH) JEFFERSON, THOMAS. Homme d'État américain du 18ème siècle. "Dispersés comme les Juifs, ils forment toujours une nation étrangère à la terre dans laquelle ils vivent." (D. Boorstin, LES AMÉRICAINS) "Ceux qui travaillent sur la terre sont le peuple élu de Dieu, s'il a jamais eu un peuple élu." (NOTES SUR VIRGINIA) BEAMISH, HENRY H. Editeur britannique du XXe siècle. "Il n'y a pas besoin d'être délicat sur cette question juive. Vous devez y faire face dans ce pays. Le Juif devrait être satisfait ici. J'étais ici il y a quarante-sept ans; vos portes ont été ouvertes et vous étiez alors libre. Maintenant vous a absolument à la gorge - c'est leur récompense. " (Discours de New York, 30 octobre 1937) HARRINGTON, SEIGNEUR. Homme d'État britannique du XIXe siècle. Admission opposée d'immigrants juifs en Angleterre parce que: "Ce sont les grands prêteurs et emprunteurs du monde ... La conséquence en est que les nations du monde gémissent sous de lourds systèmes d'imposition et de dette nationale. Elles ont toujours été les plus grandes ennemis de la liberté (Discours à la Chambre des Lords, 12 juillet 1858) WALTER CRICK, fabricant britannique, dans le NORTHAMPTON DAILY ECHO, 19 mars 1925) "Les Juifs peuvent détruire par le biais de moyens financiers. Les Juifs sont internationaux. Le contrôle des crédits dans ce pays n'est pas entre les mains des Anglais, mais des Juifs. Il est devenu le plus grand danger auquel l’Empire britannique a été confronté ". LES HOMMES MONDIAUX DU MONDE ont accusé les Juifs de fonder le communisme. Cette accusation est bien fondée. La philosophie communiste a été élaborée par Karl Marx, issu d'une longue lignée de rabbins. Son idéologie de pensée antichrétienne et socialiste est exposée dans le "TALMUD" juif qui est la "bible" des Juifs. Sur les quatre groupes politiques qui ont renversé le tsar chrétien de Russie, deux étaient à 100% juifs. Ils étaient les mencheviks et le Bund juif. Les deux autres étaient le parti socialiste révolutionnaire et les bolcheviks. Les deux étaient dirigés par des Juifs mais avaient quelques membres gentils. Aujourd'hui, nous savons maintenant que Lénine était juif et que tous les dirigeants de son premier gouvernement étaient juifs. C'étaient Trotsky, Zinoviev, Kamenev et Sverdlow. Le banquier juif le plus riche du monde à cette époque, Jacob Schiff de Kuhn, la banque d'investissement Loeb de New York, a donné 20 millions de dollars à Trotsky et à Lénine pour renverser le tsar et instaurer la tyrannie soviétique (selon le "NEW YORK JOURNAL-AMERICAN" du 3 février 1949.) CHURCHILL, WINSTON. 20ème siècle politicien britannique. En 1920, il écrivit un long article de journal sur la récente saisie de la Russie par les bolcheviks. Après avoir loué ce qu'il a appelé les "Juifs nationaux" de la Russie, il a déclaré: "Les projets des Juifs internationaux sont violemment opposés à toute cette sphère des efforts déployés par les Juifs. Les adhérents de cette sinistre confédération sont principalement des hommes élevés parmi les populations malheureuses. La plupart des pays, sinon tous, ont abandonné la foi de leurs ancêtres et ont dissocié de leur esprit toutes les espérances spirituelles du monde à venir.Ce mouvement parmi les Juifs n'est pas nouveau. Depuis l'époque de Spartacus-Weishaupt jusqu'à celle de Karl Marx et jusqu'à Trotsky (Russie), Bela Kun (Hongrie), Rosa Luxemburg (Allemagne) et Emma Goldman (États-Unis), ce complot révolutionnaire mondial visant à renverser de la civilisation et de la reconstitution de la société sur la base du développement arrêté, de la malveillance envieuse et de l'égalité impossible, n'a cessé de se développer. Elle a joué, en tant qu'écrivain moderne, comme l'a démontré avec talent Mme Webster, un participer à la tragédie de la Révolution française. Il a été le moteur de tous les mouvements subversifs du XIXe siècle. et maintenant, enfin, cette bande de personnalités extraordinaires issues des mondes souterrains des grandes villes d'Europe et d'Amérique a saisi le peuple russe par les cheveux de sa tête et est devenue pratiquement le maître incontesté de l'immense empire. Il n'est pas nécessaire d'exagérer le rôle joué dans la création du bolchevisme et dans la réalisation de la révolution russe par ces Juifs internationaux et pour la plupart athées. C'est certainement le très grand; il est probablement supérieur à tous les autres. À l'exception notable de Lénine, la majorité des personnalités sont juives. De plus, la principale inspiration et le principal moteur proviennent des dirigeants juifs. . . Dans les institutions soviétiques, la prédominance des Juifs est encore plus étonnante. Et la partie la plus importante, sinon la plus importante, du système terroriste appliqué par les commissions extraordinaires de lutte contre la contre-révolution a été prise par des juifs et, dans certains cas, par des juives. La même importance perverse a été obtenue par les Juifs au cours de la brève période de terreur au cours de laquelle Bela Kun a gouverné en Hongrie. Le même phénomène a été présenté en Allemagne (en particulier en Bavière), dans la mesure où cette folie a été autorisée à se nourrir de la prosternation temporaire du peuple allemand. Bien que dans tous ces pays, il y ait beaucoup de non-juifs tout aussi mauvais que le pire des révolutionnaires juifs, le rôle joué par ces derniers proportionnellement à leur nombre dans la population est étonnant. ("Le sionisme contre le bolchevisme: un combat pour l'âme du peuple juif." ILLUSTRATED DUNDAY HERALD, Londres, 8 février 1920.) BAKUNYIN, MIKHYL. Révolutionnaire russe du 19ème siècle. "Marx est un Juif et est entouré d'une foule de petits Juifs, plus ou moins intelligents, intriguants, agiles, spéculateurs, au même titre que les Juifs, agents commerciaux et bancaires, écrivains, hommes politiques, correspondants pour des journaux de toutes les nuances; en bref Les courtiers littéraires, comme il s’agit de courtiers financiers, ont un pied dans la banque et l’autre dans le mouvement socialiste, leur cul est assis sur la presse allemande. Ils ont saisi tous les journaux et vous pouvez imaginer quelle littérature nauséabonde Maintenant, tout ce monde juif, qui constitue une secte exploiteuse, un peuple de sangsues, un parasite vorace, Marx ressent une inclination instinctive et un grand respect pour le Rothschild. Cela peut sembler étrange. commun entre le communisme et la haute finance? Ho ho! Le communisme de Marx cherche une centralisation forte de l’État et, le cas échéant, il doit exister inévitablement une banque centrale, et le cas échéant, le parasite Jewis La nation, qui spécule sur le travail du peuple, trouvera toujours le moyen de son existence. . . En réalité, ce serait pour le prolétariat un régime de caserne, dans lequel les ouvriers et les personnes travaillant étroitement et intimement liés, indépendamment des frontières, mais aussi des différences politiques - ce monde juif est aujourd'hui largement à la disposition de tous. Marx ou Rothschild. Je suis sûr que, d'une part, les Rothschild apprécient les mérites de Marx et que, d'autre part, les femmes, converties en une masse uniforme, se lèveraient, s'endormiraient, travailleraient et vivraient au son du tambour; le privilège de gouverner serait entre les mains des hommes de métier et des érudits, tout en laissant une marge de manoeuvre rentable pour les bonnes affaires frauduleuses des Juifs, qui seraient attirés par l'énorme extension des spéculations internationales des banques nationales. . . (Pol Emique contrres les Juifs) Cette étonnante prédiction est particulièrement impressionnante pour ceux qui ont observé la scène soviétique et remarqué sa relation étrange avec les financiers capitalistes elmingly juif - depuis la révolution. La ligne va d’Olof Aschberg, le banquier bolchevique qui a décrit les énormes sommes recueillies pour la révolution par les financiers en Europe et en Amérique, à Armand Hammer dans les années 1970, qui s’est spécialisé dans des concessions commerciales de plusieurs millions de dollars. maintenant soi-disant commissaires «antisémites». WILHELM II. Kaiser allemand. "Un Juif ne peut pas être un vrai patriote. Il est quelque chose de différent, comme un mauvais insecte. Il doit être maintenu à l'écart, dans un endroit où il peut faire des bêtises, même par des pogroms, si nécessaire. Les Juifs sont responsables du bolchevisme en Russie et l’Allemagne aussi. J’ai été beaucoup trop indulgent avec eux pendant mon règne et je regrette amèrement les faveurs que j’ai montrées aux banquiers juifs bien connus. " (CHICAGO TRIBUNE, 2 juillet 1922) CARDINAL MINDSZENTY, de Hongrie, cité dans B'nai B'rith Messenger, 28 janvier 1949 "Les fauteurs de troubles en Hongrie sont les Juifs ... ils démoralisent notre pays et sont les chefs du gang révolutionnaire qui torture la Hongrie." ADRIEN ARCAND, discours à New York, 30 octobre 1937 "À Mexico, les promoteurs du communisme étaient les Juifs Calles, Hubermann et Aaron Saenz; en Espagne, nous avons vu Azaa et Rosenberg; en Hongrie, nous avons vu Bela Kun, Szamuelly, Agoston. et une douzaine d’autres Juifs; en Bavière, nous avons vu Kurt Eisner et une foule d’autres Juifs; en Belgique, le socialisme marxiste a donné le pouvoir à Vadervelde alias Epstein et Paul Hymans, deux juifs; en France, le socialisme marxien a présenté les Il avait si bien montré son instinct juif dans son livre immonde Du Mariarge), Mandel, Zyromsky, Danain et toute une tribu d'entre eux: en Italie, nous avions vu les Juifs Nathan et Claudio Treves. Partout, le marxisme place les Juifs au sommet - et c'est aucun danger. " HILAIRE BELLOC, historien de renom dans l'hebdomadaire GK, le 4 février 1937 "La propagande du communisme à travers le monde, dans son organisation et dans sa direction, est entre les mains d'agents juifs. Quant à ceux qui ne savent pas que le mouvement bolchéviste en Russie est Juif, je peux seulement dire qu'il doit être un homme qui est pris au piège de la suppression de notre presse déplorable. " A. HOMER, écrit dans Judaïsme et Bolchevisme, page 7 "L'histoire montre que le Juif a toujours été, par nature, un révolutionnaire et que, depuis la dispersion de sa race au IIe siècle, il a initié ou assisté des mouvements révolutionnaires la religion, la politique et la finance, qui ont affaibli le pouvoir des États dans lesquels il vivait. D'autre part, quelques membres avisés de cette race ont toujours été à la recherche d'un avantage financier et politique coïncidant avec de tels bouleversements. " CAPITAINE MONTGOMERY SCHYLER, Forces expéditionnaires américaines, Sibérie, dans un rapport du renseignement militaire daté du 1er mars 1919, au lieutenant-colonel Barrows à Vladivostok. depuis son début guidé et contrôlé par des Juifs russes du type le plus graisseux, qui se sont rendus aux États-Unis et ont absorbé chacune des pires phases de notre civilisation sans avoir la moindre compréhension de ce que nous entendons vraiment par liberté. " MADAME. CLARE SHERIDAN, voyageur, maître de conférence à NEW YORK WORLD, 15 décembre 1923 "Les communistes sont juifs et la Russie est entièrement administrée par eux. Ils se trouvent dans tous les bureaux, journaux et journaux du gouvernement. Ils chassent les Russes et en sont responsables. pour le sentiment antisémite qui augmente. " LE PRINCIPAL ROBERT H. WILLIAMS, dans Fecp et la machine des minorités, page 10 "Le B'nai B'rith, la fraternité secrète juive, a été organisé en 1843, réveillant les aspirations juives du monde, ou sionisme, et son nom, qui signifie" Fils de la Pacte ", suggère que les 12 hommes qui ont organisé la fraternité ont pour but de réaliser l'accomplissement du" pacte ", ou la prétendue promesse messianique de gouverner tous les peuples. Pour gouverner tous les peuples, il est d'abord nécessaire de les réunir fédération mondiale ou gouvernement mondial - ce qui est l'objectif déclaré des communistes et des sionistes ". VLADIMIR, LENIN, fondateur du communisme bolchevique (Tiré d'un article paru dans Northern Pravda d'octobre-décembre 1913, cité dans Lénine sur la question juive, page 10) "Les grands traits universellement progressistes de la culture juive se sont clairement fait sentir: son internationalisme , sa réactivité des mouvements avancés de notre époque (le pourcentage de Juifs dans les mouvements démocratiques et prolétariens est partout supérieur au pourcentage de Juifs dans la population en général.).... Ces marxistes juifs qui adhèrent aux organisations marxistes internationales avec Les travailleurs russes, lituaniens, ukrainiens et autres, ajoutant leur puissance (tant russe que juive) à la création d'une culture internationale du mouvement de la classe ouvrière, perpétuent les meilleures traditions juives. " JOSEPH STALIN dans une réponse donnée le 12 janvier 1931 à une enquête de l'Agence télégraphique juive d'Amérique (Stars and Sand, page 316) "L'antisémitisme est dangereux pour les travailleurs, car c'est une fausse piste qui les détourne de la route appropriée et les mène dans la jungle. Par conséquent, les communistes, en tant qu'internationalistes cohérents, ne peuvent être que des ennemis irréconciliables et amers de l'antisémitisme. Aux États-Unis, l’antisémitisme est strictement poursuivi comme un phénomène hostile au système soviétique. Selon les lois des États-Unis, les antisémites actifs sont punis de mort. " HENRY FORD dans (The Dearborn Independent, 12-19 février 1921) "Les Juifs ont toujours contrôlé l'entreprise. ... L'influence cinématographique des États-Unis et du Canada ... est exclusivement sous le contrôle moral et financier des manipulateurs juifs. de l'esprit public. " M. OUDENDYK, ministre des Pays-Bas à Petrograd le 6 septembre 1918 au gouvernement britannique, publié dans l'édition non expurgée du Recueil de rapports sur le bolchevisme en Russie, avril 1919 "... Je considère que la suppression immédiate de Le bolchevisme est le problème le plus important dont le monde est saisi, sans même exclure la guerre qui fait rage jusqu'à maintenant et, à moins que, comme indiqué ci-dessus, le bolchevisme soit immédiatement détruit dans l'œuf, il se répandra sous une forme ou une autre en Europe et dans le monde , comme il est organisé et travaillé par des Juifs qui n’ont pas de nationalité et qui n’ont pour objectif que de détruire pour leur propre compte l’ordre existant des choses. " A. N. FIELD, dans le plus grand problème d’aujourd’hui "Une fois que la judaïté du bolchevisme est comprise, ses traits autrement énigmatiques deviennent compréhensibles. La haine du christianisme, par exemple, n’est pas une caractéristique russe, mais juive." PÈRE DENIS FAHEY; dans son livre Les dirigeants de la Russie, page 25 "Les forces réelles derrière le bolchevisme sont les forces juives, et le bolchevisme est vraiment un instrument entre les mains des juifs pour l'établissement de leur futur royaume messianique." UN TERRAIN, La vérité sur le marasme, page 208 "Le monde actuel offre toutefois le spectacle d'une grande concentration du pouvoir juif. À New York, une concentration du pouvoir financier juif domine le monde entier dans ses affaires matérielles. à côté de cela se trouve la plus grande concentration physique de Juifs jamais enregistrée De l'autre côté du globe, il y a eu en Russie la plus grande concentration de l'activité révolutionnaire juive de toute l'histoire ... La chose extrêmement importante dans le monde aujourd'hui, c'est à la fois ce pouvoir de la bourse (le "pouvoir de la bourse terrible" de Theodor Herzl) et l'activité révolutionnaire vont dans le sens de la destruction de tout l'ordre existant des choses, et pas seulement dans une direction commune , mais il y a une masse de preuves qu'ils travaillent à l'unisson. " H. H. BEAMISH, discours de N.Y., 1937 "Le communisme, c'est le judaïsme. La révolution juive en Russie a eu lieu en 1918." HILARY COTTER, auteur du Cardinal Minszenty, La vérité sur son véritable "crime", page 6 "Le communisme et le judaïsme ne font qu'un." ADRIEN ARCAND, dirigeant politique canadien à New York Discours du 30 octobre 1937 "Il n'y a rien d'autre dans le communisme - un complot juif pour s'emparer du monde entier; aucun homme intelligent dans le monde ne peut trouver autre chose que les Juifs , qui l'appellent à juste titre pour eux-mêmes un "paradis sur terre". Les Juifs sont impatients d'instaurer le communisme, car ils savent ce que c'est et ce que cela signifie. C'est parce que le communisme n'a pas été combattu pour ce qu'il est réellement - un schéma juif inventé par les juifs - qu'il a progressé contre toutes les oppositions à celui-ci. Nous avons combattu l'écran de fumée présenté par des dialecticiens et publicistes juifs, refusant de combattre l'inventeur, le profiteur et le tireur de ficelle. Parce que les chrétiens et les gentils en sont venus à craindre les Juifs, à craindre la vérité, et ils sont paralysés par les slogans paradoxaux criés par les Juifs. " TOUR. KENNETH GOFF, DANS TOUJOURS NOTRE ANCIENNE FOE, page 99 "Le Frankenstein du communisme est le produit de l'esprit juif. Il a été jeté sur le monde par le fils d'un rabbin, Karl Marx, dans l'espoir de détruire la civilisation chrétienne. - ainsi que d'autres. Le témoignage donné devant le Sénat des États-Unis, qui est tiré des nombreuses pages du rapport Overman, révèle sans l'ombre d'un doute que des banquiers juifs ont financé la révolution russe. " PAPES, CATHOLIQUE ROMAIN. SYLVESTER I. Condamné l'activité antichrétienne juive. GREGORY I ('Le Grand'). Des commerçants juifs ont protesté contre la circoncision en gros d'esclaves chrétiens, accaparant le commerce des esclaves en Europe et au Moyen-Orient et soupçonnant largement de fournir des filles blanches à des acheteurs orientaux et africains. GREGORY VIII. Pour que les Juifs aient le pouvoir d'exercer un pouvoir sur les chrétiens, dans une lettre à Alphonse VI de Castille. GREGORY IX. A condamné le TALMUD comme contenant "toutes sortes de vilenies et de blasphèmes contre la doctrine chrétienne". BENEDICT XIII. Sa bulle sur la question juive (1450) a déclaré: "Les hérésies, les vanités et les erreurs du TALMUD les empêchent de connaître la vérité." JULIUS III. Contra Hebreos retinentes libros (1554) a ordonné que le TALMUD soit "brûlé"y ailleurs "et instauré une stricte censure sur les écrits génocidaires juifs - un ordre qui n’a jamais été annulé et qui, semble-t-il, lie toujours les catholiques. PAUL IV. Cum nimis absurdim (1555), promulgué immédiatement après son sacre, était une puissante condamnation de l'usure juive. Il incarne un modèle de code juridique visant à limiter le pouvoir juif, recommandé à toutes les communautés. PIUS IV. Écrits génocidaires juifs condamnés. PIUS V. Hebraeorum gens (1569) a expulsé tous les Juifs des États pontificaux. GREGORY XIII. A déclaré que les Juifs "continuent à comploter des crimes horribles" contre des chrétiens "avec une audace croissante chaque jour". CLEMENT VIII. Écrits génocidaires juifs condamnés. ALEXANDER VIII. Écrits génocidaires juifs condamnés. BENEDICT XIV. Quo Primum 1751) dénonçaient le contrôle du commerce par les Juifs et la "spoliation systématique" du chrétien par l'usure. PIUS VII. Connu généralement comme un «antisémite» par les écrivains juifs. BENOÎT XV. Mis en garde, en 1920, contre "l’avènement d’une République universelle tant attendue par tous les pires éléments de désordre". Certains Juifs en ressentent le ressentiment en raison de leur soutien actif et de la direction de projets tels que ceux de la Société des Nations et des Nations Unies. - Et de fait, tous les papes ayant publié les éditions de l'Index Expurgatorius, dans lesquelles des écrits juifs génocidaires et antichrétiens sont condamnés, selon les instructions du concile de Trente. GRANT, USYSSES S. Général américain du XIXe siècle, homme politique. Commandant du 13e corps d'armée, basé à Oxford, dans le Mississippi, il était devenu tellement furieux contre les adeptes du campement juif qui tentaient de pénétrer dans le territoire conquis qu'il tenta finalement d'expulser les juifs: «J'ai longtemps cru que, malgré tout la vigilance que l'on peut infuser chez les commandants de poste, les règlements spéciaux du Trésor public ont été violés, notamment par les juifs et d'autres commerçants sans scrupules.Je suis si satisfait de cela que j'ai ordonné aux commandants de Columbus de refuser tout les permis aux Juifs de venir dans le sud, et je les ai souvent fait expulser du département, mais ils arrivent avec leurs sacs à tapis en dépit de tout ce qui peut être fait pour les empêcher, les Juifs semblent être une classe privilégiée qui peut voyager Ils atterriront dans n’importe quelle cour à bois sur la rivière et traverseront le pays. S'ils ne sont pas autorisés à acheter du coton eux-mêmes, ils agiront en tant qu’agents de quelqu'un d’autre, qui sera au service militaire. st avec un permis du Trésor pour recevoir du coton et le payer en billets du Trésor que le Juif achètera à un taux convenu, en payant l’or. (Lettres à C. P. Wolcott, secrétaire adjoint de la guerre, Washington, 17 décembre 1862) 1). Les Juifs, en tant que classe, enfreignent tous les règlements du commerce établis par le département du Trésor, ainsi que leurs ordres, sont expulsés du département. 2) Dans les vingt-quatre heures qui suivent la réception de cet ordre par les chefs de poste, ils verront que tous les membres de cette classe de personnes reçoivent un laissez-passer et sont tenus de partir, et quiconque rentrant après cette notification sera arrêté et maintenu en détention jusqu'à ce qu'un l’opportunité de les envoyer en tant que prisonniers se présente, à moins d’obtenir un permis de ces quartiers généraux. 3) Aucun permis ne sera donné à ces personnes pour se rendre au siège afin de faire une demande personnelle de permis de commerce. Par ordre du major général Grant Jno. A. Rawlings, adjudant général adjoint (Ordre général n ° 11, 17 décembre 1862) L’arrêté d’expulsion a été immédiatement contrecarré par le général en chef, H. W. Halleck, à Washington. Apparemment, les Juifs expulsés avaient immédiatement contacté leurs parents et subi des pressions. SHERMAN, WILLIAM T. Soldat américain du XIXe siècle. Dans une lettre de Memphis occupée par l'Union le 30 juillet 1862, il écrivait: "J'ai trouvé tant de juifs et de spéculateurs ici qui négociaient du coton, et les sécessionnistes étaient devenus si ouverts en refusant tout sauf de l'or, que je me sentais obligé d'arrêter L’or ne peut avoir qu’une seule utilité: l’achat d’armes et de munitions ... Bien sûr, j’ai respecté tous les permis, que vous-même ou le secrétaire au Trésor, mais dans ces nouveaux cas (essaims de Juifs), j’ai arrêté il." (Les lettres Sherman) ROSS, L. F. Militaire américain du XIXe siècle. À l'instar des généraux ULYSSES S. GRANT et WILLIAM T. SHERMAN, Ross confronta des marchands de coton juifs «en train de faire du sac à dos», en train de s'attaquer aux zones confédérées capturées pendant la guerre civile. Dans une lettre au général John A. McClernand, il écrivait: "Les spéculateurs sur le coton réclament beaucoup d'aide pour obtenir leur coton loin de Middleburg, Hickory Valley, etc., et proposent de payer généreusement pour ce service. Je pense que je peux apportez-le en toute sécurité et faites-le payer au gouvernement. Certains propriétaires juifs ayant presque volé le coton aux planteurs, je n'ai aucun scrupule à le leur faire payer généreusement pour l'enlever. " OLMSTED, DROIT GREDERICK. Architecte américain du 19ème siècle, historien. "Un swarAu cours des dix dernières années, de nombreux juifs se sont installés dans toutes les villes du sud du pays, la plupart d'entre eux étant des hommes sans caractère, ouvrant des boutiques de vêtement et de bibelots bon marché, ruinant ou chassant bon nombre de vieux détaillants et se livrant à un commerce illégal. avec les simples nègres, qui se trouve très rentable. (The Cotton Kingdom. Pour d'autres opinions sur l'implication des Juifs dans l'exploitation du Sud, voir ULYSSES S. GRANT et MARK TWAIN.) TWAIN, MARK (S. L. Clemens). Écrivain américain du 19ème siècle. "Dans les États cotonniers américains, après la guerre ... les Juifs sont descendus en force, se sont installés dans la plantation, ont pourvu à crédit tous les besoins des Noirs et, à la fin de la saison, détenaient la part des Noirs. de la récolte actuelle et une partie de la suivante.Bientôt, les Blancs ont détesté le Juif. 1). Le Juif est légiféré hors de Russie. La raison n'est pas cachée. Le mouvement a été institué parce que le paysan chrétien n'avait aucune chance contre ses capacités commerciales. Le Juif était toujours prêt à prêter sur une récolte. Quand le jour du règlement est venu, il possédait la récolte; L'année suivante, il était propriétaire de la ferme, comme Joseph. 2) Au temps de l'Angleterre de John, tout le monde s'était endetté envers le Juif. Il rassembla toutes les entreprises lucratives entre ses mains. Il était le roi du commerce. Il devait être banni du royaume. Pour des raisons similaires, l'Espagne devait le bannir il y a 400 ans et l'Autriche quelques siècles plus tard. De tout temps, l’Europe chrétienne a été obligée de restreindre ses activités. S'il entrait dans un commerce, le chrétien devait s'en retirer. S'il s'est établi en tant que médecin, il a pris l'affaire. S'il exploitait l'agriculture, les autres agriculteurs devaient s'attaquer à autre chose. La loi devait intervenir pour sauver le chrétien de la maison pauvre. Pourtant, presque sans emplois, il a trouvé des moyens de gagner de l'argent. Même pour devenir riche. Cette histoire a un aspect commercial très sordide et pratique. Les préjugés religieux peuvent en représenter une partie, mais pas les neuf autres. Les protestants ont persécuté les catholiques, mais ils ne leur ont pas enlevé leurs moyens de subsistance. Les catholiques ont persécuté les protestants - mais ils n'ont jamais fermé l'agriculture et l'artisanat contre eux. Je suis convaincu que la crucifixion n'a pas grand-chose à voir avec l'attitude du monde envers les Juifs; que les raisons en sont beaucoup plus anciennes que cet événement. . . Je suis convaincu que la persécution des Juifs n'est pas due en grande partie à des préjugés religieux. Non, le Juif est un getter de l'argent. Il en a fait la fin et le but de sa vie. Il était à Rome. Il y est depuis. Son succès a fait de l'humanité tout entière son ennemi. Vous direz que le Juif est partout numériquement faible. Quand j'ai lu dans la Cyclopedia Britannica que la population juive aux États-Unis était de 250 000 personnes, j'ai écrit au rédacteur en chef pour lui expliquer que je connaissais personnellement plus de Juifs que cela et que ses chiffres étaient sans aucun doute une faute de frappe pour 25 000 000. Les gens m'ont dit qu'ils avaient des raisons de soupçonner cela ou des raisons commerciales, beaucoup de Juifs ne se sont pas déclarés juifs. Cela semble plausible. Je suis fermement convaincu que nous avons une immense population juive en Amérique. Je suis assuré par des hommes compétents pour dire que les Juifs sont extrêmement actifs en politique. ("Concernant les Juifs", Harper's Monthly Magazine, septembre 1899) L'opinion de Twain sur les Juifs est probablement le secret le mieux gardé de l'histoire littéraire américaine. Immédiatement après sa mort, sa fille excentrique Clara a épousé ou s'est mariée avec le pianiste juif Ossip Galbrilowitsch. Les éditeurs de Twain ont reçu des instructions rapides pour supprimer "Concernant les Juifs" des œuvres rassemblées, où il figurait dans le livre "L'Homme qui a corrompu Hadleybury & Other Stories". 1). Étant donné que les juifs ont fourni la plupart des agitateurs et des orateurs qui ont fait avancer la campagne pour l'abolition qui a abouti à la guerre civile (que les banquiers juifs ont largement financée, des deux côtés), il semble légitime de se demander s'il existait une planification préalable pour le commerce de gros et de détail ... pillage économique effectué principalement par des tapis juifs après la guerre. 2) Nous avons cité de nombreux autres auteurs sur la terrible déprédation économique que la communauté juive a subie chez les habitants de la Russie tsariste. ERNEST RENAN, historien français "Les Juifs ne sont pas simplement une communauté religieuse différente, mais - et c'est le facteur le plus important - une race totalement différente sur le plan ethnique. L'Européen a instinctivement senti que le Juif était un étranger, immigré de l'Asie. La civilisation surmontera l'antipathie contre l'Israélite qui professera simplement une autre religion, mais jamais contre le Juif racialement différent… En Europe de l'Est, le Juif est le cancer qui ronge lentement la chair d'autres nations. son égoïsme et son manque de courage personnel sont ses caractéristiques principales; le sacrifice de soi et le patriotisme lui sont tout à fait étrangers. " GOLDWIN SMITH, professeur d'histoire moderne à Oxford, a écrit au XIXe siècleUry, octobre 1881 "Le Juif est le seul à considérer sa race comme supérieure à l'humanité et ne souhaite pas son union avec les autres races, mais son triomphe sur toutes et toutes et sa suprématie définitive sous la direction d'un Messie tribal." MENCKEN, H. L. Écrivain américain du XXe siècle. "Les Juifs pourraient être réprimés de manière très plausible comme la race la plus désagréable jamais entendue. Comme on les rencontre couramment, ils ne possèdent aucune des qualités qui caractérisent l'homme civilisé: courage, dignité, incorruptibilité, facilité, confiance. Ils ont une vanité sans orgueil, volupté sans goût et sans apprentissage sans sagesse. Leur courage, tel qu’il est, est gaspillé dans des objets puérils, et leur charité est avant tout une forme de manifestation. " (Traité sur les dieux) Le fait que ce que l'on parle couramment de droits sont souvent des privilèges est démontré dans le cas des Juifs. Ils ont amèrement regretté leur exclusion de certains hôtels, lieux de villégiature et autres lieux de rassemblement, et ont fait des efforts résolus pour se faire entendre. Mais dès qu’un nombre considérable d’entre eux se mêlent, les attraits du lieu s’amenuisent et les Juifs plus pressés se tournent vers l’un où ils sont encore nicht gewuenscht. . . ("pas voulu.") "Je suis l’un des rares Goyim à s’être attaqué au TALMUD. Je suppose que vous vous attendez maintenant à ce que j’ajoute que c’est un travail noble et profond, digne de la rude étude de tous les autres GOYIM. Malheureusement, Mon rapport doit différer de cette attente. Il me semble qu’à part quelques points lumineux, il est tout à fait impossible de le distinguer des ordures. "La théorie juive selon laquelle les GOYIM envient la capacité supérieure des Juifs n'est pas corroborée par les faits. La plupart des GOYIM nient en fait que le Juif est supérieur et mettent en évidence son incapacité à remporter les premiers prix: il a se contenter des secondes: aucun compositeur juif n'est venu à moins de trois kilomètres de Bach, Beethoven et Brahms, aucun Juif n'a jamais défié les meilleurs peintres du monde, et aucun scientifique juif n'a égalé Newton, Darwin, Pasteur ou Mendel. Dans cette dernière tranche, les exceptions apparentes telles qu'Ehrlich, Freud et Einstein ne sont qu'apparentes: Ehrlich, en fait, a moins contribué au fait biochimique qu'à la théorie biochimique et la plupart de sa théorie était douteuse. raison valable de croire que même Einstein ne résistera pas: à la longue, son espace incurvé peut être classé parmi les bosses psychosomatiques de Gall et de Spurzheim. Mais que cette infériorité du Juif soit réelle ou seulement une illusion, il doit être manifeste que il est en général y a accepté. En fait, les GOY ne croient pas que le Juif est meilleur que le non-Juif; Tout au plus, il admettra que le Juif est plus intelligent pour réussir sur la planète. Mais il attribue cela à des pratiques pointues et non à une capacité supérieure. "(Minority Report: Les cahiers de H. L. Mencken) SHAW, GEORGE BERNARD. Dramaturge britannique du 20ème siècle. "C’est le véritable ennemi, l’envahisseur venant de l’Est, le Druze, le ruffian, le parasite oriental; en un mot: le Juif. (London Morning Post, 3 décembre 1925) Cette soif de bouquets de juifs est un symptôme de Dégénérescence raciale. Les Juifs sont pires que les miens. Ces Juifs qui veulent toujours être la race choisie (choisie par le regretté Lord Balfour) peuvent se rendre en Palestine et se mettre à bouillir. Les autres ont intérêt à ne plus être juifs et à commencer être humain (Literary Digest, 12 octobre 1932) Wagner, Richard Compositeur allemand du 19ème siècle. "Le Juif n'a jamais eu d'art à part entière et n'a donc jamais vécu comme un art habilité à importer." Tant que l'art musical séparé avait un réel besoin de vie organique, jusqu'aux époques de Mozart et Beethoven, on ne trouvait nulle part un compositeur juif: il était absolument impossible pour un élément silencieux étranger à cet organisme vivant de prendre part aux étapes formatives de cette vie. Ce n'est que lorsque la mort intérieure d'un corps est manifeste que des éléments extérieurs y obtiennent le pouvoir de juger, mais simplement de le détruire. Une chose est claire: c’est l’influence que les Juifs ont acquise sur notre vie mentale, telle qu’elle se manifeste dans le détournement et la falsification de nos plus hautes tendances culturelles. Si la chute de notre culture peut être arrêtée par un rejet violent de l’élément extraterrestre destructeur, j’est incapable de décider, car cela exigerait des forces avec lesquelles je ne connais pas l’existence. (Le judaïsme en musique) SOMBART, WERNER. Économiste allemand du XXe siècle. "Le capitalisme est né de l'emprunt d'argent. L'emprunt d'argent reprend l'idée de base du capitalisme. Tournez-vous vers les pages du TALMUD et vous constaterez que les Juifs ont fait de l'art de prêter de l'argent. On leur a appris très tôt à rechercher leur principal bonheur la possession de l'argent. Ils ont percé tous les secrets qui se cachaient dans l'argent. Ils sont devenus seigneurs de l'argent et seigneurs du monde ... " FITZGERALD, F. SCOTT. Romancier américain du XXe siècle. "Dans une grande rue animée, il lut une douzaine de noms juifs sur une rangée de magasins; dans la porte de chacun d'eux se tenait un petit homme noir regardant les passants à travers des yeux attentifs; ide, avec clarté, avec cupidité, avec compréhension. New York - il ne pouvait pas le dissocier de la lente ascension de ce peuple - les petits magasins grandissant, grandissant, se consolidant, bougeant, surveillés du regard des faucons et du souci des abeilles - ils étaient juifs. EMERSON, RALPH WALDO. Philosophe américain du 19ème siècle, poète. "La souffrance qui est l'insigne du Juif a fait de lui, en ces jours, le souverain des souverains de la terre. (Le destin est un essai) BURTON, SIR RICHARD FRANCIS. Diplomate britannique du 19ème siècle, écrivain. Après avoir été consul à Damas, en Syrie, où, quelques années auparavant, un prêtre catholique aurait été assassiné lors d'un rituel sanglant par des Juifs, Burton s'intéressa à la question. Ses enquêtes l'ont convaincu que de telles tueries étaient en réalité commises par certaines sectes de Juifs. "La main du Juif a toujours été, comme celle d'Ismaël, contre tous les hommes, à l'exception de ceux appartenant à la synagogue. Ses passions féroces et sa ruse diabolique, combinés à des facultés intellectuelles anormales, à une vitalité intense et à une détermination persistante que le monde a rarement vues et assommé de plus par une soif de sang engendrée par la défaite et la sujétion, se sont combinés pour en faire l'ennemi mortel de l'humanité tout entière, tandis que sa loi orale insociale et inique contribuait à enflammer sa folle soif de soi et à justifier les crimes suggérés par la méchanceté et la superstition. " DREISER, THEODORE. Écrivain américain du 20ème siècle. "New York est pour moi un cri - le rêve d'un ghetto de Kyke. La tribu des Perdus s'est emparée de l'île. (Lettre à HL Mencken, 5 novembre 1922)" "Le libéralisme, dans le cas du Juif, signifie l'internationalisme. Si Si vous écoutez des juifs discuter de juifs, vous constaterez qu'ils sont soucieux de l'argent, très précis dans la pratique et qu'ils manquent de la bonne intégrité qui est enfin approuvée et suivie dans une certaine mesure par des avocats d'autres nationalités. Mille ans en Allemagne et il est toujours juif, il est en Amérique depuis 200 ans et il ne s'est nullement évanoui dans la pureté de l'Amérique - et il ne le fera pas (Lettre à Hutchins Hapgood, The Nation magazine, 17 avril 1935) ". WELLS, H. G. Écrivain britannique du XXe siècle. "Les Juifs recherchaient un sauveur spécial, un messie, qui devait racheter l'humanité en reconstituant le processus agréable de restauration des gloires fabuleuses de David et de Salomon et en ramenant enfin le monde entier sous le talon juif ferme mais bienveillant." (Le contour de l'histoire) "Le sionisme est une expression du refus des Juifs d'assimiler. Si les Juifs ont souffert, c'est parce qu'ils se sont considérés comme un peuple élu." (L'anatomie de la frustration) "Une étude attentive des préjugés et des accusations d'antisémitisme pourrait être d'une grande utilité pour de nombreux Juifs, qui ne réalisent pas de manière adéquate les irritations qu'ils infligent." (Lettre du 11 novembre 1933) Wells avait l'habitude de qualifier KARL MARX de "juif de troisième ordre peu profond" et de "juif moche" dans une correspondance privée. (Norman MacKenzie, H. G. Wells) LINDBERGH, CHARLES. Aviateur américain du XXe siècle, écrivain. Mercredi 23 août 1939 "Nous sommes troublés par l’effet de l’influence juive sur la presse, la radio et les films. Elle pourrait devenir très grave. [Fulton] Lewis nous a raconté un cas où des agences de publicité juives ont menacé de tout supprimer. leur publicité du système Mutual si une certaine fonctionnalité était autorisée à passer sur les ondes. La menace était suffisamment puissante pour que la fonctionnalité soit supprimée. " Jeudi 1er mai 1941 "La pression pour la guerre est forte et croissante. La population y est opposée, mais l'administration semble avoir" le coup de main "et est résolument engagée dans la guerre. La plupart des Les intérêts juifs dans le pays sont derrière la guerre et contrôlent une grande partie de notre presse, de notre radio et de la plupart de nos films. Il y a les "intellectuels" et les "anglophiles" et les agents britanniques à qui le droit de intérêts financiers internationaux et de nombreux autres ". (Les journaux de guerre) LE GÉNÉRAL GEORGE VAN HORN MOSELY, dans le New York Tribune, le 29 mars 1939 "La guerre maintenant proposée a pour but d'établir l'influence juive dans le monde entier." HERDER, JOHANN GOTTFRIED. Philosophe allemand du 18ème siècle. "Le peuple juif est et reste en Europe un peuple asiatique étranger à notre partie du monde, lié à cette loi ancienne qu'il a reçue dans un climat lointain et qu'il, selon ses confessions, ne peut pas supprimer. ... Comment beaucoup de ces extraterrestres peuvent être tolérés sans blesser le vrai citoyen? Un ministère dans lequel un Juif est suprême, une maison dans laquelle un Juif a la clef de la garde-robe et de la gestion des finances, un département ou un commissariat dans lequel La principale activité, ce sont les marais Pontins qui ne peuvent pas être asséchés (Bekehrung der Juden). Depuis des milliers d'années, depuis leur apparition sur la scène de l'histoire, les Juifs ont été une croissance parasite sur le tronc d'autres nations, une race de courtiers rusés. partout dans le monde. Ils ont causé beaucoup de mal à de nombreux États mal organisés en retardant ladéveloppement économique libre et naturel de leur population autochtone. ("Hebraer" dans Ideen) BONAPARTE, NAPOLÉON. Homme d'État français, général. "Les Juifs ont fourni des troupes pour ma campagne en Pologne, mais ils devraient me rembourser: j'ai vite constaté qu'ils ne servaient à rien, sauf à vendre de vieux vêtements ..." "Il faut légiférer partout où le bien-être général est en danger. Le gouvernement ne peut pas regarder avec indifférence la façon dont une nation méprisable s'empare de toutes les provinces de France. Les Juifs sont les maîtres-voleurs de l'époque moderne; ils sont les charognards de l’humanité ... "Ils doivent être traités avec justice politique et non avec justice civile. Ce ne sont sûrement pas de vrais citoyens. " "Les Juifs pratiquaient l'usure depuis l'époque de Moïse et opprimaient les autres peuples. En attendant, les chrétiens n'étaient que rarement des usuriers, tombant dans le déshonneur quand ils le faisaient. Nous devrions interdire aux Juifs le commerce parce qu'ils en abusent. Les maux des Juifs ne proviennent pas d’individus mais de la nature fondamentale de ce peuple. " (D'après les réflexions de Napoléon et les discours prononcés devant le Conseil d'État les 30 avril et 7 mai 1806). "Rien de plus méprisable ne pourrait être fait que la réception des Juifs par vous. J'ai décidé d'améliorer les Juifs. Mais je ne veux plus d'eux dans mon royaume. En fait, j'ai tout fait pour prouver mon mépris de la nation la plus vile. dans le monde." (Lettre à son frère Jérôme, roi de Westphalie, 6 mars 1808) 1). Tous les petits et grands Juifs du colportage doivent renouveler leur licence chaque année. 2) Les chèques et autres obligations ne sont remboursables que si le Juif peut prouver qu'il a obtenu l'argent sans tricher. (Ordonnance du 17 mars 1808. Code Napoléon.) DE GAULLE, CHARLES. Homme politique français du 20ème siècle. S'adressant à l'imbroglio sioniste du Moyen-Orient lors d'une conférence de presse du 27 novembre 1967, il a déclaré: "Les Juifs restent ce qu'ils ont toujours été: un peuple d'élite, confiant et dominant." SAND, GEORGE (Amantine Dupin Dudevant). Romancier français du 19ème siècle. "J'ai vu dans 'le Juif errant' la personnification du peuple juif exilé au Moyen Âge. Néanmoins, ils sont à nouveau extrêmement riches, en raison de leur avidité rude sans faille et de leur activité infatigable. Avec leur dureté de cœur qu'ils prolongent vis-à-vis des peuples d'autres religions et races, ils sont sur le point de se faire les rois du monde. Ce peuple peut remercier son obstination que la France soit jugée dans cinquante ans. Déjà certains sages juifs le prophétisent franchement. " (Lettre à Victor Lorie, 1857) COMMUNAUTÉ DE STRASBOURG, FRANCE. Dans une allocution à l'ASSEMBLEE en 1790, les dirigeants révolutionnaires de la ville s'opposèrent à la citoyenneté juive, car: "Tout le monde connaissait le mauvais caractère inhérent des Juifs et personne ne doutait qu'ils soient étrangers. ... Laissez les" éclaireurs "cesser de diffamer les Gentils en les blâmer pour ce qui ne va pas chez les Juifs. Leur conduite est de leur faute. Peut-être que les Juifs pourraient éventuellement renoncer à tous les aspects de leur séparation et à toutes les caractéristiques de leur nature. Laissons-nous attendre que cela se produise; qu'ils soient dignes de l'égalité. (Tres Humble Adresse qui se trouve à Strasbourg) ROBERTS, STEPHEN H. Historien australien du XXe siècle. Quoique hostile à presque tous les points au socialisme national, sa Maison construite par Hitler admet que les Juifs constituaient une menace en Allemagne: "Il est inutile de nier que de graves problèmes juifs existaient en Allemagne. Le pays se trouvait dans la fâcheuse situation géographique première étape de la poussée éternelle des Juifs polonais vers l’ouest, ils ont plutôt tendance à s’arrêter à Berlin et à Hambourg, où ils ont obtenu une part excessive de bons postes professionnels, notamment à Berlin, lorsque les nazis sont arrivés au pouvoir. 50,2% des avocats étaient des Juifs, alors qu'en médecine 48% des médecins étaient des Juifs, les Juifs possédaient le plus grand et le plus important journal de Berlin et s'emparaient systématiquement des principaux postes de l'hôpital. sur le système éducatif. " FRANCO, FRANCISCO. Homme d'État espagnol du XXe siècle. Dans son discours de victoire à Madrid, le 19 mai 1939, il déclara: "Ne soyons pas illusoires. L’esprit juif, qui était responsable de l’alliance de la grande capitale avec le marxisme et qui était le moteur de tant d’anti -Les accords révolutionnaires espagnols ne seront pas éliminés en un jour. " PRIMO DE RIVERA, JOSE. Réformateur politique espagnol du XXe siècle (assassiné par les communistes). Il a souligné que les instruments de domination juive dans le monde moderne sont l'argent et la presse, et que le communisme est un instrument du capitalisme juif international utilisé pour écraser et ensuite gouverner les nations. (El Estado Nacional) H. H. BEAMISH, dans un discours prononcé à New York du 30 octobre au 1er novembre 1937 "En 1848, le mot" antisémite "fut inventé par les Juifs pour empêcher l'utilisation du mot" juif ".pour eux, c'est "Juif". . . "Je vous implore tous d'être précis - appelez-les juifs. Il n'est pas nécessaire d'être délicat sur cette question juive. Vous devez les affronter dans ce pays. Les Juifs devraient être satisfaits ici. J'étais ici il y a quarante-sept ans; vos portes ont été ouvertes aux Juifs et ils étaient libres. Non, il ne vous a absolument pas à la gorge, c'est votre récompense. " CHRISTEA, PATRIARCH. Prélat roumain du XXème siècle. "Les Juifs ont provoqué une épidémie de corruption et de troubles sociaux. Ils accaparent la presse qui, avec une aide étrangère, balaye tous les trésors spirituels des Roumains. Se défendre est un devoir national et patriotique, et non un antisémitisme. des mesures pour se débarrasser de la peste indiqueraient que nous sommes des lâches paresseux qui nous laissons emporter vivants dans nos tombes. Pourquoi ne devrions-nous pas nous débarrasser de ces parasites qui sucent le sang roumain et chrétien? Il est logique et sacré de réagir contre eux. " (New York Herald Tribune, 17 août 1937) HOUSTON STEWART CHAMBERLAIN, auteur mondialement connu des fondations du XIXe siècle, vol. I, page 337 "La révélation de Christ n'a aucune signification pour le Juif! ... J'ai parcouru toute une bibliothèque de livres juifs dans l'espoir de trouver - naturellement pas la croyance en la Divinité du Christ, ni l'idée de rédemption, mais le sentiment purement humain de la grandeur du Sauveur qui souffre - mais en vain. Un Juif qui estime que ce n’est en fait plus un Juif, mais un négateur du judaïsme. Et, même dans le Coran de Mahomet, moins une vague conception de l'importance du Christ et une profonde révérence pour sa personnalité, un juif éminent cultivé du XIXe siècle (Graetz) appelle le Christ "la nouvelle naissance avec le masque de la mort", qui infligea de nouvelles et douloureuses blessures au peuple juif; En ce qui concerne la croix, il nous assure que "les Juifs ne demandent pas cette émotion convulsive pour leur progrès spirituel", et ajoute: "en particulier parmi les classes moyennes des habitants des villes". la compréhension va plus loin. livre, republié en 1880 par un juif espagnol (Mose de Leon) Jésus-Christ est appelé un "chien mort" qui repose "enterré dans un dunghill". En outre, les Juifs ont pris soin de publier dans la dernière partie du XIXe siècle plusieurs éditions (naturellement en hébreu) de prétendus «passages censurés» du Talmud, passages généralement omis dans lesquels Christ est exposé à notre mépris et à notre haine en tant que «fou», «sorcier», «profane», idolâtre, "chien", "bâtard", "enfant de la luxure", etc.: ainsi aussi, sa sublime mère. " ADRIEN ARCAND, chef politique canadienne des années 1930 "Au travers de leurs agences de presse internationales (juives), elles façonnent votre esprit et vous permettent de voir le monde non pas comme il est, mais comme ils le veulent. Par leur cinéma, ils sont le Les éducateurs de notre jeunesse - et avec un seul film en deux heures, peuvent effacer du cerveau d'un enfant ce qu'il a appris en six mois à la maison, à l'église ou à l'école. " NESTA WEBSTER, dans son livre Allemagne et Angleterre "L'Angleterre n'est plus sous le contrôle des Britanniques. Nous sommes sous la dictature invisible juive - une dictature qui peut être ressentie dans tous les domaines de la vie." HENRY WALLACE, secrétaire au Commerce sous le président Harry Truman, écrivait dans sa laiterie qu'en 1946, "Truman était" exaspéré "par la pression juive soutenant le régime sioniste sur la Palestine. Wallace ajouta" Prés. Truman s'est exprimé comme étant très "abattu" avec les Juifs. Il a dit que 'Jésus-Christ ne pouvait pas leur plaire quand il était sur Terre, alors comment peut-on s'attendre à ce que je puisse avoir de la chance?' Prés. Truman a déclaré qu'il ne les utilisait pas et ne se souciait pas de ce qui leur était arrivé. " WILLIAM JENNINGS BRYANT, trois fois candidat à la présidence du Parti démocrate, a déclaré: "New York est la ville de privilège. Voici le siège du pouvoir invisible représenté par les forces alliées des finances et de l'industrie. Ce gouvernement invisible est réactionnaire, sinistre et sans scrupule , mercenaire et sordide. Il manque d'idéaux nationaux et de conscience. Ce genre de gouvernement doit être flagellé et détruit. " HENRY ADAMS (descendant du président John Adams), dans une lettre à John Hay, octobre 1895 "La question juive est vraiment le plus grave de nos problèmes." RIZ DE PRINTEMPS, SIR CECIL. Homme politique britannique du 20ème siècle. "Un par un, les Juifs s'emparent des principaux journaux d'Amérique. (Lettre de novembre 1914, à Sir Edward Grey, secrétaire aux Affaires étrangères. Lettres et Amitiés) CAPOTE, TRUMAN. Écrivain américain du 20ème siècle. Dans une interview, il a attaqué la "mafia sioniste", monopolisant l'édition aujourd'hui, et a protesté contre la tendance à réprimer des choses qui ne rencontrent pas l'approbation des Juifs. (Magazine Playboy, mars 1968) VOLTAIRE (Francois Marie Arouet) Philosophe, écrivain français du 18ème siècle. "Pourquoi les Juifs sont-ils détestés? C'est le résultat inévitable de leurs lois; ils doivent soit vaincre tout le monde, soit être haïs de la race humaine tout entière." "La nation juive ose afficher un irréconciliablela haine envers toutes les nations et les révoltes contre tous les maîtres; toujours superstitieux, toujours avide du bien-être dont jouissent les autres, toujours barbare, craignant le malheur et insolent de la prospérité. "(Essai sur le Moeurs) "Vous me semblez être le plus fou du lot. Les Cafres, les Hottentots et les Nègres de Guinée sont des gens beaucoup plus raisonnables et honnêtes que vos ancêtres, les Juifs. Vous avez surpassé toutes les nations dans des fables impertinentes et de mauvaise conduite et dans la barbarie. Vous méritez d'être puni, car c'est votre destin. " (Extrait d'une lettre à un Juif qui lui avait écrit pour se plaindre de son "antisémitisme." Examen des Quelques objections... Dans l'Essai sur le Moeurs.) "Vous ne trouverez que chez les Juifs un peuple ignorant et barbare, qui a longtemps associé l'avarice la plus sordide à la superstition la plus détestable et à la haine la plus invincible de tous les peuples qui le tolèrent et l'enrichissent." ("Juif", Dictionnaire Philosophique) "Je sais qu'il y a des Juifs dans les colonies anglaises. Ces marranes vont partout où il y a de l'argent à gagner ... Mais que ces circoncis qui vendent de vieux vêtements prétendent appartenir à la tribu de Naphtali ou à Issachar, ce n'est pas le moins du monde importance. Ce sont simplement les plus gros scélérats qui aient jamais sali la surface de la terre. " (Lettre à Jean-Baptiste Nicolas de Lisle de Sales, 15 décembre 1773. Correspondance. 86: 166) "Ils sont tous nés avec un fanatisme qui fait rage dans leur cœur, tout comme les Bretons et les Allemands sont nés avec des cheveux blonds. Je ne serais pas du tout surpris si ces personnes ne deviendraient pas un jour mortelles pour l'homme course." (Lettres de Memmius a Ciceron, 1771) CANNOT, E. Réformateur français du 19ème siècle. Dans La Rénovation, journal de l'école socialiste de CHARLES FOURIER. "Juifs! Aux hauteurs de votre Sinaï ... Je me lève humblement. Je me tiens debout et je vous crie au nom de tous mes humbles égaux, de tous ceux que votre spoliation a provoqués, qui est mort dans la misère Toi et tes ombres tremblantes t'accusent: Juifs, car Caïn et Iscariote, laisse-nous, laisse-nous! Ah, traversez à nouveau la mer Rouge et descendez dans le désert, dans la terre promise qui vous attend, le seul pays digne de vous, ô gens méchants, impolis et malhonnêtes, allez-y !!! " repute.htm http://www.biblebelievers.org.au/
    Second Coming of Christ
    WWW.BIBLEBELIEVERS.ORG.AU
    2 0 Comments 0 Shares
  • Merci Lakdar Djorf !

    Citations de Voltaire dont on ne parle plus...

    "Si nous lisions l'histoire des Juifs écrite par un auteur d'une autre nation, nous aurions peine à croire qu'il y ait eu en effet un peuple fugitif d'Egypte qui soit venu par ordre exprès de Dieu immoler sept ou huit petites nations qu'il ne connaissait pas ; égorger sans miséricorde les femmes, les vieillards et les enfants à la mamelle, et ne réserver que les petites filles ; que ce peuple saint ait été puni de son Dieu quand il avait été assez criminel pour épargner un seul homme dévoué à l'anathème. Nous ne croirions pas qu'un peuple si abominable (les Juifs) eut pu exister sur la terre. Mais comme cette nation elle-même nous rapporte tous ses faits dans ses livres saints, il faut la croire."
    (Tome 1, page 158-159)
    "Toujours superstitieuse, toujours avide du bien d'autrui, toujours barbare, rampante dans le malheur, et insolente dans la prospérité, voilà ce que furent les Juifs aux yeux des Grecs et des Romains qui purent lire leurs livres."
    (Tome 1, page 186)
    "Si Dieu avait exaucé toutes les prières de son peuple, il ne serait restés que des Juifs sur la terre ; car ils détestaient toutes les nations, ils en étaient détestés ; et, en demandant sans cesse que Dieu exterminât tous ceux qu'ils haïssaient, ils semblaient demander la ruine de la terre entière."
    (Tome 1, page 197)
    " N'est-il pas clair (humainement parlant, en ne considérant que les causes secondes) que si les Juifs, qui espéraient la conquête du monde, ont été presque toujours asservis, ce fut leur faute ? Et si les Romains dominèrent, ne le méritèrent-ils pas par leur courage et par leur prudence ? Je demande très humblement pardon aux Romains de les comparer un moment avec les Juifs."
    (Tome 1, page 226)
    "Si ces Ismaélites [les Arabes] ressemblaient aux Juifs par l'enthousiasme et la soif du pillage, ils étaient prodigieusement supérieurs par le courage, par la grandeur d'âme, par la magnanimité : leur histoire, ou vraie ou fabuleuse, avant Mahomet, est remplie d'exemples d'amitié, tels que la Grèce en inventa dans les fables de Pilade et d'Oreste, de Thésée et de Pirithous. L'histoire des Barmécides n'est qu'une suite de générosités inouïes qui élèvent l'âme. Ces traits caractérisent une nation.

    On ne voit au contraire, dans toutes les annales du peuple hébreu, aucune action généreuse. Ils ne connaissent ni l'hospitalité, ni la libéralité, ni la clémence. Leur souverain bonheur est d'exercer l'usure avec les étrangers ; et cet esprit d'usure, principe de toute lâcheté, est tellement enracinée dans leurs coeurs, que c'est l'objet continuel des figures qu'ils emploient dans l'espèce d'éloquence qui leur est propre. Leur gloire est de mettre à feu et à sang les petits villages dont ils peuvent s'emparer. Ils égorgent les vieillards et les enfants ; ils ne réservent que les filles nubiles ; ils assassinent leurs maîtres quand ils sont esclaves ;ils ne savent jamais pardonner quand ils sont vainqueurs : ils sont ennemis du genre humain. Nulle politesse, nulle science, nul art perfectionné dans aucun temps, chez cette nation atroce."
    (Tome 2, page 83)
    " Lorsque, vers la fin du quinzième siècle, on voulut rechercher la source de la misère espagnole, on trouva que les Juifs avaient attiré à eux tout l'argent du pays par le commerce et par l'usure. On comptait en Espagne plus de cent cinquante mille hommes de cette nation étrangère si odieuse et si nécessaire. (...)

    Les Juifs seuls sont en horreur à tous les peuples chez lesquels ils sont admis (...).

    On feignait de s'alarmer que la vanité que tiraient les Juifs d'être établis sur les côtes méridionales de ce royaume long-temps avant les chrétiens : il est vrai qu'ils avaient passé en Andalousie de temps immémorial ; ils enveloppaient cette vérité de fables ridicules, telles qu'en a toujours débité ce peuple, chez qui les gens de bon sens ne s'appliquent qu'au négoce, et où le rabbinisme est abandonné à ceux qui ne peuvent mieux faire. Les rabbins espagnols avaient beaucoup écrit pour prouver qu'une colonie de Juifs avait fleuri sur les côtes du temps de Salomon, et que l'ancienne Bétique payait un tribut à ce troisième roi de Palestine ; il est très vraisemblable que les Phéniciens, en découvrant l'Andalousie, et en y fondant des colonies, y avaient établi des Juifs qui servirent de courtiers, comme ils en ont servi partout ; mais de tout temps les Juifs ont défiguré la vérité par des fables absurdes. Ils mirent en œuvre de fausses médailles, de fausses inscriptions ; cette espèce de fourberie, jointe aux autres plus essentielles qu'on leur reprochait, ne contribua pas peu à leur disgrâce."
    (Tome 5, page 74-76)
    " Ils ont même été sur le point d'obtenir le droit de bourgeoisie en Angleterre vers l'an 1750 et l'acte du parlement allait déjà passer en leur faveur. Mais enfin le cri de la nation, et l'excès du ridicule jeté sur cette entreprise la fit échouer. Il courut cent pasquinades représentant mylord Aaron et mylord Judas séants dans la chambre des pairs. On rit, et les Juifs se contentèrent d'être riches et libres ; (...)
    Vous êtes frappés de cette haine et de ce mépris que toutes les nations ont toujours eus pour les Juifs. C'est la suite inévitable de leur législation : Il fallait, ou qu'ils subjugassent tout, ou qu'ils fussent écrasés. Il leur fut ordonné d'avoir les nations en horreur, et de se croire souillés s'ils avaient mangé dans un plat qui eût appartenu à un homme d'une autre loi. Ils appelaient les nations vingt à trente bourgades leurs voisines qu'ils voulaient exterminer, et ils crurent qu'il fallait n'avoir rien de commun avec elles. Quand leurs yeux furent un peu ouverts par d'autre nations victorieuses qui leur apprirent que le monde était plus grand qu'ils ne croyaient, ils se trouvèrent, par leur loi même, ennemis naturels de ces nations, et enfin du genre humain. Leur politique absurde subsista quand elle devait changer ; leur superstition augmenta avec leurs malheurs : leurs vainqueurs étaient incirconcis ; il ne parut pas plus permis à un Juif de manger dans un plat qui avait servi à un Romain que dans le plat d'un Amorrhéen ; ils gardèrent tous leurs usages, qui sont précisément le contraire des usages sociables. Ils furent donc avec raison traités comme une nation opposée en tout aux autres ; les servant par avarice, les détestant par fanatisme, se faisant de l'usure un devoir sacré. Et ce sont nos pères ! "
    (Tome5, page 82-83)
    Article "Anthropophage" :
    "Pourquoi les Juifs n’auraient-ils pas été anthropophages ? C’eût été la seule chose qui eût manqué au peuple de Dieu pour être le plus abominable peuple de la terre."

    Article «Juifs» :
    "Vous ne trouverez en eux qu’un peuple ignorant et barbare, qui joint depuis longtemps la plus sordide avarice à la plus détestable superstition et à la plus invincible haine pour tous les peuples qui les tolèrent et qui les enrichissent. Il ne faut pourtant pas les brûler."

    Article «Job» :
    "Leur profession fut le brigandage et le courtage ; ils ne furent écrivains que par hasard."

    Article «Tolérance» :
    "Le peuple juif était, je l’avoue, un peuple bien barbare. Il égorgeait sans pitié tous les habitants d’un malheureux petit pays sur lequel il n’avait pas plus de droit qu’il n’en a sur Paris et sur Londres."
    Merci Lakdar Djorf ! Citations de Voltaire dont on ne parle plus... "Si nous lisions l'histoire des Juifs écrite par un auteur d'une autre nation, nous aurions peine à croire qu'il y ait eu en effet un peuple fugitif d'Egypte qui soit venu par ordre exprès de Dieu immoler sept ou huit petites nations qu'il ne connaissait pas ; égorger sans miséricorde les femmes, les vieillards et les enfants à la mamelle, et ne réserver que les petites filles ; que ce peuple saint ait été puni de son Dieu quand il avait été assez criminel pour épargner un seul homme dévoué à l'anathème. Nous ne croirions pas qu'un peuple si abominable (les Juifs) eut pu exister sur la terre. Mais comme cette nation elle-même nous rapporte tous ses faits dans ses livres saints, il faut la croire." (Tome 1, page 158-159) "Toujours superstitieuse, toujours avide du bien d'autrui, toujours barbare, rampante dans le malheur, et insolente dans la prospérité, voilà ce que furent les Juifs aux yeux des Grecs et des Romains qui purent lire leurs livres." (Tome 1, page 186) "Si Dieu avait exaucé toutes les prières de son peuple, il ne serait restés que des Juifs sur la terre ; car ils détestaient toutes les nations, ils en étaient détestés ; et, en demandant sans cesse que Dieu exterminât tous ceux qu'ils haïssaient, ils semblaient demander la ruine de la terre entière." (Tome 1, page 197) " N'est-il pas clair (humainement parlant, en ne considérant que les causes secondes) que si les Juifs, qui espéraient la conquête du monde, ont été presque toujours asservis, ce fut leur faute ? Et si les Romains dominèrent, ne le méritèrent-ils pas par leur courage et par leur prudence ? Je demande très humblement pardon aux Romains de les comparer un moment avec les Juifs." (Tome 1, page 226) "Si ces Ismaélites [les Arabes] ressemblaient aux Juifs par l'enthousiasme et la soif du pillage, ils étaient prodigieusement supérieurs par le courage, par la grandeur d'âme, par la magnanimité : leur histoire, ou vraie ou fabuleuse, avant Mahomet, est remplie d'exemples d'amitié, tels que la Grèce en inventa dans les fables de Pilade et d'Oreste, de Thésée et de Pirithous. L'histoire des Barmécides n'est qu'une suite de générosités inouïes qui élèvent l'âme. Ces traits caractérisent une nation. On ne voit au contraire, dans toutes les annales du peuple hébreu, aucune action généreuse. Ils ne connaissent ni l'hospitalité, ni la libéralité, ni la clémence. Leur souverain bonheur est d'exercer l'usure avec les étrangers ; et cet esprit d'usure, principe de toute lâcheté, est tellement enracinée dans leurs coeurs, que c'est l'objet continuel des figures qu'ils emploient dans l'espèce d'éloquence qui leur est propre. Leur gloire est de mettre à feu et à sang les petits villages dont ils peuvent s'emparer. Ils égorgent les vieillards et les enfants ; ils ne réservent que les filles nubiles ; ils assassinent leurs maîtres quand ils sont esclaves ;ils ne savent jamais pardonner quand ils sont vainqueurs : ils sont ennemis du genre humain. Nulle politesse, nulle science, nul art perfectionné dans aucun temps, chez cette nation atroce." (Tome 2, page 83) " Lorsque, vers la fin du quinzième siècle, on voulut rechercher la source de la misère espagnole, on trouva que les Juifs avaient attiré à eux tout l'argent du pays par le commerce et par l'usure. On comptait en Espagne plus de cent cinquante mille hommes de cette nation étrangère si odieuse et si nécessaire. (...) Les Juifs seuls sont en horreur à tous les peuples chez lesquels ils sont admis (...). On feignait de s'alarmer que la vanité que tiraient les Juifs d'être établis sur les côtes méridionales de ce royaume long-temps avant les chrétiens : il est vrai qu'ils avaient passé en Andalousie de temps immémorial ; ils enveloppaient cette vérité de fables ridicules, telles qu'en a toujours débité ce peuple, chez qui les gens de bon sens ne s'appliquent qu'au négoce, et où le rabbinisme est abandonné à ceux qui ne peuvent mieux faire. Les rabbins espagnols avaient beaucoup écrit pour prouver qu'une colonie de Juifs avait fleuri sur les côtes du temps de Salomon, et que l'ancienne Bétique payait un tribut à ce troisième roi de Palestine ; il est très vraisemblable que les Phéniciens, en découvrant l'Andalousie, et en y fondant des colonies, y avaient établi des Juifs qui servirent de courtiers, comme ils en ont servi partout ; mais de tout temps les Juifs ont défiguré la vérité par des fables absurdes. Ils mirent en œuvre de fausses médailles, de fausses inscriptions ; cette espèce de fourberie, jointe aux autres plus essentielles qu'on leur reprochait, ne contribua pas peu à leur disgrâce." (Tome 5, page 74-76) " Ils ont même été sur le point d'obtenir le droit de bourgeoisie en Angleterre vers l'an 1750 et l'acte du parlement allait déjà passer en leur faveur. Mais enfin le cri de la nation, et l'excès du ridicule jeté sur cette entreprise la fit échouer. Il courut cent pasquinades représentant mylord Aaron et mylord Judas séants dans la chambre des pairs. On rit, et les Juifs se contentèrent d'être riches et libres ; (...) Vous êtes frappés de cette haine et de ce mépris que toutes les nations ont toujours eus pour les Juifs. C'est la suite inévitable de leur législation : Il fallait, ou qu'ils subjugassent tout, ou qu'ils fussent écrasés. Il leur fut ordonné d'avoir les nations en horreur, et de se croire souillés s'ils avaient mangé dans un plat qui eût appartenu à un homme d'une autre loi. Ils appelaient les nations vingt à trente bourgades leurs voisines qu'ils voulaient exterminer, et ils crurent qu'il fallait n'avoir rien de commun avec elles. Quand leurs yeux furent un peu ouverts par d'autre nations victorieuses qui leur apprirent que le monde était plus grand qu'ils ne croyaient, ils se trouvèrent, par leur loi même, ennemis naturels de ces nations, et enfin du genre humain. Leur politique absurde subsista quand elle devait changer ; leur superstition augmenta avec leurs malheurs : leurs vainqueurs étaient incirconcis ; il ne parut pas plus permis à un Juif de manger dans un plat qui avait servi à un Romain que dans le plat d'un Amorrhéen ; ils gardèrent tous leurs usages, qui sont précisément le contraire des usages sociables. Ils furent donc avec raison traités comme une nation opposée en tout aux autres ; les servant par avarice, les détestant par fanatisme, se faisant de l'usure un devoir sacré. Et ce sont nos pères ! " (Tome5, page 82-83) Article "Anthropophage" : "Pourquoi les Juifs n’auraient-ils pas été anthropophages ? C’eût été la seule chose qui eût manqué au peuple de Dieu pour être le plus abominable peuple de la terre." Article «Juifs» : "Vous ne trouverez en eux qu’un peuple ignorant et barbare, qui joint depuis longtemps la plus sordide avarice à la plus détestable superstition et à la plus invincible haine pour tous les peuples qui les tolèrent et qui les enrichissent. Il ne faut pourtant pas les brûler." Article «Job» : "Leur profession fut le brigandage et le courtage ; ils ne furent écrivains que par hasard." Article «Tolérance» : "Le peuple juif était, je l’avoue, un peuple bien barbare. Il égorgeait sans pitié tous les habitants d’un malheureux petit pays sur lequel il n’avait pas plus de droit qu’il n’en a sur Paris et sur Londres."
    2 0 Comments 0 Shares
  • Palestine: 28 detainees held in Israeli occupation jails continue their hunger strike

    https://en.pascalgibert.com/palestine-28-detainees-held-in-israeli-occupation-jails-continue-their-hunger-strike
    Palestine: 28 detainees held in Israeli occupation jails continue their hunger strike https://en.pascalgibert.com/palestine-28-detainees-held-in-israeli-occupation-jails-continue-their-hunger-strike
    Palestine: 28 detainees held in Israeli occupation jails continue their hunger strike
    Palestinian prisoners' club: 28 detainees held in Israeli occupation jails continue their hunger strike in protest at the installation of carcinogenic jamming systems.
    EN.PASCALGIBERT.COM
    0 1 Comments 0 Shares
  • Missed raid by the Zionist entity against Hamas in Gaza

    https://en.pascalgibert.com/missed-raid-by-the-zionist-entity-against-hamas-in-gaza

    #Gaza #Palestine
    Missed raid by the Zionist entity against Hamas in Gaza https://en.pascalgibert.com/missed-raid-by-the-zionist-entity-against-hamas-in-gaza #Gaza #Palestine
    Missed raid by the Zionist entity against Hamas in Gaza
    Occupied Palestine: Night raid of the Zionist entity against an empty position of Hamas in the northern Gaza Strip (Palestinian media).
    EN.PASCALGIBERT.COM
    2 0 Comments 1 Shares
  • Al-Qassam Brigades: The seized drone was equipped with thermal imaging cameras and a device

    https://en.pascalgibert.com/al-qassam-brigades-the-seized-drone-was-equipped-with-thermal-imaging-cameras-and-a-device

    #Palestine #Lebanon
    Al-Qassam Brigades: The seized drone was equipped with thermal imaging cameras and a device https://en.pascalgibert.com/al-qassam-brigades-the-seized-drone-was-equipped-with-thermal-imaging-cameras-and-a-device #Palestine #Lebanon
    Al-Qassam Brigades: The seized drone was equipped with thermal imaging cameras and a device
    Al-Qassam Brigades: The seized drone was equipped with thermal imaging cameras and a device to carry out the mission (Palestinian Media).
    EN.PASCALGIBERT.COM
    2 3 Comments 0 Shares
  • La "communauté internaSSionale" se lève comme un seul homme, hurle à la haine dès que ça pleure à l'antisémitisme et regarde ailleurs, se bouche les oreilles quand la vérité sur la barbarie sioniste s'affiche

    Des enfants Palestiniens continuent de se faire assassiner,
    Parce qu'ils veulent VIVRE LIBRE dans leur propre pays FALASTIN,
    Et aucune grande instance internationale pour les droits de l'homme,
    N'ose dénoncer haut et fort les massacres de la GRANDE MARCHE du RETOUR,
    N'ose dénoncer les enfants emprisonnés et torturés,
    N'ose dénoncer les rafles quotidiennement en Palestine occupée,
    Et j'en passe, la liste est à l'infini......
    .
    Parce que ces instances tremblent devant l'entité sioniste,
    HONTE à ces instances qui crèvent de trouille,
    Elles ne voient donc pas ces enfants Palestiniens qui ne connaissent pas la peur ?????
    La "communauté internaSSionale" se lève comme un seul homme, hurle à la haine dès que ça pleure à l'antisémitisme et regarde ailleurs, se bouche les oreilles quand la vérité sur la barbarie sioniste s'affiche Des enfants Palestiniens continuent de se faire assassiner, Parce qu'ils veulent VIVRE LIBRE dans leur propre pays FALASTIN, Et aucune grande instance internationale pour les droits de l'homme, N'ose dénoncer haut et fort les massacres de la GRANDE MARCHE du RETOUR, N'ose dénoncer les enfants emprisonnés et torturés, N'ose dénoncer les rafles quotidiennement en Palestine occupée, Et j'en passe, la liste est à l'infini...... . Parce que ces instances tremblent devant l'entité sioniste, HONTE à ces instances qui crèvent de trouille, Elles ne voient donc pas ces enfants Palestiniens qui ne connaissent pas la peur ?????
    1 0 Comments 0 Shares
  • Video: Israeli State Sponsored Torture of Young Non-Jewish Children

    https://www.globalresearch.ca/video-israeli-state-sponsored-torture-young-non-jewish-children/5687724

    #Palestine #ZionistEntity
    Video: Israeli State Sponsored Torture of Young Non-Jewish Children https://www.globalresearch.ca/video-israeli-state-sponsored-torture-young-non-jewish-children/5687724 #Palestine #ZionistEntity
    3 0 Comments 1 Shares

  • Merci Scarlett Pivin 👍👍👍
    « Il y a un journaliste là-bas qui n’a pas pris de notes depuis une heure, mais dés que je vais commencer à parler des juifs, il va être débordé tellement il sera occupé à prendre des notes pour prouver que je suis antisémite » Malcom X
    #GroupPalestine
    #قروب_فلسطيني
    Merci Scarlett Pivin 👍👍👍 « Il y a un journaliste là-bas qui n’a pas pris de notes depuis une heure, mais dés que je vais commencer à parler des juifs, il va être débordé tellement il sera occupé à prendre des notes pour prouver que je suis antisémite » Malcom X #GroupPalestine #قروب_فلسطيني
    7 0 Comments 1 Shares

No results to show

No results to show

No results to show

No results to show

No Censorship Social Media





Telegram

Twitter

VK


Syria News

Syria News

Follow the news of Syria, far from the propaganda of Zionist medias in the West

Syria News